Peter Greenaway

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Peter Greenaway

Description de cette image, également commentée ci-après

Peter Greenaway en 2007.

Naissance 5 avril 1942 (72 ans)
Newport (Pays de Galles)
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Profession Réalisateur
Films notables Meurtre dans un jardin anglais,
Zoo,
Drowning by Numbers

Peter Greenaway est un réalisateur, plasticien et artiste visuel britannique né le 5 avril 1942 à Newport (Pays de Galles). Son œuvre se décline en films, expositions et sites Web multimédias.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa ligne de conduite créatrice principale est l'encyclopédisme singulier.

Bien que son œuvre soit très empreinte de noirceur, l'humour britannique, pince-sans-rire et l'humour noir, y sont très présents. Son travail n'est pas sans rapport avec la pataphysique et l'Oulipo ; lui-même n'y fait pas référence explicitement, mais il a déjà reconnu l'influence sur lui d'Italo Calvino, membre de l'Oulipo. Greenaway utilise souvent la contrainte numérique comme élément de structuration de certaines de ses œuvres. Ses films sont axés sur l'art en général (peinture, architecture, musique...) et révèlent souvent une fascination pour la couleur et les nombres. Les œuvres, sombres et cruelles, privilégient la lenteur et la beauté de la mise en scène au point de créer un certain malaise chez le spectateur.

Jusqu'en 1991, il confia principalement les musiques de ses films à Michael Nyman.

En tant que plasticien, Peter Greenaway est l'auteur de l'exposition STAIRS GENEVE " Du cadrage au public" . Il s'agissait d'une manifestation consacrée au cadrage dans les rues et les espaces publics de la ville de Genève

L'exposition s'est tenue du 23 avril au 31 juillet 1994.

Exposition 2014 : L'Âge d'or de l'Avant-garde russe[modifier | modifier le code]

2014 est l'année-croisée Russie-Grande-Bretagne. L'ouverture officielle de l'Année de la culture a débuté le 24 avril 2014 à Moscou avec l'exposition-installation vidéo du réalisateur Peter Greenaway nommée L'Âge d'or de l'Avant-garde russe parrainée par le consulat de Grande-Bretagne et le ministère russe de la Culture.

Le consulat de Grande-Bretagne a été particulièrement séduit par ce projet qui lie le passé et le présent en reliant et concordant plusieurs formes d'art à travers le multimédia et les technologies numériques. L'Avant-garde russe n'est pas particulièrement populaire au Royaume-Uni, l'Avant-garde russe gagne progressivement en popularité avec des expositions récentes à Amsterdam, Pise ou Seattle.

Le projet fait suite à des installations multimédia créées déjà par Peter Greenaway autour de différents chefs-d'oeuvre : La Cène de Léonard de Vinci, La Ronde de nuit de Rembrandt et Les Noces de Cana de Véronèse.

Le sujet est pour Peter Greenaway passionnant car «l'Avant-garde russe n'a jamais réellement fait corps avec l'establishment. Ils ont été censurés jusqu'à leur disparition», a expliqué aux journalistes Peter Greenaway lors du gala d'ouverture. L'exposition de l'Age d'or de l'Avant-garde russe cherche à mener un parallèle avec cette flexibilité et cette plasticité. Cette exposition de grande envergure a l'ambition de rendre vie au sens littéral du terme à des chefs-d'oeuvre de l'Avant-garde russe en utilisant l'art de l'animation.

Le réalisateur britannique avec sa femme néerlandaise Saskia Boddeke a utilisé les techniques visuelles les plus avancées avec un effet 3D (jeux de lumière, effets sonores, musique et vidéo) pour faire chavirer les spectateurs dans un espace géométrique abstrait permettant d'agir sur leurs consciences. Cette exposition est aussi un projet conceptuel mettant en valeur certaines personnalités et événements de l'histoire de l'art russe d'avant-garde célèbres du point de vue occidental.

L'exposition se focalise sur les peintres (dont Malévitch et Kandinski), écrivains et réalisateurs russes (dont Dziga Vertov, fondateur du cinéma documentaire avec sa célèbre technique de la caméra vérité) du début du XXe siècle, qui ont rejeté les codes hérités du passé par le biais d'expériences radicales, avant que les autorités soviétiques ne décident que l'art devait être représentatif et dépeindre la vie des travailleurs.

Les pièces originales sont littéralement animées grâce à une installation multimédia géante couvrant 5000m2. Trois tours sont réunies dans une grande boîte noire faiblement éclairée. Chaque face des trois tours possède un écran. Les 12 écrans diffusent une présentation de 15 minutes, avec des scènes mélangeant des acteurs de la vie réelle avec des images de plus de 400 chefs-d'oeuvre de l'Avant-garde russe empruntés à des collections de la Galerie Tretiakov de Moscou, photographies et des extraits de films. Dans les courts -métrages, les personnalités de l'avant-garde russe qui ne se sont jamais connus dans la vie réelle se rencontrent, se parlent et débattent dans des scénographies imaginées.

Le Britannique a créé le «libretto» pour cette exposition à grande échelle. Le Carré noir sur fond blanc de Malévitch, sert de thème visuel à l'événement. Cette peinture iconoclaste de 1915 se retrouve dans la forme des pupitres et même dans celle des coussins pour les spectateurs, alors qu'un pinceau laisse une traînée de peinture noire sur les écrans.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Longs métrages
Courts et moyens métrages

Liens externes[modifier | modifier le code]