Liste de proverbes et expressions sur le chat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les proverbes et expressions liés au chat se comptent par dizaines en langue française, soit qu’ils mettent en scène l’animal lui-même (qui court vite, dort beaucoup et chasse les souris), soit que le terme de « chat » désigne l’homme, qui s’identifie alors au félin. La plupart de ces dictons datent de plusieurs siècles ; certains remontent même au Moyen Âge.

Mots liés au chat[modifier | modifier le code]

  • minet : jeune homme un peu maniéré
  • minette : jeune femme un peu maniérée
  • chatte, minou, minette (argot) : organes génitaux féminins (par confusion avec chas, fente, orifice). À noter cependant que cet usage métaphorique se retrouve dans d'autres langues, comme l'anglais ["pussy"] ou l'arabe ["القط"].
  • chattemite (vieilli) : chatte, personne doucereuse
  • chatteries : manières galantes

Proverbes[modifier | modifier le code]

Quand le chat dort...
  • « À bon chat, bon rat » : se dit de deux ennemis également pugnaces. Un bon chasseur peut trouver un adversaire à sa mesure. Cette formule apparaît déjà chez Regnard[1].
  • « À mauvais chat, mauvais rat » : on ne peut qu’être méchant envers les méchants. L’expression existe déjà au Moyen Âge, sous une forme très proche : « À mau chat, mau rat »[2].
  • « Chat échaudé craint l'eau froide » : après une expérience malheureuse, on en arrive à craindre des choses inoffensives.
  • « Les chiens ne font pas des chats » : on garde toujours les caractéristiques de ses parents.
  • « Quand le chat n'est pas là, les souris dansent » : le supérieur absent, les subordonnés en profitent pour ne plus travailler.
  • « La nuit, tous les chats sont gris » : dans l’obscurité, les détails s’estompent et l’on peut confondre des objets différents. Autre sens : on peut se conduire comme on veut tant qu’on ne se fait pas prendre. Cette phrase est notamment employée par Scarron (Le Roman comique, I, 13) et par Beaumarchais (Le Barbier de Séville, III, 5).
  • « Il ne faut pas réveiller le chat qui dort » : il faut éviter de réactiver une source de danger lorsqu’elle s’est mise en sommeil. Selon Littré[3], au XIIIe siècle on disait « éveiller le chien qui dort », ce qui est plus logique car c'est plutôt d'un chien qu'on peut craindre une attaque.
  • « Ne faites pas confiance au chat quand il y a du poisson au menu » proverbe malgache.
  • « Ne faites pas comme un chat qui cache ses ongles » proverbe malgache
  • « Il est difficile d’attraper un chat noir dans une pièce sombre, surtout quand il n’y est pas » (proverbe chinois).
  • « Peu importe que le chat soit gris ou noir pourvu qu’il attrape les souris » : proverbe chinois et devise de Deng Xiaoping.
  • « Qui est né chat pourchasse les souris » (proverbe italien) : on ne peut pas lutter contre sa propre nature.
  • « Le chat aime manger le poisson, mais pas le pêcher » : se dit d’une personne profiteuse.
  • « Si je préfère les chats aux chiens, c'est qu'il n'y a pas de chats policiers », citation attribuée à Jean Cocteau ou Jacques Prévert, et reprise par Siné dans son livre Je ne pense qu'à chat (1968)

Expressions[modifier | modifier le code]

Il pleut des chats.
  • « dès potron-minet » : à l'aube (de potron, déformation de posterio ; à l'origine : dès potron-jacquet)
  • « avoir des yeux de chat » : bien voir dans l'obscurité
  • « avoir un chat dans la gorge » : être enroué
  • « être gourmand(e) comme un(e) chat(te) » : aimer les sucreries, les petits plats fins.
  • « donner sa langue au chat » : initialement rester sans voix ; par extension, avouer son ignorance, arrêter de réfléchir à un problème et demander la solution
  • « acheter chat en poche » : acheter sans voir l'objet de la vente. Molière utilise cette locution (Pourceaugnac, II, 7). En sens inverse, on peut vendre chat en poche, c’est-à-dire ne pas faire voir ce que l’on vend. L’expression Chat en poche a également inspiré le titre d’une pièce de théâtre de Georges Feydeau.
  • « Acheter un chat en sac » ou « Acheter un chat dans un sac » dans le même ordre d’idée. La formule se trouve entre autres chez Boileau (Satires, I) et Daniel.
  • « avoir d'autres chats à fouetter » : Avoir des choses plus importantes à faire que celles qui nous sont proposées
  • « il n'y a pas de quoi fouetter un chat » : c'est une affaire sans importance
  • « être comme chien et chat » : avoir des relations tendues, difficiles
  • « ne réveillez pas le chat qui dort » : n'allez pas au devant de la difficulté ou du danger
  • « à bon chat, bon rat » : la défense est d'aussi bonne qualité que l'attaque
  • « il n'y a pas un chat » ou « il n'y a pas la queue d'un chat » : il n'y a personne. Cette phrase est très répandue dès le XVIIIe siècle, en particulier dans la correspondance de Voltaire.
  • « appeler un chat un chat » : appeler les choses par leur nom.
  • « jouer à chat » (vieilli) : jeu de poursuite dans la cour de récréation
  • « jouer à chat perché » : variante du précédent où un joueur en hauteur est invulnérable
  • « jouer au chat et à la souris » : s'épier sans vouloir ou pouvoir se rencontrer
  • « jouer (avec sa victime) comme un chat avec une souris » : faire durer cruellement une situation déplaisante
  • « jeter le chat aux jambes de quelqu'un » : lui susciter des embarras
  • « retomber comme un chat sur ses pattes » : se tirer adroitement d'une situation difficile
  • « emporter le chat » : partir sans dire au revoir
  • « maladie des griffes du chat » : lymphoréticulomatose bénigne d'inoculation.
  • « maladie du cri du chat » : ensemble de malformations dues à la délétion d'un bras du chromosome 5
  • « pipi de chat » : chose de peu de conséquence ou bien boisson, en particulier bière, de mauvais goût
  • « Passer comme un chat sur la braise » : Passer très vite, notamment au figuré lors d'un discours pour passer rapidement sur un fait douteux.
  • « De la bouillie pour les chats » : travail bâclé, texte incompréhensible.
  • « Faire une toilette de chat » : se laver sommairement, sans trop se mouiller.
  • « Aller comme un chat maigre » : courir beaucoup et très vite. Ces mots apparaissent déjà chez Mathurin Régnier (Satires, XI).
  • « Une chatte n’y retrouverait pas ses petits » : grand désordre, situation très complexe.
  • « Cela ferait pisser un chat par la patte » ou « à faire pisser un chat par la patte » : se dit de quelque chose qui a un goût (très) acide (Patois de Normandie ?).
  • « it's raining cats and dogs » Il pleut des chats et des chiens est une expression anglaise pour dire qu'il pleut beaucoup[4].
  • « Curiosity kills the cat » La curiosité tue le chat équivalent anglais de « la curiosité est un vilain défaut ».
  • « Avoir un œil qui surveille le poisson et l'autre qui fait « entention » au chat » : expression pied-noire qui décrit un strabisme divergent.
  • « Un sac de chats » : expression argentine équivalent à un sac de nœuds.
  • « Jeter le bout au chat » : mettre un morceau de viande au rebut. S'emploie aussi pour qualifier une ablation chirurgicale ou accidentelle.
  • « Écrire comme un chat » : avoir une écriture illisible. L'origine de l'expression proviendrait d'une association d'idée avec un « greffier », un chat en argot parisien.
  • « chat à neuf queues » : traduction de l'anglais cat o'nine tails, nom du fouet utilisé autrefois dans la marine anglaise
  • « une vie de chat » : une vie facile, confortable.
  • « j'ai deux chats dans les chaussettes mais pas le mot dans la tête » : expression nippone ayant pour origine une situation dans laquelle il est plus simple de mettre deux chats dans ses chaussettes que le mot qui traduit notre pensée.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Distrait, I, 2
  2. Fabri, Art de rhétorique, II
  3. Paul Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, tome 1, édition 1974, pages 864 et 906)
  4. Pluie d'animaux

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]