Argumentum a silentio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’argumentum a silentio (l'argument du silence - on trouve aussi les deux variantes : argumentum e silentio, argumentum ex silentio) est un raisonnement fallacieux qui consiste à accuser son interlocuteur de l'ignorance d'un sujet parce qu'il se tait là-dessus.

L'argument du silence est risqué, parce que l'interlocuteur qui se tait peut aussi bien savoir qu'ignorer ce dont il est question. L'accuser d'ignorance est donc une extrapolation dangereuse. De plus, celui qui feint l'ignorance peut, de diverses manières, manifester qu'il se joue de son interlocuteur. Enfin, le silence peut constituer une sorte d'argument par induction qui brise l'enchaînement logique du contradicteur.

On remarque qu'il est abondamment utilisé lors des débats politiques télévisés, notamment en France.


Exemple[modifier | modifier le code]

« - Bon sang, c'est qui son copain ?
- Moi, je sais !
- C'est qui ?
- Je n'ai pas envie de te le dire !
- Peuh, ça veux dire qu'en fait il n'existe pas !
- Si, mais je ne veux pas te dire qui c'est ! »

Les deux protagonistes, dans cet exemple, peuvent avoir tous deux raison. Il est par contre impossible de savoir qui.

Précision[modifier | modifier le code]

Il faut bien distinguer deux choses :

  • La simple expression d'un doute vis-à-vis de l'absence de preuve, qui n'est pas un raisonnement fallacieux.
  • Un vrai argumentum a silentio qui tente (ou feint) de considérer ce silence comme une « preuve » de l'ignorance de l'interlocuteur.

Face à un silence, on peut raisonnablement avoir des doutes, mais il ne s'agit pas d'une preuve.