Nmap

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nmap
Image illustrative de l'article Nmap
Logo

Image illustrative de l'article Nmap

Développeur Fyodor
Dernière version 6.40 () [+/-]
Environnements Multiplate-forme
Type Sécurité informatique
Licence GNU GPL
Site web nmap.org

Nmap est un scanner de ports libre créé par Fyodor et distribué par Insecure.org. Il est conçu pour détecter les ports ouverts, identifier les services hébergés et obtenir des informations sur le système d'exploitation d'un ordinateur distant. Ce logiciel est devenu une référence pour les administrateurs réseaux car l'audit des résultats de Nmap fournit des indications sur la sécurité d'un réseau. Il est disponible sous Windows, Mac OS X, Linux, BSD et Solaris.

Le code source de Nmap est disponible sous la licence GNU GPL.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Pour scanner les ports d'un ordinateur distant, Nmap utilise diverses techniques d'analyse qui s'appuient sur des protocoles tels que TCP, IP, UDP ou ICMP. De même, il se fonde sur les réponses qu'il obtient à des requêtes particulières pour obtenir une empreinte de la pile IP, souvent propre au système qui l'utilise. C'est par cette méthode qu'il peut reconnaitre la version d'un système d'exploitation ainsi que la version des services (aussi appelés daemons) en écoute.

Interface graphique[modifier | modifier le code]

NmapFE, écrite au départ par Zach Smith, était l'interface graphique officielle de Nmap pour les versions 2.2 à 4.22. À partir de la version 4.23 de Nmap, NmapFE a été remplacée par Zenmap, une nouvelle interface graphique fondée sur UMIT et développée par Adriano Monteiro Marques. D'autres interfaces sont disponibles, comme NmapSI4, qui s'appuie sur Qt.

De nombreuses interfaces web sont également disponibles pour utiliser Nmap à partir d'un navigateur web. On peut citer LOCALSCAN, nmap-web et Nmap-CGI.

Enfin, il existe des interfaces graphiques disponibles sous Microsoft Windows. On peut citer NMapWin, qui n'est pas mis à jour depuis la version v1.4.0, et NMapW développé par Syhunt.

Nmap et IPv6[modifier | modifier le code]

Avant 2002, Nmap ne prenait IPv6 en charge que pour les fonctionnalités les plus populaires. Depuis la version 6.0, publiée en mars 2012, Nmap prend complètement IPv6 en charge pour l'ensemble de ses fonctionnalités et pour toutes les plateformes sur lesquelles il fonctionne.

Apparitions dans les films[modifier | modifier le code]

Nmap étant un logiciel de plus en plus connu, on a pu voir des exemples d'utilisation dans plusieurs films[1].

Dans le second épisode de la trilogie Matrix (Matrix Reloaded à 1h47 et 50 secondes), Trinity se sert de nmap pour pirater la centrale électrique.

Le troisième opus de la saga Jason Bourne, La Vengeance dans la peau, montre la CIA utiliser nmap ainsi que son interface graphique Zenmap pour s'introduire dans le serveur d'un journal (The Guardian).

Nmap est présent dans le quatrième volet de la série des Die Hard, "Retour en enfer", où le hacker Matthew Farrel (Justin Long) l'utilise pour scanner une machine tout en chattant sur son ordinateur (au début du film).

Nmap fait également une apparition dans le film 13 jeux de mort où une informaticienne utilise ce logiciel afin de pénétrer dans le serveur d'un site web à la 57ème minute.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]