Le Temps d'aimer et le Temps de mourir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Temps d'aimer et
le Temps de mourir

Description de cette image, également commentée ci-après

Liselotte Pulver et John Gavin

Titre original A Time to Love and
a Time to Die
Réalisation Douglas Sirk
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1958

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Temps d'aimer et le Temps de mourir (A Time to Love and a Time to Die) est un film américain réalisé par Douglas Sirk, sorti en 1958.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1944, Seconde Guerre mondiale : Un soldat allemand, Ernst Graeber, quitte le Front germano-russe pour quelques jours de permission. Il découvre que sa maison est détruite et que ses parents ont disparu. Il revoit une amie d'enfance, Elizabeth Krause, dont le père est en camp de concentration, et retrouve Oscar Binding, un camarade devenu chef SS de district qui tente de l'aider à obtenir des nouvelles de ses parents...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Dans l'introduction à un ouvrage consacré à des conversations avec Douglas Sirk, Jon Halliday rappelle que le réalisateur fut contraint de quitter l'Allemagne en 1937. Il lui fut désormais impossible de revoir son enfant, retenu par sa première épouse acquise aux idées national-socialistes. Engagé sur le front russe, Klaus Detlef, son fils, y sera abattu au printemps 1944. « Sirk transforma Le Temps d'aimer et le temps de mourir [...] en une reconstitution imaginaire des dernières semaines de son fils, et y projeta son angoisse - et son espoir - et son désespoir. Après la guerre, le réalisateur fit une tentative infructueuse pour revenir travailler en Europe. Il passa un an à essayer de découvrir ce qui était arrivé à son garçon, suivant des pistes et inspectant des bulletins (scènes qu'il a transposées dans l'Allemagne en guerre du Temps d'aimer... », écrit Jon Halliday[1].

Commentaire[modifier | modifier le code]

Au moment d'une diffusion télévisée, Patrick Brion écrivait dans Télérama :

« Ce film marque la rencontre bouleversante de Douglas Sirk et d'Erich Maria Remarque, l'auteur de À l'Ouest, rien de nouveau. Une osmose exceptionnelle s'est créée entre Sirk, le romantique, et Remarque, le pacifiste. Le Temps d'aimer et le Temps de mourir constitue l'une des œuvres les plus déchirantes et les plus intenses, sur la folie et l'absurdité de la guerre. « Ce qui m'a intéressé - devait déclarer Sirk - c'est ce décor de ruines et ces deux amants. Cette histoire d'amour est inhabituelle. C'est un film qui est très proche de mes idées, particulièrement par sa description de la brièveté du bonheur »[1]. Dans le décor apocalyptique d'une Allemagne qui s'effondre moralement, militairement et physiquement, deux êtres unis par un amour subit vont vivre quelques instants de bonheur. La force de ce film est de ne pas défendre une thèse. Sirk nous épargne les habituelles théories antimilitaristes. Pourtant, nous sommes extraordinairement concernés par cette guerre, machine folle qui broie tout. Remarquablement joué et dirigé, avec la tendresse d'un grand auteur, Le Temps de vivre et le Temps de mourir est une œuvre belle et douloureuse, à ne pas manquer. »

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b J. Halliday, Conversations avec Douglas Sirk, Collection Atelier, Cahiers du cinéma, Paris, 1997.

Lien externe[modifier | modifier le code]