Mario Astorri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mario Astorri
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau : Italie Italien
Naissance 7 août 1920
Lieu Cadeo (Italie Drapeau : Italie)
Décès 3 décembre 1989 (à 69 ans)
Lieu Copenhague (Danemark Drapeau : Danemark)
Période pro. 19391957
Poste Attaquant puis entraîneur
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1939-1941 Drapeau : Italie Mestre 26 (15)
1941-1942 Drapeau : Italie Schio 26 (10)
1942-1943 Drapeau : Italie SPAL 21 (14)
1942-1943 Drapeau : Italie Venise 12 (10)
1945-1946 Drapeau : Italie SPAL 19 (11)
1946-1947 Drapeau : Italie Juventus 23 (17)
1947-1949 Drapeau : Italie Atalanta 53 (13)
1949-1953 Drapeau : Italie Naples 88 (30)
1953-1954 Drapeau : Italie Monza 19 (7)
1955-1957 Drapeau : Italie Cenisia ?? (?)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1957-1958 Drapeau : Italie Meda
1958-1959 Drapeau : Italie Falck Arcore
Drapeau : Danemark Hørsholm
1966 Drapeau : Danemark Køge BK
1967 Drapeau : Danemark Akademisk BK
1968 Drapeau : Danemark Danemark
Drapeau : Danemark Hvidovre IF
Drapeau : Danemark Holbæk B&I
Drapeau : Danemark Kjøbenhavns BK
1978-1979 Drapeau : Danemark Hellerup IK
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Mario Astorri (né le 7 août 1920[1] à Cadeo en Émilie-Romagne et mort le 3 décembre 1989[1] à Copenhague au Danemark) est un joueur (attaquant) et entraîneur de football italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Placentin de naissance, Astorri est tout d'abord formé par le Calcio Mestre, où sa famille était partie pour travailler[1]. Il fait ses débuts en Serie C, débutant en 1939 sur une victoire 2-1 contre le Lanerossi Vicenza et inscrivant un but. Il joue sa première saison en tant que titulaire[2]. Il rejoint ensuite le Calcio Schio 1905, toujours en Serie C où il inscrit 36 buts[2] puis l'AC Ferrara, avec qui il inscrit 20 buts en 1943, devenant même le meilleur buteur de Serie C.

Il évolue ensuite à Venise pour le Campionato di guerra del 1944, inscrivant même neuf buts en un seul match, contre Rovigo Calcio[1]. Il retourne ensuite à Ferrare en 1945 (devenue le SPAL).

Juventus[modifier | modifier le code]

En 1946, il rejoint la Juventus, cédé par Paolo Mazza, qui l'avait acheté à Schio pour quelques milliers de lires, pour le revendre pour la somme record pour le club de 2 millions[3]. À Turin, il fait ses débuts le 22 septembre 1946 lors d'une victoire 3-1 à l'extérieur contre l'Atalanta. Avec les bianconeri, il joue au poste d'avant-centre avec Silvio Piola derrière lui[1], et inscrit 17 buts[4] : devenant le 6e meilleur buteur de la saison[5].

En 1947, le nouvel entraîneur de la Juve Renato Cesarini veut le faire passer sur l'aile, et Astorri quitte donc le club[1].

Atalanta[modifier | modifier le code]

Il rejoint ensuite l'Atalanta, débutant la première journée (le 14 septembre 1947) gagnée contre Bari 3-1. À la fin de la saison, il inscrit neuf buts[6]. L'année suivante, il n'inscrit que quatre buts, dont un doublé lors de la victoire contre Novare par 3-1, à la vingtième journée du 9 janvier 1949[7].

Naples[modifier | modifier le code]

En 1949, il rejoint Napoli, alors en Serie B, et contribue à la victoire en championnat et à la promotion (inscrivant huit buts)[8]. La saison suivante (1950-1951), il inscrit huit buts, dont un lors d'une défaite contre la Juventus par 3-2 (9e journée du 5 novembre 1950)[9], et atteint la 6e place du classement de Serie A. Il va mieux lors de la saison suivante et devient titulaire à Naples[10]. En 1952-1953, il perd son rôle de titulaire, au profit de Hasse Jeppson, et n'inscrit qu'un but lors d'une défaite 3-2 contre Novare Calcio.

Dernières années[modifier | modifier le code]

Il finit ensuite sa carrière à l'Associazione Calcio Monza Brianza 1912 en Serie B, où il inscrit 7 buts en 19 matchs[11], avant de terminer lors de ses deux dernières saisons dans la formation piémontaise du Cenisia, terminant sa carrière à 37 ans[1].

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Il entreprend immédiatement une carrière d'entraîneur après la fin de celle de joueur. Après avoir pris les rênes du Falck Arcore et de Meda[1], en 1959, il part au Danemark, sur les conseils de son ancien entraîneur Eraldo Monzeglio[1]. Suite à une publication sur un quotidien danois de Copenhague, où il passe une annonce comme entraîneur[12], il commence sur le banc danois avec l'Hørsholm, où il obtient une promotion en troisième division[12]. En 1966, il prend en main le Køge BK, néo-promu en D1, et l'année suivante, l'Akademisk Boldklub remporte le championnat[12].

En 1968, il s'occupe brièvement de l'équipe du Danemark[12], avant de retourner s'occuper des clubs. Il prend alors en charge Hvidovre IF, Holbæk B&I et le Kjøbenhavns Boldklub, avec lequel il remporte le championnat danois en 1974[13]. Son dernier club au Danemark est l'Hellerup IK, où il arrive 1978, quand le club joue en D2 danoise, à la place de Tom Søndergaard[14].

Il reste ensuite vivre au Danemark[1]. Au début des années 1980, c'est lui qui conseille à son ancien coéquipier Giampiero Boniperti (alors président de la Juventus) le jeune talent Michael Laudrup[1].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Drapeau : Italie Juventus

Entraineur[modifier | modifier le code]

Drapeau : Danemark Akademisk BK
 
Drapeau : Danemark Kjøbenhavns BK

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k E' morto Astorri, giramondo del calcio, Libertà, 5 décembre 1989, page 20
  2. a et b (it) « ArchivioMestre » (consulté le 20 novembre 2011)
  3. (it) « Nostalgicacalcio » (consulté le 20 novembre 2011)
  4. (it) Profilo myjuve.it
  5. (en) Italy 1946/47 rsssf.com
  6. (en) Italy 1947/48 rsssf.com
  7. (en) Italy 1948/49 rsssf.com
  8. (it) « Areanapoli » (consulté le 20 novembre 2011)
  9. (en) Italy 1950/51 rsssf.com
  10. (en) Italy 1951/52 rsssf.com
  11. "Almanacco illustrato del calcio", Edizioni del Calcio Illustrato/Rizzoli Milano 1947 e 1992
  12. a, b, c et d P.Gentilotti, G.Rubini, Dal Farnese a Barriera Genova, ed.Libertà, vol.3, pag.125
  13. (en) Italian Coaches Abroad rsssf.com
  14. (da) HIK Historie 1950-2000 www.hik.dk