Pedro Bosch-Gimpera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pedro Bosch-Gimpera en 1927

Pedro Bosch-Gimpera (ou Pere Bosch i Gimpera) est un archéologue, ethnologue et préhistorien espagnol puis mexicain, né à Barcelone le 22 mars 1891 et mort à Mexico le 9 octobre 1974.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bien qu'ayant commencé à étudier le droit, il opte pour la philologie, domaine dans lequel il a obtient un doctorat en 1911. Voulant devenir professeur de grec, il obtient également un doctorat en histoire en 1913. De 1911 à 1914, il étudie la philologie grecque, la préhistoire et l'histoire ancienne à Berlin, à l'aide d'une bourse accordée par la Junta de Ampliación de Estudios. Suivant les conseils d'Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, il change de cap et délaisse langue et la littérature grecques pour l'archéologie préhistorique.

De 1916 à 1939, il est président de la section d'Histoire ancienne et médiévale à l'Université de Barcelone. Dans le même temps, il est directeur du Service de recherche archéologique de l'Institut d'Estudis Catalans. Dès la publication en 1919 de son ouvrage Préhistoire Catalane, il préconise fortement l'usage du catalan dans les publications scientifiques. Entre 1916 et 1931, il dirige la section archéologique des musées de Barcelone ; de 1931 à 1933, il est doyen de la Faculté de philosophie et philologie ; entre 1933 et 1939, il est recteur de l'université.

Impliqué dans la vie politique catalane, il est ministre de la Justice de Catalogne dans le gouvernement de Lluís Companys. Après les événements du 6 octobre 1934, il est fait prisonnier avec d'autres membres du gouvernement catalan sur le navire Uruguay, ce qui suscite des plaintes internationales. Après la guerre civile espagnole, il s'exile au Mexique avec d'autres intellectuels.

Il a également enseigné aux universités de Berlin (1921), Édimbourg (1936), Oxford (1939-1941), Paris (1961) et Heidelberg (1966). En 1941, il est nommé professeur à l'Université autonome et l'École (Escuela general) d'archéologie à l'Université de Mexico, poste qu'il occupe jusqu'à sa mort en 1974. Il a également été professeur à l'Université du Guatemala (1945-1947), directeur de la Division de philosophie et de sciences humaines de l'UNESCO (1948-1953), et secrétaire général de l'Union des sciences anthropologiques et ethnologiques (1953-1966).

Il acquiert la nationalité mexicaine en 1942[1].

Au cours de ses recherches, il s'est notamment intéressé à l'habitat originel des Indo-Européens qu'il identifie à la culture préhistorique de la céramique rubanée.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (es) Prehistòria Catalana: edats de la pedra i dels metalls, colonització grega, etnografia (1919)
  • (es) La arqueología preromana hispánica (1920)
  • (es) Etnología de la Península Ibérica (1932)
  • (es) El poblamiento antiguo y la formación de los pueblos de España (1945)
  • (es) El Próximo Oriente en la Antigüedad (1964)
  • (es) El problema indoeuropeo (1968)
  • (es) La Universitat i Catalunya (1969)
  • (es) Historia de Oriente (1971)
  • (es) La América precolombina (1971)
  • (es) Las raíces de Europa (1974)
  • (es) La América prehispánica (1974)

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]