Le Sopha, conte moral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Sopha,
conte moral
Auteur Crébillon fils
Genre Roman libertin
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Date de parution 1742

Le Sopha, conte moral est un conte français de Claude Prosper Jolyot de Crébillon dit « Crébillon fils », publié en 1742.

Argument[modifier | modifier le code]

Le conte s'inscrit dans un cadre oriental évocateur des Mille et une nuits. Le narrateur, Amanzéï, est transformé en sopha et ne retrouvera sa forme humaine que « quand deux personnes se donneraient mutuellement et sur [lui] leurs prémices ». À l’intention du sultan Schah-Baham, qui s’ennuie, et de la sultane, il raconte les scènes dont il a été le témoin en faisant défiler sept couples. Le dernier, formé de deux adolescents (Zéïnis et Phéléas) dont les jeunes cœurs jouissent innocemment du plaisir qu’ils se donnent, remplit la condition permettant de libérer Amanzéï.

Les différents épisodes – dont le plus long (9 chapitres) est celui de Zulica – sont autant d’occasions de ridiculiser l’hypocrisie sous ses différentes formes (respectabilité mondaine, vertu, dévotion).

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la publication de ce roman, l’auteur est exilé à 30 lieues de Paris le 7 avril 1742 en raison du cynisme de l’ouvrage et de son libertinage, mais surtout parce que certains croient reconnaître Louis XV dans le personnage ridicule et amusant du sultan Schah-Baham. Crébillon parvient à rentrer dans la capitale le 22 juillet en faisant valoir pour sa défense que l’ouvrage aurait été commandé par Frédéric II de Prusse et n’aurait été publié qu’à la suite d’une indiscrétion et contre sa volonté.

Lien externe[modifier | modifier le code]