Santiano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Santiano est une chanson française adaptée d'un chant de marin d'origine anglaise.

La version anglaise porte le n° 207 au Roud Folk Song Index. Elle était chantée par des marins anglais dont la sympathie allait aux Mexicains lors de la Guerre américano-mexicaine.

Les paroles françaises sont de Jacques Plante. La chanson parle de la fameuse goélette à trois mâts Bel Espoir II[réf. souhaitée]. Hugues Aufray en est le premier interprète. Il l'enregistre le 17 novembre 1961, le disque sort le 2 décembre et la chanson se retrouve immédiatement en tête de tous les hit-parades. La chanson apparaît dans la plupart des paroliers de chants de camp et de veillée.

Dans le chant original anglais (diverses graphies telles que Santiana, Santy Ano), il est fait allusion au président mexicain Antonio López de Santa Anna (Santianna), dont les premières strophes étaient :

O Santianna fought for fame
Away Santianna !
And Santianna gained a name
All in the plains of Mexico

Stan Hugill, The last working shantyman, le dernier chanteur de marine de la marine britannique, suppose qu'à l'origine ce chant faisait plutôt référence à sainte Anne, patronne de la Bretagne et des marins bretons[1].

En anglais, la chanson est un chant de cabestan (marche lente et énergique). Hugues Aufray l'interprète sur un rythme plus rapide et plus joyeux.

Reprises et parodies[modifier | modifier le code]

En 1983, le chanteur Renaud fait référence à Santiano dans sa chanson Dès que le vent soufflera sur l'album Morgane de toi. Au cinquième couplet, le chanteur parle de son bateau en réutilisant les mots chantés par Hugues Aufray :

Il est beau mon bateau
C'est un fameux trois mâts
Fin comme un oiseau
Hisse et haut.

En 2006, Laurent Voulzy a enregistré le morceau sur son album de reprises, La Septième Vague.

Star Academy 5 a également repris la chanson qui se classe en tête du Top 50[2].

En 2011, les Marins d'Iroise ont repris à leur tour Santiano.

Les indignés de Paris en ont également fait une reprise Hissez-haut, Indignado ![3].

Notes et références[modifier | modifier le code]