Reductio ad Hitlerum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Reductio ad Hitlerum est une expression ironique désignant, sous forme de locution latine, le procédé rhétorique consistant à disqualifier les arguments d'un adversaire en les associant à Adolf Hitler ou à tout autre personnage honni du passé. Plus généralement, le procédé consiste à assimiler l'adversaire ou ses arguments à des idées, philosophies, idéologies détestées, par exemple en les qualifiant de nazies ou de fascistes.

La reductio ad Hitlerum consisterait par exemple à rejeter les campagnes anti-tabac du fait que Hitler les soutenait en son temps.

Cette tactique rhétorique a pour objet d'exclure l'adversaire du champ polémique tout en évitant le débat de fond. Avec d'autres techniques rhétoriques, comme l'argumentation ad hominem, la reductio ad Hitlerum apparaît généralement à bout de discussion, lorsque les adversaires ont épuisé toutes les preuves et tous les arguments rationnels pour se convaincre mutuellement.

L'expression est apparue pour la première fois en 1951 dans un article du philosophe Leo Strauss pour la revue Measure : a critical journal[1] et a été reprise et popularisée en 1953 dans son livre Natural Right and History[2]. Elle a été réutilisée plus tard par le philosophe spécialiste de la Shoah George Steiner.

Elle est construite comme un jeu de mot sur l’expression latine reductio ad absurdum.

Elle trouve son prolongement sur Usenet et Internet avec la « Loi de Godwin », qui énonce que « plus une discussion online dure longtemps, plus la probabilité d'y trouver une comparaison avec les nazis ou avec Hitler s'approche de 1 ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://books.google.fr/books?id=6z3WAAAAMAAJ&q=%22Reductio+ad+Hitlerum%22&dq=%22Reductio+ad+Hitlerum%22&hl=fr&sa=X&ei=6YFgT9i3GoPLhAe5-vC8Bw&ved=0CGMQ6AEwCThQ
  2. "Ce faisant, nous aurons à atteindre le seuil au-delà duquel l'ombre d'Hitler commence à obscurcir la scène. Et il n'est malheureusement pas inutile d'ajouter qu'au cours de notre examen nous devrons éviter l'erreur, si souvent commise ces dernières années, de substituer à la réduction ad absurdum la réduction ad Hitlerum. Qu'Hitler ait partagé une opinion ne suffit pas à la réfuter." Droit naturel et histoire, Flammarion coll. "Champs", 1986, page 51

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :