Raoul Whitfield

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Whitfield.

Raoul Whitfield

Nom de naissance Raoul Falconia Whitfield
Autres noms Temple Field, Ramon Decolta
Activités Romancier
Naissance 22 novembre 1896
New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 24 janvier 1945 (à 48 ans)
Los Angeles, Californie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais américain
Genres Littérature policière

Raoul Whitfield, né le 22 novembre 1896 à New York et mort dans un hôpital militaire à Los Angeles le 24 janvier 1945, est un écrivain américain de littérature policière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à New York, il passe une grande partie de son enfance aux Philippines. À 16 ans, malade, il rentre aux États-Unis pour se soigner. Guérit, il part à Hollywood où il devient acteur de cinéma muet. Puis, au cours de la Première Guerre mondiale, il s’engage, malfré son jeune âge, dans l’aviation américaine (en). Après la guerre, apparenté à la famille d’Andrew Carnegie, il part à Philadelphie travailler dans l’industrie sidérurgique qu’il quitte rapidement.

Dès 1922, il écrit des nouvelles dans les pulps, essentiellement dans Black Mask. Joseph Shaw (en), rédacteur en chef du magazine décrit Raoul Whitfield comme «dur, patient, travailleur, déterminé»[1]. À Black Mask, il rencontre Dashiell Hammett dont il devient l’ami.

Pour ses nouvelles, il crée le personnage de Jo Gar, un détective privé philippin qui apparaît dans 25 nouvelles initialement signées du pseudonyme Ramon Decolta. En 1930, il publie son premier roman, Green Ice.

Raoul Whitfield écrit également des récits de batailles aériennes, Silver Wings, des romans pour adolescents et deux romans Five et Killer’s Carnival signés Temple Field.

Au cours des années 1930, il déménage à Hollywood et cesse l’écriture. Il décède de la tuberculose en janvier 1945.

Bibliographie française[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Les Émeraudes sanglantes, (Gren Ice, 1930), Chef-d’œuvre du roman d’aventures, 1931, réédité sous le titre Vivement mes pantoufles, Série noire no 46, 1949, traduction de Marcel Duhamel
  • La Mort du maestro, (Death in a Bowl, 1931), Chef-d’œuvre du roman d’aventures, 1933, réédité Série noire no 93, 1951
  • La « Vierge » fatale, (The Virgin Kills, 1032), Détective no 15, 1934, réédité dans la collection Carré noir no 176, 1994

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Le Mystère de l’épingle, (The Pin, 1922), Femmes actuelles no 104, 1986
  • Mistral, (Mistral, 1931), dans le recueil de nouvelles Mystères 88, Le Livre de poche no 6502
  • Meurtre à la une, (Inside Job, 1932), dans le recueil Le Sang des damnés, collection Pulps no 7, Encrage, 1989
  • Meurtre en bleu, (Blue Murder, 1932), Mystère magazine no 197, 1957
  • Cameron joue du mort, (Dead Men Tell Tales, 1932), Mystère magazine no 39, 1951
  • La Douairière est en danger !, (A Woman Can Kill, 1933), Mystère magazine no 91, 1955
  • L’Assassinat c’est mon affaire, (Murder in Request/Murder Is my Business, 1933), Le Saint détective magazine no 46, 1958
  • Crimes à Hollywood, (Murder Again/Murder in Hollywood, 1933), Le Saint détective magazine no 33, 1957

Nouvelles avec Joe Gar[modifier | modifier le code]

  • La Chasse commence, (Diamond of Dread, février 1931), Mystère magazine no 111, 1957
  • L’Homme en blanc, (The Man in White, mars 1931), Mystère magazine no 112, 1957
  • La Mort jaune, (The Blind Chinese, avril 1931), Mystère magazine no 113, 1957
  • L’Aube rouge, (Red Dawn, mai 1931), Mystère magazine no 114, 1957
  • Verroterie bleue, (Blue Grass, juillet 1931), Mystère magazine no 115, 1957
  • La Chasse finit, (Diamond of Death, août 1931), Mystère magazine no 116, 1957
  • Vie pour vie, (Shooting Gallery, octobre 1931), Le Saint détective magazine no 67, 1960
  • L’Homme de Chine, (China Man, mars 1932), dans le recueil de nouvelles Détectives de choc (II) – La bigorne, Série noire no 1262, 1969

Toutes les nouvelles avec Joe Gar sont publiées, aux États-Unis, dans Black Mask.

Adaptation[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]


Note[modifier | modifier le code]

  1. (en) Bill Pronzini et Jack Adrian, Hard-boiled : an anthology of American crime stories, Oxford New York, Oxford University Press,‎ 1995, 532 p. (ISBN 978-0-195-08499-3, OCLC 31514858)

Liens externes[modifier | modifier le code]