Signe d'Argyll Robertson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le signe d'Argyll Robertson, (ou Pupille d'Argyll Roberston) est une abolition du réflexe photomoteur (contraction des pupilles à la lumière), avec conservation de la réaction d'accommodation (contraction des pupilles en même temps que les muscles du cristallin lors de la mise au point focale à la distance).

Les pupilles présentant ce signe sont petites, inégales et de forme irrégulière. Alors que les yeux peuvent se concentrer sur des objets aussi bien proches qu'éloignés, la réponse directe et controlatérale à la lumière est réduite ou absente.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce signe a été décrit en 1869 par le chirurgien ophtalmologiste écossais Douglas Argyll Robertson (1837-1909)[1].’ [2] Il ne s'agissait toutefois pas d'une description originale, puisque c'est le neurologue allemand Ernst Remak qui avait montré à D. Argyll Robertson les signes pupillaires du tabès, décrits dès 1839 par Romberg[3].

Mécanisme[modifier | modifier le code]

L'anomalie pupillaire résulte probablement de lésions des cellules de la région prétectale du mésencéphale. Les signaux en provenance de la rétine ne sont plus relayés par le noyau prétectal du côté atteint vers les noyaux d'Edinger-Westphal, d'où la perte de la réaction pupillaire à la lumière à la fois directe (pupille éclairée) et consensuelle (pupille opposée à celle que l'on éclaire). L'accommodation est épargnée, car la voie de ce réflexe est différente de celle du réflexe photomoteur.

Étiologie[modifier | modifier le code]

Habituellement, mais pas toujours, ce symptôme a pour cause la neurosyphilis ce qui a permis d'en tirer un moyen mnémotechnique en l'appelant « pupille de prostituée » (elle est accommodante mais ne réagit pas).
Parmi les autres causes possibles on trouve le lupus érythémateux systémique, le diabète sucré et l'encéphalopathie de Gayet-Wernicke.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Argyll Robertson DMCL. On an interesting series of eye symptoms in a case of spinal, with remarks on the action of belladonna on the iris. Edin Med J 1869 ; 14 : 696-708
  2. Argyll Robertson DMCL. Four cases of spinal miosis : with remarks on the action of the light on the pupil. Edin Med J. 1869 ; 15:487-93.
  3. Pearce JMS. The Argyll Robertson pupil. J Neurol Neurosurg Psychiatry 2004 ; 75: 1345.