Mario Balassi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mario Balassi né en 1604 à Florence en Toscane, mort en 1667 dans cette même ville est un peintre italien baroque actif au XVIIe siècle.

Autoportrait, palazzo Pitti

Biographie[modifier | modifier le code]

Mario Balassi a débuté sa formation avec Jacopo Ligozzi, puis avec Matteo Rosselli et enfin avec Domenico Passignano qu'il a accompagné à Rome pour travailler sous le pontificat du pape Urbain VIII. À Rome il fait la connaissance d'Ottavio Piccolomini qu'il accompagne à Vienne, où il peint un portrait de l'empereur Ferdinand III. Taddeo Barberini lui commande une Transfiguration (copie de Raphaël) qui figure désormais dans l'église des Capucins à Rome. De retour à Florence, il peint un Saint Francois pour la Compagnia delle Stimmate. Il a également peint un Noli me tangere pour le couvent de la Maddalena. À son retour en Italie, il travaille à Prato, Florence et Empoli. Pour l'église de Sant' Agostino, à Prato, il peint une image de saint Nicolas de Tolentino et pour la Société du Stigmata à Florence, un Saint François. Dans la galerie de Vienne, on trouve une Vierge à l'Enfant que Balassi a peint sur une pierre. Parmi ses élèves on note Andrea Scacciati.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Autoportrait, Palazzo Pitti, Florence,
  • Portrait de Ferdinand III du Saint Empire,
  • Transfiguration (copie de Raphaël), église des Cappuccini de Rome.
  • Saint-François pour la Compagnia delle Stimmate, Florence
  • Noli me tangere,couvent de la Maddalena.
  • Saint-Nicolas de Tolentino, église de Sant' Agostino, Prato,
  • Vierge à l'Enfant, peinture sur pierre, Galerie de Vienne, Autriche.
  • Fresques, (1659), Cappella dell'Assunzione, église Santo Stefano, Empoli,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Stefano Ticozzi, Dictionnaire des architectes et sculpteurs, peintres, etc., vol. 1, Gaetano Schiepatti; numérisé par Googlebooks,le 24 janv 2007,‎ 1830 (lire en ligne), p. 98
  • (en) Michael Bryan et Robert Edmund Graves (éditeur), Dictionnaire bibliographique et critique des peintres et graveurs of, vol. 1 : A-K, York St. #4, Covent Garden, Londres; Original de Fogg Library, numérisé 18 mai 2007, George Bell and Sons,‎ 1886 (lire en ligne), p. 70

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :