Mosquée An-Nasr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mosquée An-Nasr
Image illustrative de l'article Mosquée An-Nasr
Présentation
Culte Islam
Type Mosquée
Début de la construction 1935
Géographie
Pays
Commune Naplouse, Drapeau de la Palestine Palestine
Coordonnées 32° 13′ 08″ N 35° 15′ 41″ E / 32.2189, 35.2614 ()32° 13′ 08″ Nord 35° 15′ 41″ Est / 32.2189, 35.2614 ()  

Géolocalisation sur la carte : Palestine (administrative)

(Voir situation sur carte : Palestine (administrative))
Mosquée An-Nasr

La mosquée An-Nasr (en arabe, مسجد النصر) est une mosquée située à Naplouse, en Cisjordanie. Construite en 1935, elle se caractérise par son dôme turquoise.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, An-Nasr est une église byzantine[1], puis les Templiers construisent une petite église consistant dans un bâtiment de forme circulaire avec un dôme rouge pendant la domination de la Palestine par les Croisés. Ces derniers perdent Naplouse en 1187 aux mains des Ayyoubides et Naplouse était tombée aux mains des Mamelouks au XIVe siècle. Ceux-ci transforment l'église des Croisés pour en faire la mosqué An-Nasr à trois nefs[2]. Les Ottomans construisent un bâtiment gouvernemental à côté de la mosquée. An-Nasr est détruite par le tremblement de terre qui frappe Naplouse en 1927[1].

Intérieur de la mosquée

Le Conseil suprême musulman (en) dirigé par Amin al-Husseini fait reconstruire la mosquée An-Nasr sur le site avec une conception complètement différente des structures en 1935[1]. La reconstruction a été supervisée par le cheikh Amr Arafat, résident de Naplouse dont le clan, les Fityanis, a assuré la surintendance du waqf de la mosquée[3]. L'imam de la mosquée appartient traditionnellement à l'école du hanafisme[4]. Selon la tradition islamique, la mosquée An-Nasr est construite à l'endroit exact où les fils de Jacob lui ont remis la « tunique ensanglantée et en lambeaux » de Joseph[5].

En février 1998, la violence éclate à Naplouse entre les soldats israéliens et les Palestiniens et fait plusieurs morts palestiniens après que des soldats israéliens se sont querellés avec des fidèles palestiniens à la mosquée An-Nasr[6]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Khader Ibrahim Salameh, The Qurʼān Manuscripts in the Al-Haram Al-Sharif Islamic Museum, Jerusalem, Garnet & Ithaca Press,‎ 2001 (ISBN 1-85964-132-6), p. 190
  2. (en)Franciscan Cyberspot, Neapolis — Nablus)
  3. (en) Beshara Doumani, Rediscovering Palestine, Merchants and Peasants in Jabal Nablus, 1700-1900, University of California Press,‎ 1995
  4. (en) Mahmoud Yazbak, Nabulsi Ulama in the Late Ottoman Period, 1864-1914, Cambridge University Press,‎ 1997 (présentation en ligne)
  5. (en) William E. Curtis, To-day in syria and Palestine, F.H. Revell Company,‎ 1903, p. 315
  6. (en) Francis X. Clines, « New Squabbling in Israel Widens 2 Leaders' Split », The New York Times,‎ 13 février 1998 (lire en ligne)