Heel (catch)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir heel.

Le mot Heel au catch désigne le « méchant » sur le ring. C'est l'opposé du Face, le « gentil », et il passe son temps à tricher pour forcer la foule à le huer.

Ses caractéristiques[modifier | modifier le code]

Ses caractéristiques rares :

Ce qui caractérise un heel habituellement :

Eugene, Doink the Clown, The Miz et Maryse).

Les différents types de heel[modifier | modifier le code]

Iron Sheik, qui joue le rôle d'un étranger anti-américain.

L'étranger anti-américain[modifier | modifier le code]

À la World Wrestling Entertainment, beaucoup de catcheurs non originaires des États-Unis ont été amenés à jouer le rôle du méchant immigré, ingrat avec sa terre d'accueil. Depuis des décennies, Russes, Anglais, Canadiens, Français se sont succédé sur les rings avec un gimmick de ce type, plus ou moins raciste et stéréotypé, insultant les fans américains et profanant leur drapeau. Le public adore huer ce genre de personnage et scander « USA, USA ! » pour encourager leurs adversaires.

Ex. : Sylvain Grenier, Muhammad Hassan, William Regal, Iron Sheik, Yokozuna, Maryse, Antonio Cesaro, Hunico, Alberto del Rio sont des heels de ce type.

Le fou[modifier | modifier le code]

Ce sont des catcheurs dangereux et fous qui attaquent d'autres catcheurs sans raison, juste pour le plaisir de faire mal.

Ex. : Big Daddy V, Snitsky, Mark Henry, Shad, Brock Lesnar, Mike Knox, Big Show, Ryback, The Wyatt Family, Randy Orton...

Le monstre invincible[modifier | modifier le code]

Ce gimmick est idéal pour les catcheurs au physique hors normes, mais peu doués pour les interviews et la lutte pure. Grand et fort, le monstre détruit ses adversaires ou même des personnes innocentes juste pour le plaisir de faire mal ou pour calmer sa furie. Ce sont des squashers, ils sont parfois incontrôlables, font peur à une majorité des catcheurs et blessent leurs adversaires.

Ex. : Batista, Ryback, Abyss, Mark Henry, Big Show, Brock Lesnar etc...

Le traître[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, lorsqu'un catcheur se retourne contre son pays, il est considéré comme un traître par le public, par exemple lorsqu'un catcheur américain s'allie avec un catcheur d'une autre nationalité. La même chose au Japon, si les catcheurs s'allient avec des Américains ou d'autres catcheurs non japonais, ils sont aussi considérés comme des traîtres.

Ex. : Rob Conway, Sgt. Slaughter, Keiji Mutō, Masahiro Chōno, René Duprée.

Le délinquant[modifier | modifier le code]

Au catch, le délinquant désigne un catcheur qui agit avec violence, moquerie, vulgarité et vandalisme sur les autres catcheurs. Parfois, il impose sa loi aux autres catcheurs. Il existe aussi des clans et équipes délinquants.

Ex. : New World Order, Rated-RKO, The Nexus, Evolution, The Shield, Wade Barrett, The Authority, Aces & Eights, Randy Orton...

L'égoïste[modifier | modifier le code]

Ceci qualifie un catcheur lâche, égoïste et arrogant. Il ne pense qu'à lui et se croit supérieur aux autres. Certains sont des lâches, fuyant quand ils se sentent en danger.

Ex.  : Drew McIntyre, Michelle McCool, Damien Sandow, Fandango.

Le méchant populaire et les méchants indestructibles[modifier | modifier le code]

Michelle McCool le 14 juin 2008, à Smackdown!.

« Méchant populaire » signifie qu'un heel (n'importe quel type de heel) est acclamé par le public bien qu'il soit méchant. Dans la majorité des cas, ces catcheurs étaient des faces (« gentils ») ayant fait un heel turn (voir ci-dessous), ou détenant un palmarès glorieux. Les méchants indestructibles sont des catcheurs/catcheuses qui gagnent généralement leurs matchs et qui sont champions assez souvent.

Ex. : Batista, Chris Jericho, Michelle McCool, Maryse, Mark Henry, Big Show, Brock Lesnar, CM Punk, Edge, Ryback, Randy Orton, Roman Reigns...

Le comique[modifier | modifier le code]

Le comique est là pour tricher (en tant que heel), mais également pour faire rire le public ce qui « adoucit » leur personnalité et les rapproche des spectateurs, même si certains sont tout de même malaimés.

Ex. : Chavo Guerrero, Jillian Hall, Daniel Bryan, Ricardo Rodriguez et Spirit Squad.

Heel Turn[modifier | modifier le code]

Un Heel Turn désigne le fait qu'un catcheur censé être un « gentil » (Face) change de personnalité (Turn) pour devenir un « méchant » (Heel).

Ex. : Batista qui attaque Rey Mysterio à Bragging Rights 2009, Mark Henry qui trahit John Cena et Christian lors du WWE Draft (2011), Kane qui attaque John Cena à Raw, Beth Phoenix qui attaque Kelly Kelly, Natalya qui attaque AJ, Titus O'Neil qui s'en prend à Hornswoggle et au WWE universe, Daniel Bryan qui attaque The Big Show. Eve Torres qui avoue qu'elle se servait de Zack Ryder aux Bella Twins, Brock Lesnar qui fait son retour en attaquant John Cena, Big Show qui aide John Laurinaitis à gagner contre John Cena à Over The Limit ou CM Punk qui s'en prend à Jerry Lawler, Tamina Snuka qui attaque AJ à Survivor Series, AJ qui fait gagner Dolph Ziggler à TLC, Fandango qui attaque Chris Jericho après son match contre Jack Swagger, Ryback qui s'en prend a John Cena lors du Raw du 8 avril et lors du Raw du 15 avril laisse The Shield l'attaqué, Triple H qui attaque Daniel Bryan à SummerSlam, Randy Orton qui va casher son Money in the Bank et qui attaque Daniel Bryan a Raw le 19 août ou encore Kane qui attaque The Miz à Hell In A Cell et qui rejoint The New Corporation le lendemain : ils effectuent tous un Heel Turn.

Lien externe[modifier | modifier le code]