Emirau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Emirau
Emira
Vue satellitaire (Landsat) de l'île
Vue satellitaire (Landsat) de l'île
Géographie
Pays Drapeau de la Papouasie-Nouvelle-Guinée Papouasie-Nouvelle-Guinée
Archipel Îles Mussau
archipel Bismarck
Coordonnées 1° 38′ 30″ S 149° 58′ 30″ E / -1.64167, 149.9751° 38′ 30″ S 149° 58′ 30″ E / -1.64167, 149.975  
Administration
Région Îles
Province Nouvelle-Irlande
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Papouasie-Nouvelle-Guinée (relief)

(Voir situation sur carte : Papouasie-Nouvelle-Guinée (relief))
Emirau
Emirau

Emirau, aussi connue sous le nom d'Emira est une île papouasienne de l'archipel Bismarck appartenant au groupes des Îles Mussau. Elle est administrativement rattachée à la province de Nouvelle-Irlande. La parler local est un dialecte de la langue de Mussau-Emira.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'île fut reconnue pour la première fois par l'explorateur William Dampier en 1699 qui la nomma Squally Island[1]. Emirau faisait partie de la Nouvelle-Guinée allemande avant la Première Guerre mondiale, les colonisateurs y avaient installé une plantation[1]. Lors de la Seconde Guerre mondiale, l'Orion, le Komet et le Kulmerland, trois navires allemands opérant dans le Pacifique et visant les intérets de l'Empire britannique y déposèrent 675 prisonniers faits lors des attaques allemandes sur Nauru ainsi qu'à l'occasion d'attaques antérieures dans le Pacifique. Ces rescapés furent ensuite rapatriés en Australie[2].

En mars 1944, le commandement allié décida de s'emparer de l'île afin de poursuivre sa stratégie visant à neutraliser l'importante base militaire japonaise de Rabaul. La 4e division des Marines fut à ce titre sur l'île chargée de mener à bien le débarquement sur Emirau. L'occupation de l'île se déroula sur combat, les quelques japonais sur l'île ayant tenté une infructueuse retraite en canoë vers Kavieng. Le corps expéditionnaire tomba néanmoins sur un groupe de sept missionnaires adventistes du septième jour[1]. Une base militaire fut établie par les Américains sur l'île ainsi qu'un aérodrome toujours utilisable à ce jour.

Économie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) pacificwrecks.com, Emirau
  2. (en) Jackson et David Stevens (éditeur), Maritime Power in the 20th Century: The Australian Experience,‎ 1998 (lire en ligne), « Forcing force development: the impact of the German raiders on New Zealand's maritime defences », p. 95

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]