Les Royaumes du Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Royaumes du Nord
Auteur Philip Pullman
Genre Fantasy
Version originale
Titre original Northern Lights
Éditeur original Scholastic
Langue originale Anglais britannique
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale 1995
Version française
Traducteur Jean Esch
Lieu de parution Paris
Éditeur Éditions Gallimard
Date de parution 1998
Dessinateur Philip Pullman
Couverture Éric Rohmann
Série À la croisée des mondes
Chronologie
La Tour des anges Suivant

Les Royaumes du Nord (Northern Lights[1] au Royaume-Uni ou The Golden Compass[2] aux États-Unis et au Canada) est le premier tome de la trilogie À la croisée des mondes (His Dark Materials) écrite par Philip Pullman ; il est suivi par La Tour des anges.

Il est publié au Royaume-Uni aux éditions Scholastic Ltd en 1995, puis en France aux éditions Gallimard Jeunesse en 1998, et traduit par Jean Esch.

Rédaction[modifier | modifier le code]

Titre[modifier | modifier le code]

Jésus en tant qu'architecte (XIIIe siècle), enluminure d'un manuscrit médiéval. Auteur inconnu.

Pendant une grande partie de la pré-publication de la trilogie, son titre provisoire était The Golden Compasses (littéralement « Les Compas d'Or »), une allusion à un passage du poème épique de John Milton, Le Paradis perdu (Paradise Lost, XVIIe siècle). Les « compas d'or » de Dieu (en l'occurrence Jésus Christ) sont ceux qu'Il utilise pour établir et mettre en place les limites de la Création[3].

« Then staid the fervid wheels, and in his hand
[The Son of God] took the golden compasses, prepared
In God's eternal store, to circumscribe
This universe, and all created things:
One foot he centered, and the other turned
Round through the vast profundity obscure
And said, thus farr extend, thus farr thy bounds,
This be thy just Circumference, O World.
 »

— John Milton, Paradise Lost (1667). Livre VII, lignes 224 à 232.

« Alors [le Fils de Dieu] arrête les roues ardentes, et prend dans sa main le compas d’or préparé dans l’éternel trésor de Dieu, pour tracer la circonférence de cet univers et de toutes les choses créées. Une pointe de ce compas il appuie au centre, et tourne l’autre dans la vaste et obscure profondeur, et il dit : « jusque là étends-toi, jusque là vont tes limites ; que ceci soit ton exacte circonférence, ô monde ! »

— Traduction par François-René de Chateaubriand (1861).

Cependant, l'éditeur américain Knopf a choisi d'intituler le premier livre The Golden Compass (au singulier, dans le sens « La Boussole d'or »), en référence à l'aléthiomètre de Lyra, en utilisant le double sens de « Compass » en anglais : « compas » et « boussole ». Pour le premier tome, Pullman avait choisi le titre Northern Lights (littéralement « Les Lumières du Nord », traduit dans la version française par Les Royaumes du Nord), et ce titre est utilisé au Royaume-Uni et en Australie[3].

Résumé[modifier | modifier le code]

Élevée dans le très austère Jordan College à Oxford, Lyra Belacqua accompagnée de son dæmon Pantalaimon, apprend accidentellement l'existence de la Poussière, une étrange particule élémentaire que le Magisterium (organe exécutif de l'Église, dans une version radicale du christianisme) pense être la conséquence du Péché originel. L’Église a en effet observé que cette Poussière est moins attirée par l'innocence des enfants que par l'expérience des adultes. Des savants, avec la bénédiction de l’Église, poursuivent d'horribles expériences sur la Poussière en utilisant des enfants kidnappés dans toute l'Angleterre et envoyés dans les royaumes glacés du Grand Nord.

Lyra s'engage à la poursuite de ces kidnappeurs d'enfants, surnommés « les Enfourneurs », qui ont notamment capturé son meilleur ami Roger et d'autres enfants de sa connaissance. Elle devra d'abord échapper à Mme Coulter, une femme aussi charmante et intelligente que calculatrice et diabolique, qui l'a accueilli chez elle et tente de l'enjôler. Elle apprendra plus tard que Mme Coulter est sa mère et qu'elle joue un rôle clé dans l'enlèvement des enfants et les expériences sur la Poussière.

Après avoir fui Mme Coulter, Lyra entreprend son périple vers le Nord munie de l'aléthiomètre, un lecteur de vérité, qui lui a été transmis par le Maître de Jordan College. Elle est aidée dans sa quête par l'ours en armure Iorek Byrnison, les gitans John Faa et Farder Coram, l'aéronaute texan Lee Scoresby et la sorcière Serafina Pekkala. Au début de son aventure, elle apprend que son oncle, Lord Asriel, est retenu prisonnier dans le Nord parce que lui aussi poursuit des recherches sur la Poussière. Sa mission aura donc un double but, libérer Roger, mais aussi son oncle. Elle apprendra plus tard que Lord Asriel n'est pas son oncle, mais son père.

Après avoir affronté de multiples dangers, avoir libéré son ami Roger et les autres enfants des savants expérimentateurs et avoir aidé Iorek Byrnison à se rétablir à la tête du royaume des ours en armure, Lyra retrouve enfin Lord Asriel. Cependant, celui-ci, obsédé par ses recherches, sacrifie Roger pour obtenir l'énergie dont il a besoin pour construire un pont vers l'autre monde à travers l'aurore. Lorsque Lyra arrive au pont, alors que Roger gît dans la neige, Lord Asriel a déjà traversé et a disparu, et Lyra décide de le suivre.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Lyra Belacqua est une jeune fille de onze ans, un peu « garçon manqué », ayant grandi à Jordan College (Oxford). Elle est décrite comme une fillette maigrelette aux cheveux blonds foncés en bataille et aux yeux bleus. Elle est très habile dans l'art du mensonge, et est l'objet d'une prophétie qui dit qu'elle rétablira l'équilibre dans l'ensemble des univers. Elle apprend à lire l'aléthiomètre, qu'elle manie de façon presque innée, alors que son utilisation requiert d'habitude des décennies d'expérience.
    • Pantalaimon ou Pan est le dæmon de Lyra. Comme tous les dæmons des enfants n'ayant pas atteint la puberté, il change de forme, passant d'une créature à l'autre.
  • Roger Parslow est le meilleur ami de Lyra, fils de l'une des famille de serviteurs de Jordan College. Lorsqu'il est kidnappé par les Enfourneurs, Lyra part à sa recherche. Il est tué par Lord Asriel à la fin du roman.
  • Lord Asriel, soi-disant l'oncle de Lyra, est en fait son père. Explorateur et chercheur émérite, il ouvre une brèche entre les mondes et part à la poursuite de la Poussière.
  • Marisa Coulter est la mère de Lyra, belle, froide et extrêmement manipulatrice. Elle sert le Magisterium en kidnappant des enfants pour effectuer des recherches sur la nature de la Poussière.
    • Le singe doré, son dæmon dont les tendances cruelles et violentes reflètent le vrai caractère de Mme Coulter.
  • Iorek Byrnison est un ours en armure (panserbjørn) exilé devenu alcoolique par dépit. Alors que des humains lui ont volé son armure (son âme, équivalent des dæmons pour les humains), Lyra l'aide à la récupérer. Il devient son protecteur et l'aide à libérer les enfants de Bolvangar. Après qu'elle a avec succès trompé le roi Iofur Raknison et qu'il a récupéré son trône, Iorek la surnomme Lyra Parle-d'or.
  • Iofur Raknison est aussi un panserbjørn qui a usurpé le trône du Royaume des ours en armure. Son vœu le plus cher est de posséder un dæmon, et Lyra se sert de cette information pour le convaincre de se battre en duel contre Iorek dans l'espoir que ce dernier en sorte vainqueur, ce qu'elle réussit malgré l'apparente impossibilité de tromper les ours en armure.
  • Serafina Pekkala est une sorcière qui s'intéresse de près à Lyra et à sa quête, étant donné qu'elle l'a reconnue comme étant la jeune fille dont parle la prophétie.
    • Kaisa, son dæmon, est une oie blanche, et ils ont la possibilité de s'éloigner l'un de l'autre.
  • Lee Scoresby est un aéronaute texan, ami de Iorek Byrnison, qui aide Lyra à voyager à bord de son ballon.
    • Hester, son dæmon, est une lièvre de l'Arctique.

Univers[modifier | modifier le code]

Alors que les deux autres tomes de la trilogie se déroulent dans plusieurs mondes, Les Royaumes du Nord est situé dans un seul monde, très semblable au nôtre. L'introduction explique que « le premier volume a pour cadre un univers semblable au nôtre - mais différent en bien des points. L'action du deuxième volume se déroule dans l'univers que nous connaissons. Dans le troisième volume, les personnages évolueront dans ces différents univers[4]. ». Cependant, ce monde parallèle dispose d'une technologie moins avancée que la nôtre : le style vestimentaire est celui de l'époque victorienne ; les automobiles existent mais sont présentes en petit nombre et sont peu rapides ; les avions n'existent pas et les voyages aériens se font en zeppelin. C'est le monde de la fin du XIXe siècle, à l'époque industrielle, et du début de la Première Guerre mondiale, encore que le savoir, dans certains domaines, surpasse celui de l'époque, avec, par exemple, l'étude de la physique des particules[5]. Le monde de Lyra est rapproché du sous-genre SF « steampunk », dont l'atmosphère a été choisie pour les décors du film[6].

Thèmes[modifier | modifier le code]

Chapitres[modifier | modifier le code]

1re partie : Oxford

1. La Carafe de tokay
2. Images du Nord
3. Lyra au collège
4. L'Aléthiomètre
5. Le Cocktail
6. Prise dans les filets
7. John Faa
8. Frustration
9. Les Espions

2e partie : Bolvangar

10. Le Consul et l'ours
11. L'Armure
12. Le Garçon perdu
13. Leçon d'escrime
14. Les Lumières de Bolvangar
15. Dæmons en cage
16. La Guillotine
17. Les Sorcières

3e partie : Svalbard

18. Brouillards et glaces
19. Captivité
20. Combat à outrance
21. L'Accueil de Lord Asriel
22. Trahison
23. Le Pont qui mène aux étoiles

Analyse[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Au Royaume-Uni, Philip Pullman remporte la médaille Carnegie dans la catégorie des romans britanniques pour enfants[7], ainsi que le Prix de la fiction pour enfants décerné par The Guardian. Les Royaumes du Nord est cité par l'hebdomadaire britannique The Observer comme l'un des cent meilleurs romans jamais écrits (à la 98e place)[8].

En 2007, le jury de la Canergie Medal pour la littérature de jeunesse a sélectionné le premier volume comme étant l'un des dix plus importants romans anglophones pour enfants des soixante-dix dernières années, et en juin de la même année, le public l'a désigné numéro un avec plus de 40 % des voix, lui décernant la « Carnegie des Carnegies »[9].

Aux États-Unis, le roman a été nommé dans le Top 10 de l' « Editors Choice » de Booklist, « Book of the Year » par Publishers Weekly, « Fanfare Honor Book » par Horn Book et « Blue Ribbon Book » par Bulletin.

Adaptations[modifier | modifier le code]

À la croisée des mondes a été adaptée en feuilleton-radio sur la radio britannique BBC Radio 4 en 2003, avec Terence Stamp pour la voix de Lord Asriel, Lulu Popplewell pour Lyra et Daniel Anthony pour Will[10].

Nicholas Hytner a adapté les livres au théâtre dans une pièce en deux parties, His Dark Materials, écrites par Nicholas Wright pour le Royal National Theatre de Londres en 2003 et 2004[11]. Anna Maxwell Martin y interprète le rôle de Lyra, Dominic Cooper celui de Will, Timothy Dalton celui de Lord Asriel, et Madame Coulter est jouée par Patricia Hodge[12].

Le film À la croisée des mondes : La Boussole d'or (The Golden Compass) a été réalisé par Chris Weitz en 2007 et produit par New Line Cinema[13],[14]. La distribution affiche Dakota Blue Richards dans son premier rôle de Lyra Belacqua, Nicole Kidman dans le rôle de Marisa Coulter, Daniel Craig dans le rôle de Lord Asriel, Sam Elliott dans le rôle de Lee Scoresby et Eva Green dans celui de Serafina Pekkala. On peut trouver des acteurs célèbres également aux doublages des animaux, comme Freddie Highmore pour Pantalaimon, Ian McKellen pour Iorek Byrnison et Ian McShane pour Ragnar Sturlusson. Malheureusement, le film n'a pas remporté autant de recettes que New Line espérait, ce qui a donc empêché la réalisation d'adaptations des autres tomes au cinéma[15],[16].

Un jeu vidéo homonyme d'action-aventure a également vu le jour en 2008, adapté du film et édité par Sega sur les plateformes PC, PlayStation 2, PlayStation 3, PSP, Xbox 360, Wii et Nintendo DS[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Traduction littérale : « Les Lumières du Nord », autre nom en anglais pour l'aurore boréale.
  2. Traduction littérale : « La Boussole dorée. »
  3. a et b (en) « Frequently Asked Questions », sur Bridge to the stars (consulté le 18 septembre 2012)
  4. (Les Royaumes du Nord, Préambule (p. 5).)
  5. Les Royaumes du Nord.
  6. (en) Rodney J. Decker, « Reflexions on the Fantasy Trilogy His Dark Materials by Philip Pullman, better known from the film title The Golden Compass », Baptist Bible Seminary,‎ février 2008 (lire en ligne)
  7. (en) « Living Archive: Celebrating the Carnegie and Greenaway Winners », sur Canergie Greenway,‎ 1995 (consulté le 11 juin 2012)
  8. (en) Rafael Behr, « The best novels ever », sur The Guardian,‎ 11 mai 2005 (consulté le 11 juin 2012)
  9. (en) Michelle Pauli, « Pullman wins "Carnegie of Carnegies" », sur The Guardian,‎ 21 juin 2007 (consulté le 11 juin 2012)
  10. (en) « His Dark Materials - Characters », sur BBC Radio 4,‎ 2003 (consulté le 17 août 2012)
  11. (en) Michael Billington, « His Dark Materials », sur The Guardian,‎ 5 janvier 2004 (consulté le 24 août 2012)
  12. (en) « His Dark Materials - Stage Cast & Crew », sur Bridge to the Stars (consulté le 24 août 2012)
  13. (en) « Chris Weitz Interview », sur Bridge to the Stars,‎ 2004 (consulté le 21 avril 2012)
  14. (en) Sam Coates, « God is cut from film of Dark Materials [payant »], sur The Times,‎ 8 décembre 2004 (consulté le 21 avril 2012)
  15. (en) Sam Leith, « Philip Pullman's His Dark Materials film trilogy in doubt after Golden Compass sequel in limbo », sur The Telegraph,‎ 18 juillet 2008 (consulté le 12 juin 2012)
  16. (en) Guy Adams, « Can fantasy epics survive the Credit Crunch Chronicles?  », sur The Independent,‎ 28 décembre 2008 (consulté le 24 août 2012)
  17. (en) « The Golden Compass Review », sur IGN (consulté le 13 juin 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]