Affirmation du conséquent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gravure du XVIIIe siècle

L'affirmation du conséquent est un sophisme formel[1] par lequel on considère une condition simplement suffisante comme une condition nécessaire et suffisante. On traite alors une implication logique comme si elle était une équivalence logique. En langage naturel, l'affirmation du conséquent s'exprime :

  1. Si P alors Q
  2. Q
  3. Donc, P

Un exemple interprété peut donner :

  1. Si il a plu (P) alors le sol est mouillé (Q)
  2. le sol est mouillé (Q)
  3. Donc, il a plu (P)

Un tel raisonnement est non valide[1] parce que le sol peut être mouillé pour une autre raison que la pluie, comme un arrosage. Le conséquent Q de l'énoncé conditionnel Si P alors Q peut être réalisé même si l'antécédent P ne l'est pas. On nomme ainsi ce sophisme « affirmation du conséquent », car il consiste à affirmer que le conséquent est réalisé pour en inférer que son antécédent l'est aussi. En logique, ce raisonnement invalide prend la forme : ((P ⇒ Q) ∧ Q) ⇒ P[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Robert Nadeau, « Sophisme de l'affirmation du conséquent » in Vocabulaire technique et analytique de l'épistémologie p. 654

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]