Mode au XVe siècle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La mode au XVe siècle en Europe a été caractérisée par une série d'extravagances, des robes volumineuses appelées houppelande sorte de robe de chambre, tantôt longue, tantôt courte, avec de très longues manches allant jusqu'au sol. Les chapeaux, capuches et autres coiffures ont pris une importance croissante, ils étaient drapés, ornés de pierres précieuses, ou à plumes.

Alors que l'Europe continue d’être plus prospère, les classes moyennes urbaines et les travailleurs qualifiés commencent à porter des vêtements plus complexes et aboutis, et à suivre les modes fixées par les élites[1].

Les tendances générales[modifier | modifier le code]

Dominance de la cour de Bourgogne[modifier | modifier le code]

Avec l'Angleterre et la France embourbées dans la guerre de Cent Ans et ses conséquences, puis les anglais dans la guerre des Deux-Roses à travers la plupart du siècle, la mode européenne au nord des Alpes a été dominée par la cour de la duché de Bourgogne. Après avoir ajouté la Hollande et la Flandre à leur domination, les ducs de Bourgogne ont eu accès aux derniers tissus d'Italie et de l'Est et aux exportations de laine anglaise à travers les grandes villes commerçantes de Bruges et d’Anvers[2]. Les achats de tissus par des marchands italiens, comme le deux cousins Giovanni Arnolfini[3]. Surtout à Florence, où les lois somptuaires ont empêché les citoyens de porter des vêtements luxueux sur lesquels la fortune de la ville ont été construits[4].

Tissus et fourrures 1400-1500[modifier | modifier le code]

La laine était le tissu le plus populaire pour toutes les classes sociales, suivis par le lin et le chanvre[5]. Les tissus de laine étaient d’un large éventail de qualités, ces drap était un des piliers de l'économie anglaise et a été exporté dans toute l'Europe. Les tissus de laine ont été teints dans des couleurs riches, notamment du rouge, du vert, or et bleu, bien que la couleur bleu était réalisable avec du pastel (et moins fréquemment l'indigo).

Le tissage de la soie a été établi autour de la Méditerranée au début du siècle, et les soies sont de plus en plus vu sur les costumes italien et sur les robes des élites de toute l'Europe[6]. La fourrure était utilisée, la plupart du temps comme une doublure, par ceux qui pouvaient se l’offrir. Les fourrures d'écureuil gris et blanc du Moyen Âge, les vair et petit-gris, d'abord pour les hommes et pour les femmes, les fourrures de la nouvelle mode étaient brun foncé, la zibeline et la martes. Vers la fin du siècle, les fourrures d'animaux sauvages tels que le lynx sont devenus populaire[7]. L’hermine est restée la prérogative et la marque de la royauté.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Boucher, François : 20,000 Years of Fashion, Harry Abrams, 1966.
  2. Parry, History of Costume, p. 199
  3. 2% to the elder Giovanni alone, in 1444–46, p. 195 National Gallery Catalogues, The Fifteenth Century Netherlandish Paintings, Lorne Campbell, 1998, ISBN 1-85709-171-X
  4. Frick, Carole Collier. Dressing Renaissance Florence: Families, Fortunes, and Fine Clothing. Johns Hopkins University Press (2002).
  5. Koslin, Désirée, "Value-Added Stuffs and Shifts in Meaning: An Overview and Case-Study of Medieval Textile Paradigms", in Koslin and Snyder, Encountering Medieval Textiles and Dress, p. 237–240
  6. Crowfoot, Elizabeth, Frances Prichard and Kay Staniland, Textiles and Clothing c. 1150 – c. 1450
  7. Favier, Jean, Gold and Spices: The Rise of Commerce in the Middle Ages, 1998, p. 66