Rivière aux Rats (Mauricie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rivière aux Rats.
Rivière aux Rats
Image illustrative de l'article Rivière aux Rats (Mauricie)
Caractéristiques
Longueur 60 km
Bassin ?
Bassin collecteur Fleuve Saint-Laurent
Débit moyen ?
Cours
Confluence Rivière Saint-Maurice
· Localisation Rivière-aux-Rats (Agglomération de La Tuque), hameau
· Coordonnées 47° 13′ 12″ N 72° 53′ 26″ O / 47.22, -72.89056 (Confluence - Rivière aux Rats)  
Géographie
Pays traversés Drapeau du Canada Canada
Régions traversées Québec
Principales villes Agglomération de La Tuque

La rivière aux Rats coule vers le sud-est sur environ 60 km, entièrement en zones forestières, dans l'Agglomération de La Tuque (ancienne MRC du Haut-Saint-Maurice), en Mauricie, au Québec, au Canada. Son embouchure est située en face du hameau "Rivière aux Rats", lequel est du coté Est de la rivière Saint-Maurice, à 29,5 km (par la route 155) au sud du centre-ville de La Tuque[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La rivière aux rats est un affluent de la rivière Saint-Maurice, par la rive ouest; son embouchure est située à 500 mètres en amont du pont routier de Rivière aux Rats, enjambant la rivière Saint-Maurice et à un km en amont de l'embouchure de la rivière Wessonneau qui coule vers le nord-est. La rivière aux Rats coule surtout dans le territoire de la Zec Wessonneau.

La source de la "rivière aux Rats" est le secteur à proximité de la rivière Vermillon (coté sud-est), regroupant la décharge les lacs Nathalie, Blazer et aux Rats. Dans son parcours, la rivière recueille les eaux de la "Petite rivière aux Rats" laquelle draine les lacs Pierre-Antoine, du "Petit lac aux Rats" et du lac Orignal. À partir de ce croisement, la rivière coule souvent en serpentant, en se dirigeant d'abord vers le sud, puis vers le sud-est. Une route forestière longe cette rivière du coté Sud ou Ouest, selon les segments. La rivière Cinconcine qui reçoit les eaux des lacs Dumoulin et Cinconcine, venant du nord, se déverse dans la rivière aux Rats.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès le XVIIe siècle, grâce à l'établissement à son embouchure d'un poste de traite par Compagnie de la Baie d'Hudson, la rivière aux Rats constitue une voie de communication privilégiée pour la traite des fourrures, pour le secteur situé entre les rivières Saint-Maurice et la rivière Vermillon. Ce poste de traite a été en service jusqu'au milieu du XIXe siècle.

En 1806, Jean-Baptiste Perrault, marchand voyageur, fait mention dans ses écrits du «fort de la rivière aux Rats». Les Journaux de la Chambre d'Assemblée du Bas-Canada, 1823-1824, citent François Verreault : «...il y a un Poste établi à un endroit nommé Utsasht-ushipi (la rivière aux Rats)». Dès le milieu du XIXe siècle, à la suite d'attribution de droits de coupe de bois sur les terres publiques, plusieurs chantiers forestiers sont mis en œuvre par des entrepreneurs forestiers, à proximité de la "rivière aux Rats".

En 1887, John Baptist, propriétaire d'une bonne partie des concessions forestières, y fait aménager une vaste ferme sur les terrains d'alluvions de l'embouchure. Cette ferme permet d'alimenter les chantiers de coupe forestière. Au cours de cette période, le hameau de Rivière-aux-Rats se développe sur la rive est du Saint-Maurice, soit en face de la ferme de Baptist. Les divers hameaux le long de la rivière Saint-Maurice se sont développés du coté est, à cause de la route riveraine reliant Grand-Mère à La Tuque.

Au 19e siècle, les services de la religion auprès des diverses missions catholiques de la Moyenne et Haute-Mauricie étaient prodigués par des membres du clergé assignés à Saint-Tite. En outre, les entrepreneurs forestiers et les travailleurs pouvaient s'approvisionner généralement auprès des commerçants de Saint-Tite, Saint-Stanislas, Saint-Narcisse et Sainte-Geneviève-de-Batiscan.

En 1910, sous l'égide de monseigneur Cloutier, évêque de Trois-Rivières, une mission catholique est fondée à Rivière-aux-Rats sous le patronage de saint Jean-Baptiste. Cette désignation canonique honore simultanément le patron des Canadiens français et aussi le plus ancien habitant de l'endroit, Jean-Baptiste Hennesse.

Les entreprises forestières ont maintenu en opération des camps forestiers à l'embouchure de la rivière aux Rats jusqu'en 1984. Le traversier reliant les deux rives du Saint-Maurice a été en opération jusqu'en 1980, soit à la suite de la construction du pont enjambant la rivière Saint-Maurice.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le terme "Rats" se réfère aux rats musqués, dont la population était jadis abondante en Mauricie. Certains recensements du 19e siècle comportaient des statistiques relativement au nombre de rats musqués capturés. Les Abénaquis désignaient cette rivière "Moskwastekw", la rivière aux rats musqués[2]. Finalement la version française de la désignation a prévalu dans l'usage populaire.

Le toponyme "Rivière aux Rats" (Mauricie) a été inscrit officiellement le 5 décembre 1968 à la Banque des noms de lieux de la Commission de toponymie du Québec[3].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vérification géographique effectuée le 2 janvier 2014 par l'historien Gaétan Veillette (Saint-Hubert, QC) à partir du site Internet Google Map et de cartes géographiques.
  2. Ouvrage "Noms et lieux du Québec", Commission de toponymie du Québec, paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
  3. « Commission de toponymie du Québec - Banque des noms de lieux - Rivière aux Rats (Mauricie) »