Metin Arditi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arditi.

Metin Arditi

Description de cette image, également commentée ci-après

Metin Arditi (Le Livre sur la Place, Nancy, 2011)

Naissance 2 février 1945 (69 ans)
Ankara

Metin Arditi, né le 2 février 1945 à Ankara, est un écrivain suisse d’origine turque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Metin Arditi a quitté la Turquie à l’âge de sept ans. Après onze années passées dans un internat suisse à Lausanne, il étudie à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, où il obtient un diplôme en physique et un diplôme de troisième cycle en génie atomique. Il poursuit ses études à l’université Stanford. Il habite Genève, où il est très engagé dans la vie culturelle et artistique, et enseigne à l’École polytechnique. De 2000 à 2013, il a été Président de l'Orchestre de la Suisse romande. Il préside également le Conseil culturel de l’École polytechnique de Lausanne. En 1988, il crée sa fondation Arditi et en 2000, il préside la Fondation de l'OSR[1]. Il est le fondateur en 2009 et le coprésident (avec Elias Sanbar) de la Fondation « Les Instruments de la Paix-Genève », qui favorise l’éducation musicale à des enfants de Palestine et d'Israël. Il est membre du Conseil de la Fondation du Conservatoire de musique de Genève. Il a présidé la commission de construction du musée Martin Bodmer, à Cologny. En décembre 2012, Metin Arditi a été nommé par l'UNESCO Ambassadeur de Bonne Volonté.

Écriture[modifier | modifier le code]

Auteur d’essais, de récits et de romans, Metin Arditi est un écrivain de l’intime, dont tous les livres traitent des mêmes thèmes : la difficulté de la filiation, la solitude et l’exil.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1997 : Essai : Mon Cher Jean… de la cigale à la fracture sociale, (éditions Zoé, Genève)
  • 1998 : Essai : La Fontaine, fabuliste infréquentable, (éditions Le Fablier, Château-Thierry)
  • 1999 : Essai : Le Mystère Machiavel, (éditions Zoé, Genève)
  • 2000 : Essai : Nietzsche ou l'insaisissable consolation, (éditions Zoé, Genève)
  • 2001 : Récit : Jonction, (K.G. Saur Verlag, Munich)
  • 2002 : Récit : La Chambre de Vincent, (éditions Zoé, Genève)
  • 2004 : Roman : Victoria-Hall, (Pauvert, Paris)
  • 2005 : Roman : Dernière lettre à Théo, (éditions Actes Sud, Arles)
  • 2006 : Roman : La Pension Marguerite, (éditions Actes Sud, Arles)
  • 2006 : Roman : L’Imprévisible, (éditions Actes Sud, Arles)
  • 2007 : Roman : La Fille des Louganis, (éditions Actes Sud, Arles)
  • 2009 : Roman : Loin des bras, (éditions Actes Sud, Arles)
  • 2011 : Roman : Le Turquetto, (éditions Actes Sud, Arles)
  • 2012 : Roman : Prince d’orchestre, (éditions Actes Sud, Arles)
  • 2013 : Roman : La Confrérie des moines volants, (éditions Grasset, Paris)

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Prix du Premier roman de Sablet (Victoria-Hall)
  • 2006 : Prix Lipp Suisse (La Pension Marguerite)
  • 2006 : Prix des Auditeurs de la Radio Suisse Romande (L’Imprévisible)
  • 2007 : Prix Version Femina- Virgin Megastore. Prix de l’Office Central des Bibliothèques, Prix Ronsard des Lycéens (La Fille des Louganis)
  • 2011 : Prix Jean-Giono, Prix de l'Académie de Bretagne, Prix de l'Académie Romande, Prix des Libraires de Nancy-Le Point, Prix Paroles et Plumes, Prix Millepages, Prix Page des Libraires, Prix Culture et Bibliothèques pour tous, Prix Casanova, Prix Alberto-Benveniste, Prix Océanes (Le Turquetto)[2]
  • 2012: Prix du public de l'Algue d'Or (Saint Briac sur mer, France), (Le Turquetto)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tribune de Genève, le 14 janvier 2012
  2. Sylvie Prioul, « Prix Jean-Giono à Metin Arditi », sur http://bibliobs.nouvelobs.com,‎ 18/10/2011 (consulté le 18/10/2011)