Moses Ezekiel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Moses Ezekiel

Description de cette image, également commentée ci-après

Monument à Thomas Jefferson, Charlottesville

Nom de naissance Moses Jacob Ezekiel
Naissance 28 octobre 1844
Richmond en Virginie aux États-Unis
Décès 27 mars 1917
Rome en Italie
Nationalité Américaine
Activités Sculpteur
Formation Académie royale des arts de Berlin

Moses Jacob Ezekiel, né le 28 octobre 1844 à Richmond en Virginie aux États-Unis et mort le 27 mars 1917 à Rome en Italie, est un sculpteur américain qui fit l'essentiel de sa carrière à Rome.

Biographie[modifier | modifier le code]

Moses Ezekiel est né à Richmond où il fait ses études et intègre la Virginia Military Institute (VMI) et devient le premier cadet de confession juive de l'histoire de l'institution militaire. Il est, durant la Guerre de Sécession, combattant dans l'armée confédérée et blessé lors de la bataille de New Market en 1864, puis il participe la formation des cadets de la VMI et combat dans les tranchées lors de la défense de sa ville natale. Il reçoit de nombreuses décorations militaires pour ses faits d'armes.

Après la guerre, Moses Ezekiel réside quelque temps à Cincinnati puis part étudier la peinture et la sculpture en Europe à Berlin en 1869 à l'Académie royal des arts notamment auprès d'Albert Wolff. En 1873, il est admis à la Société des artistes de la ville. Il part ensuite en Italie où il passera le reste de sa vie à travailler à Rome où il obtient un grand succès et de nombreuses décorations de la part des rois Humbert Ier et Victor-Emmanuel III. Il réalise également des séjours à la villa d'Este à Tivoli sur l'invitation du cardinal Gustav von Hohenlohe et contribue à la re-décoration du lieu[1].

Moses Ezekiel décède en 1917 à Rome et y est enterré jusqu'en 1921 ses restes sont transportés au Mémorial confédéré du Cimetière national d'Arlington.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. David Coffin, The Villa d'Este at Tivoli, Princeton University Press, Princeton, 1960 (ISBN 0691038481), p.122-123.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]