Ordre du Milan d'or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ordre du Milan d'or
Image illustrative de l'article Ordre du Milan d'or
Ordre du Milan d'or, 5e classe

Type Ordre comportant 7 grades
Décerné pour Bravoure ou bon commandement au combat
Statut Aboli en 1947
Chiffres
Date de création 12 février 1890
Total de récompensés 1 067 492


JPN Kinshi-kunsho 1Class BAR.svg
Première classe
JPN Kinshi-kunsho 2Class BAR.svg
Deuxième classe
JPN Kinshi-kunsho 3Class BAR.svg
Troisième classe
JPN Kinshi-kunsho 4Class BAR.svg
Quatrième classe
JPN Kinshi-kunsho 5Class BAR.svg
Cinquième classe
JPN Kinshi-kunsho 6Class BAR.svg
Sixième classe

JPN Kinshi-kunsho 7Class BAR.svg
Septième classe

L'ordre du Milan d'or (金鵄勲章, Kinshi Kunsho?) était un ordre japonais établi le 12 février 1875 par l'empereur Meiji "en commémoration de Jimmu Tennō, le Romulus du Japon"[1]. Il fut aboli par les forces alliées en 1947.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ordre du Milan d'or était une décoration exclusivement militaire accordé pour bravoure ou bon commandement au combat.

L'ordre comportait 7 classes. Les soldats de rang étaient éligibles de la 7e à la 5e, les sous-officiers, de la 6e à la 4e, les officiers juniors, de la 5e à la 3e, les officiers supérieurs, de la 4e à la 2e et les officiers généraux, de la 3e à la 1re.

Plus de 1 067 492 personnes reçurent cet ordre pendant son existence, surtout des 6es et 7es classes. Seules 41 1res classes et 202 2es classes furent décernées.

Par conflit :

La récompense était accompagnée d'une pension annuelle à vie, fixée en 1916. Après la mort du bénéficiaire, sa famille percevait la pension pendant un an. Si le bénéficiaire mourait moins de 5 ans après avoir reçu la décoration, sa famille percevait la pension jusqu'à la fin de la période de 5 ans[2]. En 1939, les pensions par classe étaient les suivantes :

  • 1re classe - 1500 yen
  • 2e classe - 1000 yen
  • 3e classe - 700 yen
  • 4e classe - 500 yen
  • 5e classe - 350 yen
  • 6e classe - 250 yen
  • 7e classe - 150 yen

La paye mensuelle d'une soldat simple de l'armée impériale japonaise était à l'époque de 8 Yen et 80 Sen. La pension annuelle fut cependant abolie en 1940.

La décoration fut parfois attribuée à un groupe. En octobre 1942, l'ordre fut décerné à titre posthume après des cérémonies au sanctuaire de Yasukuni. 995 lauréats à titre posthume avaient été tués dans de lointains combats de la guerre du Pacifique et 3 031 en Chine. Dans ce cas, l'annonce officielle des lauréats par radio fut suivie par les forces alliées en Asie[3]. Le nombre de lauréats à titre posthume fut considéré comme très important par les analystes alliés[4] Beaucoup de hauts officiers avaient été nommés, en plus de 55 aviateurs de la marine et 9 "membres d'une flottille d'attaque spéciale", probablement l'équipage d'un sous-marin miniature qui avait participé à l'attaque de Pearl Harbor[3].

L'ordre du Milan d'or fut officiellement aboli par les forces alliées pendant l'occupation du Japon en 1947.

Symbole[modifier | modifier le code]

Ordre du Milan doré, plaque de 1re et 2e classe.

La médaille représentait un milan doré, décrit dans l'ancienne chronique japonaise Nihon Shoki comme le messager des Kami qui aida l'empereur Jimmu à vaincre ses ennemis pendant une bataille. L'oiseau se tient sur une étoile à huit branches avec 32 rayons émaillés en rouge. Derrière le milan se croisent deux anciens boucliers samouraï, émaillés en bleu, et deux épées croisées émaillées en jaune avec des poignées en argent. Sur un côté se trouve une hallebarde (émaillé en vert avec des ornements blancs) et le symbole shinto Tomoe sur deux bannières rouges. Le revers est vide.

La médaille était dorée de la 1re à la 5e classe et argentée de la 5e à la 7e. Elle était suspendue à un ruban bleu et vert avec des bandes blanches sur les côtés, porté en écharpe sur l'épaule droite par la 1re classe, en collier par la 2e et 3e classe et sur la poitrine gauche par la 4e et la 5e. Les médailles de 6e et 7e classe n'étaient pas émaillées.

L'étoile de la 1re et 2e classe était similaire à celle de la médaille décrite ci-dessus, mais émaillée en rouge et en jaune. Elle était portée sur la poitrine gauche par la 1re classe et sur la poitrine droite par la 2e classe.

Quelques récipiendaires[modifier | modifier le code]

Première classe[modifier | modifier le code]

Armée impériale japonaise
Marine impériale japonaise

Deuxième classe[modifier | modifier le code]

Armée impériale japonaise
Marine impériale japonaise

Troisième classe[modifier | modifier le code]

Armée impériale japonaise
Marine impériale japonaise

Quatrième classe[modifier | modifier le code]

Cinquième classe[modifier | modifier le code]

Armée impériale japonaise

Sixième classe[modifier | modifier le code]

Septième classe[modifier | modifier le code]

Classe inconnue[modifier | modifier le code]

Armée impériale japonaise

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chamberlain, Basil Hall. (1905) Things Japanese: Being Notes on Various Subjects Connected with Japan for the use of Travellers and Others, p. 114.
  2. The Japan Year Book 1938-1939, Kenkyusha Press, Foreign Association of Japan
  3. a et b "Tokyo Awards List Big Officer Loss; Vice Admiral, 2 Rear Admirals and 2 Major Generals Win Posthumous Honors; 55 Naval Fliers Named; Group Included Covers the Japanese Pacific Dead Up to Mid-February," New York Times, October 16, 1942.
  4. "Japan's Hero's,", Time. October 26, 1942.
  5. Honor awarded 1907 -- Barry, Richard. "The Passing of Japan's Supreme Genius," New York Times, July 29, 1906.
  6. "Nogi, Maresuke," Encyclopædia Britannica (12th ed.), Vol. XXX, p. 1139.
  7. Awarded also third and fourth class of the same order « {{{1}}} »
  8. IJN 6th (Navy (submarine)) fleet Posthumous Admiral. (Solid Gold Hanko 34.8grms) also found belonging to Mr Takagi in Australia; presented with award possibly for a battle in 1943 (as inscribed on Gold Hanko)« {{{1}}} »
  9. Iwata Nishizawa. (1917). "Rear Admiral Suzuki Kantaro," Japan in the Taisho era, p. 783-784.
  10. Honor awarded 1942 -- Tsuji, Masanobu. (1997). Japan's Greatest Victory, Britain's Worst Defeat, p. 108.
  11. Honor awarded 1942 -- "Tokyo Awards List Big Officer Loss; Vice Admiral, 2 Rear Admirals and 2 Major Generals Win Posthumous Honors; 55 Naval Fliers Named; Group Included Covers the Japanese Pacific Dead Up to Mid-February," New York Times, October 16, 1942.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Un milan.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]