Monastère de Derge Gonchen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

31° 48′ 22″ N 98° 34′ 52″ E / 31.80611, 98.58111 Gongchen ou Gonchen (aussi appelé Dégé Gonchen, monastère de Dergé et Lhundup Teng) est un grand monastère Sakya du bouddhisme tibétain, situé dans la ville de Derge, dans le comté de Dergué au Sichuan, en Chine. Historiquement ce secteur était dans la région du Kham du Tibet historique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monastère de Gonchen a été fondé par Thang Tong Gyalpo (ou Tangton Gyelpo, 1385-1464), un yogi bouddhiste et polymathe, médecin, et découvreur de trésor, renommé pour l'invention de l'Ache Lhamo, l'opéra tibétain, et les nombreux ponts suspendus en fer qu'il a construits à travers la région de l’Himalaya. Il est dit en avoir construit 108, le plus célèbre étant celui sur le Yarlung Tsanpo, près de la moderne Chushul. Il est souvent représenté sur les peintures murales avec de longs cheveux blancs et tenant des chaînes de ses ponts[1],[2].

Le monastère a été complètement détruit durant la révolution culturelle[3]. Il a été restauré dans les années 80 et les trois sanctuaires intérieurs sont dédiés à Gourou Rinpoché (Padmasambhava), au Bouddha Sakyamuni (Sakya Thukpa) et le Bouddha futur, Jampa ou Maitreya. En route en descendant à la presse une petite allée mène à la gauche à la Chapelle de Tangton Gyelpo (Tangyel Lhakhang)[4].

La chapelle principale du monastère est un vaste complexe qui est appelé « le grand monastère »[1]. Le monastère est d’une conception particulière, avec les murs dépouillés blanc, sombre rouge et gris, les couleurs uniques à l’école Sakya du bouddhisme tibétain[1].

La célèbre imprimerie de Dergé de l'ancienne province du Kham, actuellement dans le Sichuan, Chine, photographiée par l'écrivain italien Mario Biondi en juillet 2009

Au-dessous du monastère se trouve le célèbre Dergé Parkhang (l’imprimerie), construite en 1729, où les écritures bouddhistes du Kangyur et du Tengyur et d’autres travaux bouddhistes sont toujours imprimés à partir de blocs en bois par un travail manuel traditionnel[1]. L’imprimerie, dirigée par les moines du monastère, continue d'employer des techniques anciennes et n'utilise pas d'électricité. Le toit est utilisé pour sécher les feuilles imprimées. Il abrite quelque 217 000 blocs représentatifs de textes de toutes les écoles bouddhistes tibétaines y compris le Bön et environ 2 500 pages sont produites à la main chaque jour par les moines. En haut dans le même bâtiment, de plus vieilles presses produisent des caractères sur le tissu et le papier. Les travailleurs taillent les nouveaux blocs d'impression en bois dans le bâtiment administratif en face du monastère qui serait protégé des tremblements de terre et du feu par la déesse Drolma (Tara)[4].

Evénements récents[modifier | modifier le code]

Le 27 janvier 2009, une manifestation impliquant plusieurs moines tibétains près du monastère a été écrasé par la police par des tirs et des détentions, selon le Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie citant des rapports de la région[5]. Le 31 janvier, les moines ont été relâchés mais 30 d’entre eux auraient été sévèrement torturés[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Derge, the home of Tibetan Sutras
  2. Tibet. (2005) 6th Edition, p. 26. Bradley Mayhew and Michael Kohn. Lonely Planet. ISBN 1-74059-523-8.
  3. Trekking in Tibet , Par Gary McCue, p241.
  4. a et b Tibet. (2005) 6th Edition, p. 256. Bradley Mayhew and Michael Kohn. Lonely Planet. ISBN 1-74059-523-8.
  5. Tibetans Report Kardze Shooting, Radio Free Asia, 2009-01-30
  6. Chinese authorities partied to provoke monks: report

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]