Post-scriptum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Post-scriptum (homonymie).

Sur les autres projets Wikimedia :

Un post-scriptum (P.-S.), signifiant littéralement « écrit après » (d'après postscriptum, participe passé du verbe latin postscribere), est un court message annexe ajouté à la fin d'une lettre, généralement après la signature. Dans un livre ou un essai, il s'agira plutôt de « postface », d'« annexe », d'« addendum » ou d'« épilogue ».

Intérêt et contexte d'utilisation[modifier | modifier le code]

Rédigé le plus souvent hâtivement, il témoigne d'un oubli, et doit donc être réservé à un cadre informel. Toutefois, son usage peut aussi se faire en dehors de toute considération pratique, par exemple lorsque l'auteur désire ajouter un détail qui n'est pas directement relié au sujet du message principal, et qui pourrait rendre sa lecture moins fluide : le post-scriptum s'apparente alors à une note de bas de page.

Ou encore, comme il ressort visuellement par rapport au reste du courrier, pour mettre un point particulier en avant.

Dans le courrier électronique ou sur un forum internet, la fonction d'oubli est moins justifiée, le message pouvant être modifié à n'importe quel endroit jusqu'à avoir été envoyé. Le post-scriptum est alors utilisé surtout pour sa fonction de souligner un point. Dans les messages de ce type, la signature est souvent incluse automatiquement après le message. Dans ce cas, le post-scriptum se trouve avant la signature.

Mention dans un courrier[modifier | modifier le code]

Un post-scriptum est généralement précédé du sigle correspondant à son nom, « P.-S. »[1], typographié de diverses manières : avec (« P.-S. »[1]) ou sans point (« P-S »), avec ou sans trait d'union (« P.S., PS »), parfois en minuscules («-s. »).

Il est possible d'utiliser l'abréviation « P.-P.-S. » afin d'ajouter un court texte après un post-scriptum déjà existant. Un troisième post-scriptum serait introduit par « P.-P.-P.-S. », et ainsi de suite.

Il est invariable : « un post-scriptum », « des post-scriptum » (sans « s » au pluriel).

Apparitions[modifier | modifier le code]

C'est un post-scriptum qui constitue le nœud de l'intrigue d'une nouvelle écrite par Alphonse Allais, publié en 1892 et intitulée Le Post-scriptum ou Une petite femme bien obéissante[2],[3].

Un post-scriptum particulièrement populaire dans les lettres d'amour est « P.-S. Je t'aime. ». La version anglophone de cette expression, P.S. I love you!, est d'ailleurs le titre de deux chansons populaires, par Rosemary Clooney et les Beatles. L'expression P.S. I Love You est aussi le titre d'un film américain réalisé en 2008 par Richard LaGravenese.

Le post-scriptum fait aussi l'objet d'une chanson française écrite en 1995 par Claude Lemesle, et composée et interprétée par Michel Fugain[4].

Le rappeur Kery James conclut son dernier album Dernier MC par un morceau nommé Post Scriptum — 15e piste sur 19 (18 pistes plus un remix).

Comme il partage ce sigle avec le Parti socialiste, certaines sections de ce parti en Suisse l'ont choisi comme titre de leur lettre d'information[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, France, Imprimerie nationale,‎ 2002 (réimpr. 2007, 2008, 2011), 6e éd. (1re éd. 1971), 197 p. (ISBN 978-2-7433-0482-9), p. 10.
  2. « Le Post-scriptum ou Une petite femme bien obéissante, par Alphonse Allais » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ourworld.compuserve.com.
  3. Le Post-scriptum ou Une petite femme bien obéissante sur Wikisource
  4. Michel Fugain, « Post-scriptum » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur michelfugain.com.
  5. « Post Scriptum », sur ps-ge.ch, Les socialistes – Parti socialiste genevoix.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Nota bene pour attirer l'attention sur un point