Lamane Djigan Diouf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tukar, famille Diouf et Lamane.

Lamane Djigan Diouf

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Le totem de cette famille (famille Diouf) est l'antilope, symbole de la
grâce, royauté, sagesse, travail dur et protecteur dans la mythologie Sérère.

Pays Tukar, Lambaye
Sénégal Sénégal
Titres Lamane
Fondation Lamane Djigan Diouf(fondateur de Tukar c XIe siècle)
Déposition Descendants de Lamane Djigan Diouf:
Maad a Sinig Mahecor Diouf (Roi du Sine, Sénégal. Mort: 1969).
Maad Saloum Fodé N'Gouye Diouf (Roi du Saloum, Sénégal. Mort: 1969).
Le Lamane dernière de Tukar en 2004 a été Lamane Diaga Dibor Ndofene Diouf.
Ethnicité Africains
Sénégambiens
Sérères

Le lamane Djigan Diouf (également orthographié : Laman Jegan Joof, Laman Jegaan Joof, Lamane Jegaan Diouf, Laman Jegaan Juuf, etc.) était un prince sérère dont on rapporte qu'il a fondé le village sérère de Tukar – qui fait maintenant partie du Sénégal – autour du XIe siècle ou plus tôt[1],[2]. L'histoire du lamane Djigan Diouf et la fondation de Tukar ont une portée à la fois éducative et religieuse au Sénégal. Sur le plan pédagogique, ils font partie du programme national des écoles sénégalaises. Sur le plan religieux, le Festival Raan (un événement majeur dans le calendrier religieux sérère) a lieu à Tukar chaque année[3].

Origines[modifier | modifier le code]

Selon la tradition orale sérère, Djigan Diouf serait venu de Lambaye après une dispute avec son cousin, le roi de Lambaye. Le désaccord portait sur la gouvernance de Lambaye et la surtaxation car Djigan Diouf, qui était aussi agriculteur et possédait beaucoup de bétail, estimait en outre payer trop d'impôts. Il décida en conséquence d'émigrer avec son frère cadet Ndik Diouf et fonda alors Tukar, un village aujourd'hui assez grand avec plusieurs hameaux dont Njujuf, Ndokh, Sob, etc. La famille Diouf régna à Tukar pendant plusieurs siècles et hérita de son ancêtre, le lamane Djigan Diouf. Le dernier lamane de Tukar en 2004 était Lamane Diaga Dibor Ndofene Diouf[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dennis Charles Galvan, The State Must Be Our Master of Fire: How Peasants Craft Culturally Sustainable Development in Senegal, University of California Press, Berkeley, 2004, p. 2-281 (ISBN 9780520235915)
  2. (en) Hans Bressers, Walter A. Rosenbaum, Achieving sustainable development: the challenge of governance across social scales, Greenwood Publishing Group, 2003, p. 151 (ISBN 0275978028)
  3. (en) Galvan, op. cit., p. 108
  4. (en) Galvan, op. cit., p. 109-111

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Galvan, Dennis Charles, The State Must Be Our Master of Fire: How Peasants Craft Culturally Sustainable Development in Senegal, University of California Press, Berkeley, 2004 (ISBN 9780520235915)
  • (en) Bressers, Hans & Rosenbaum, Walter A., Achieving sustainable development: the challenge of governance across social scales, Greenwood Publishing Group, 2003 (ISBN 0275978028)
  • (fr) Faye, Louis Diène, Mort et naissance : le monde Sereer, Nouvelles Éditions africaines, 1983 (ISBN 2723608689)
  • (fr) Gastellu, Jean-Marc, L'égalitarisme économique des Serer du Sénégal, IRD Éditions, 1981 (ISBN 2709905914)