Sermon sur la montagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Sermon de la montagne par Carl Heinrich Bloch, 1890.

Le Sermon sur la montagne (ou Discours sur la montagne) est, d'après l'évangile selon Matthieu, un sermon fait par Jésus de Nazareth vers l'an 30 à ses disciples ainsi qu'à une large foule[1].

Le Sermon dans les Évangiles[modifier | modifier le code]

Certains chrétiens contemporains croient qu'il a eu lieu sur une montagne au nord de la mer de Galilée, près de Capharnaüm. Le sermon est relaté dans l'évangile selon Matthieu[2].

Ce sermon se compare au Sermon dans la plaine, similaire, mais plus succinct, raconté par l'évangile selon Luc[3]. Certains commentateurs pensent qu'il s'agit du même sermon, d'autres pensent que Jésus a prêché des propos similaires à plusieurs endroits et d'autres encore prétendent qu'aucun des deux n'a eu véritablement lieu et qu'ils sont en fait des combinaisons des enseignements de base de Jésus tels que rassemblés par Matthieu et Luc.

La portion la mieux connue est probablement celle des Béatitudes, qui se retrouvent au début de la section. Il contient aussi la prière du Notre Père et les injonctions contre la loi du talion[4] "Ne résistez pas à celui qui vous veut du mal"[4] et "si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l'autre"[4], ainsi que la version de Jésus de la Règle d'or. Souvent, on cite également les références au "sel de la terre"[5], à "la lumière du monde"[6] et "Ne condamnez pas les autres, pour ne pas être vous-mêmes condamnés"[7]. Le sermon sur la montagne est considéré comme une sorte de commentaire au sujet des Dix Commandements. Pour différents penseurs religieux et moraux tels que Léon Tolstoï[8] et le Mahatma Gandhi[9], le Sermon sur la montagne contient les principes centraux de l'observance chrétienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mt 5. 1 et Mt 7. 28
  2. Mt 5. 7
  3. Lc 6:17–49
  4. a, b et c Mt 5. 38
  5. Mt 5. 13
  6. Mt 5. 14
  7. Mt 7. 1
  8. Voir My Religion sur Wikisources
  9. Dans An Autobiography or The Story of My Experiments with Truth, au chapitre 20, « Acquaintance with Religions », il écrit « the New Testament produced a different impression, especially the Sermon on the Mount which went straight to my heart ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]