Philippe d'Iribarne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe d’Iribarne, né le 7 mars 1937 à Casablanca (Maroc), est un chercheur français, directeur de recherche au CNRS.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingénieur diplômé de l’École Polytechnique (promotion 1955), de l'École des mines de Paris (1960) et de l’Institut d'études politiques de Paris (1960), Philippe d'Iribarne est directeur de recherches au CNRS. Il mène aussi des enquêtes sur la signification sociale de leurs activités, publiant ses résultats dans plusieurs volumes.

Depuis plusieurs années, Philippe d'Iribarne travaille sur l'influence des cultures nationales sur le fonctionnement des organisations. Il part d'une définition de la culture prise à l'anthropologie. Celle-ci est un système de sens à travers lequel l'individu perçoit et interprète une situation ou une action concrète. Il partage ce système de sens avec les autres membres de sa communauté, qui a, au cours de son histoire, élaboré ce système de sens. L'individu n'est pas déterminé dans son comportement et ses valeurs, qui appartiennent à sa personnalité et son histoire propre. Mais ses réactions à une situation ou une action donnée seront fonction de son interprétation, donc de ce système de sens.

Philippe d'Iribarne et son équipe Gestion et Société élargissent leur inventaire des cultures nationales en poursuivant leur recherche et leurs travaux sur de nouveaux pays.

Éléments chronologiques[modifier | modifier le code]

  • 1960-1961 : chargé de mission à la direction de l'énergie et de l'industrialisation du gouvernement en Algérie
  • 1961-1964 : ingénieur des mines à Toulouse
  • 1964-1965 : chargé de mission auprès du préfet de région Midi-Pyrénées
  • 1966-1967 : chargé de mission au cabinet du ministre de l'équipement
  • 1968-1971 : responsable de la recherche à la direction de la prévision du ministère de l'économie et des finances
  • 1972-1988 : directeur du Centre de recherches sur le bien-être (CEREBE) ; maître de recherches (à partir de 1973) puis directeur de recherches au CNRS. En 1973-1974, il est chargé de mission à la présidence de la République pour les problèmes de civilisation et de condition de vie.
  • À partir de 1988 : directeur de gestion et société
  • 1996-2000 : directeur scientifique de l'Institut de l'homme et de la technologie
  • 2003 : il prend sa retraite comme ingénieur général des mines ; il avait été nommé à ce grade en 1988.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Science et le Prince, Denoël, 1970
  • La Politique du bonheur, Seuil, 1973
  • Le Gaspillage et le Désir, Fayard, 1975
  • La Logique de l’honneur, Seuil, 1989 (ISBN 2020207842)
  • Le Chômage paradoxal, PUF, 1990 (ISBN 2130431623)
  • Vous serez tous des maîtres – la grande illusion des temps modernes, 1996 (ISBN 2020542811)
  • Cultures et mondialisation (avec Alain Henry, Jean-Pierre Segal et al.), 1998
  • Le Tiers-monde qui réussit : Nouveaux modèles, Odile Jacob, 2003 (ISBN 273811332X)
  • L'Étrangeté française, Seuil, 2006 (ISBN 2020860384)
  • Penser la diversité du monde, Seuil, 2008 (ISBN 978-2020981118)
  • L'Épreuve des différences : L'expérience d'une entreprise mondiale, Seuil, 2009 (ISBN 978-2021002188)
  • Les Immigrés de la République. Impasse du multiculturalisme, Seuil, Paris, 2010
  • L’Envers du moderne. Conversation avec Julien Charnay, CNRS éditions, Paris, 2012
  • L'Islam devant la démocratie, Gallimard, Paris, 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]