Médailles militaires (Japon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Médaille de la campagne de Chine de 1931-34.

Les médailles militaires (従軍記章 , jugun kisho?) du Japon étaient accordées pour service méritoire par l'empire du Japon (1868-1945), accordées auparavant à tout soldat qui participait aux batailles et aux guerres. Ces médailles militaires et les certificats d'accompagnement indiquaient le conflit pour lequel la décoration était accordée.

Ces décorations furent abolies durant l'occupation du Japon par les forces alliées (1945-1952). La possible ré-institution d'un équivalent moderne est peu probable depuis l'adoption de la constitution du Japon qui fait état que le pays renonce à guerre ; mais la pression actuelle pour l'amendement de l'article 9 de la constitution japonaise rend le projet potentiellement possible.

Médailles militaires du Japon[modifier | modifier le code]

Expédition de Taïwan de 1874[modifier | modifier le code]

Ruban de la médaille l'expédition de Taïwan de 1874.
Article principal : Expédition de Taïwan de 1874.

Guerre sino-japonaise (1894-1895)[modifier | modifier le code]

Ruban de la médaille de la guerre sino-japonaise (1894-1895).
Article principal : Guerre sino-japonaise (1894-1895).

Révolte des Boxers de 1900[modifier | modifier le code]

Ruban de la médaille de la révolte des Boxers de 1900.
Article principal : Révolte des Boxers.

L'édit impérial no. 142 est publié le 21 avril 1901 et ordonne la création d'une médaille pour tous ceux qui ont participé au secours des légations de Pékin durant la révolte des Boxers[1].

Guerre russo-japonaise 1904-05[modifier | modifier le code]

Ruban de la médaille de la guerre russo-japonaise de 1904-05.
Article principal : Guerre russo-japonaise.
Certificat Jugun kisho donné au lieutenant Ernesto Burzagli, attaché naval italien, en reconnaissance de sa participation dans les opérations de la marine durant la guerre russo-japonaise . Burzagli fut également décoré d'une médaille militaire pour ses services dans la marine impériale japonaise, comme certifié par ce document.

Une unique médaille militaire est créée le 31 mars 1906 par l'édit impérial no. 51[2] en reconnaissance des services rendus durant la guerre de la 37e à la 38e année de l'ère Meiji 37-38 (1904–1905). Faits appelés guerre sino-japonaise.

Un extrait du document indique :

« Une médaille d'honneur (jugun kisho) est créée par la présente le 30 mars 1906, à Ernesto Burzagli, lieutenant de la marine italienne, sur demande du ministère japonais de la Marine et avec l'accord de l'empereur, conformément à la réglementation relative à la remise des médailles militaires (1904-05). 1er avril 1906. »
« Après examen de ce certificat, [la présentation de la médaille au Lt. Bruzagli] a été inscrite dans le registre des médailles d'honneurs. »

Une image du recto de la médaille est visible en bas au centre du certificat.

L'attaché naval italien Ernesto Burzagli à bord d'un navire japonais à Yokohama en route pour Port Arthur durant la guerre russo-japonaise (janvier 1904).

Il n'est pas clairement précisé dans le certificat sir le Lt. Bruzagli a bien participé aux combat ou si la médaille est juste honorifique, une photographie le montre cependant à bord d'un des navires qui participa au bombardement et au blocus de Port Arthur en 1904[3]. Il était avec les forces navales japonaises qui capturèrent l'objectif stratégique. D'autres photographies le montrent avec le ministre japonais de la Marine visitant la ville capturée de Dalian, juste au nord de Port Arthur en janvier 1905[4]. et avec les forces d'occupation japonaises en janvier 1905[5].

Première Guerre mondiale 1914-20[modifier | modifier le code]

Ruban de la médaille de la Première Guerre mondiale.
Article principal : Première Guerre mondiale.

La participation japonaise à la Première Guerre mondiale est commémorée par des médailles créées le 6 novembre 1915 par l'édit impérial no. 203[6].

Médaille de la victoire alliée de la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Ruban de la médaille de la victoire alliée.

Campagne de Chine de 1931-34[modifier | modifier le code]

Ruban de la médaille de la campagne de Chine de 1931-34.
Article principal : Incident de Mukden.

Guerre sino-japonaise de 1937-45[modifier | modifier le code]

Ruban de la médaille de la guerre sino-japonaise de 1937-45.
Article principal : Guerre sino-japonaise (1937-1945).

La médaille de la campagne de Chine (Sina jihen jugun kisho?) est créée par l'édit impérial no. 496 le 27 juin 1939[7] et récompense les services en Chine de la 12e à la 20e année de l'ère Shōwa 12-20 (1937–1945)[8]. Un amendement est promulgué par l'édit impérial no. 418 en 1944 ; et la décoration est abolie en 1946 par l'ordonnance du gouvernement no. 177[7].

Bien que le gouvernement japonais utilise encore l'expression « incident de Chine » dans les documents officiels, les médias au Japon use souvent d'autres termes comme incident sino-japonais (日華事変, Nikka jihen?) ou (日支事変, Nisshi jihen?). Ces termes étaient déjà utilisés dans les médias dans les années 1930 et le mot Shina (mot) (en) est aujourd'hui considéré en Chine comme un terme péjoratif.

Guerre de la frontière de 1939[modifier | modifier le code]

Campagne de Chine de 1942[modifier | modifier le code]

Guerre de la grande Asie orientale de 1941-45[modifier | modifier le code]

Article principal : Guerre du Pacifique.
Ruban de la médaille de la guerre de la grande Asie orientale.

Une décoration spéciale est créée le 21 juin 1944 par l'édit impérial no. 417[9].

Quelques récipiendaires[modifier | modifier le code]

Marine[modifier | modifier le code]

Armée[modifier | modifier le code]

L'Attaché militaire indien Ian Hamilton en Mandchourie avec les forces japonaises commandées par le général Kuroki Tamemoto (en) (1904).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Boxer War Medal
  2. Russo-Japanese War Medal
  3. Aboard Japanese war ship en route to Port Arthur, 1904.
  4. Admiral Yamamoto Gombei visiting Dalny, 1905.
  5. War's destruction at Port Arthur, 1905.
  6. First World War Medal
  7. a et b China Incident War Medal
  8. Rottman, Gordon et al. (2005). Japanese Infantryman 1937-45: Sword of the Empire, p. 45.
  9. Great East Asia War Medal
  10. Bibliothèque nationale de la Diète (BND): Tōgō Heihachirō
  11. Senato della Repubblica: Ernesto Burzagli
  12. "A Victory for the Chinese; Japanese Driven with Heavy Loss from Ping-yang", New York Times, August 22, 1894.
  13. Honor awarded 1907 -- Barry, Richard. "The Passing of Japan's Supreme Genius," New York Times, July 29, 1906.
  14. NDL: Kuroki, Tamemoto
  15. Australian Dictionary of Biography: John Charles Hoad
  16. editor unknown (1922). Prominent People of the Maritime Provinces, p. 193.
  17. Arlington National Cemetery: Granville Roland Foretscue
  18. "The Last Last Soldier?" Time. January 13, 1975.
  19. Kawaguchi, Judit. "Words to Live By: Hiroo Onoda," Japan Times (Tokyo). January 16, 2007.
  20. Kristof, Nicholas D. "Shoichi Yokoi, 82, Is Dead; Japan Soldier Hid 27 Years," New York Times. September 26, 1997; Guam: Shoichi Yokoi

Liens externes[modifier | modifier le code]