Lac Kariba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac Kariba
Vue satellite
Vue satellite
Administration
Pays Drapeau de la Zambie Zambie, Drapeau du Zimbabwe Zimbabwe
Géographie
Coordonnées 17° 00′ S 28° 00′ E / -17, 28 ()17° 00′ Sud 28° 00′ Est / -17, 28 ()  
Type lac de barrage
Superficie 5 400 km2
Longueur 220 km
Largeur 40 km
Altitude 485 m
Profondeur
 · Maximale
 · Moyenne
 
78 m
31 m
Volume 160 km3
Hydrographie
Bassin versant 663 000 km2
Alimentation Zambèze
Émissaire(s) Zambèze

Géolocalisation sur la carte : Zimbabwe (relief)

(Voir situation sur carte : Zimbabwe (relief))
Lac Kariba

Géolocalisation sur la carte : Zambie (relief)

(Voir situation sur carte : Zambie (relief))
Lac Kariba

Le lac Kariba est un grand lac artificiel, partagé par la Zambie et le Zimbabwe. Il est né avec la construction du barrage de Kariba, conçu par l'ingénieur français André Coyne et réalisé par l'entreprise italienne Torno Internazionale SpA, entre 1955 et 1959. La fermeture du barrage a eu lieu le 2 décembre 1958, la date officielle du remplissage étant le 22 janvier 1959. L'inauguration a été faite par la Reine-Mère Mary le 17 mai 1960. Le lac fait 220 km de long et jusqu'à 40 km de large et couvre une surface de 5 400 km2. Sa profondeur est en moyenne de 31 m pour un maxima de 78 m[1]. Le lac comprend 190 îles au Zimbabwe et 103 en Zambie, l'ensemble des îles couvrant une superficie de 147 km2 et 604 km de littoral.

Le barrage de Kariba

Situé au sud de Lusaka, ce lac est bordé d'une côte sauvage et peu habitée. C'est du côté zimbabwéen que se trouvent la majeure partie des rares installations touristiques.

Faune[modifier | modifier le code]

La sardine du lac Tanganyika (Limnothrissa miodon), une des espèces introduites dans le lac Kariba.

On a dénombré au moins 41 espèces de poissons (Kenmuir, 1983), dont une anguille (Anguilla bengalensis), un clupéidé - la sardine du lac Tanganyika (Limnothrissa miodon), introduite du lac Tanganyika en 1967 -, quatre mormyridés, quatre characidés dont l'imberi (Brycinus imberi), deux distichodontidés - le nkupe (Distichodus mossambicus) et le chessa (Distichodus schenga) - , deux schilbeidae et deux clariidés, dont le vundu (Heterobranchus longifilis), de très grande taille, un poisson-chat électrique (Malapterurus electricus), deux mochokidés, 10 cyprinidés dont 6 barbeaux, un cyprinodontidé et 11 cichlidés.

Activité sismique[modifier | modifier le code]

Depuis sa construction et son remplissage, la région a subi de nombreux tremblements de terre, vingt d'entre eux dépassaient 5 sur l'échelle de Richter. Selon certaines hypothèses cette activité sismique serait due à la pression interstitielle qu'exerce l'énorme masse d'eau du lac (environ 200 milliards de tonnes). L'histoire sismique de la région avant la construction du barrage n'est pas bien connue, mais on sait qu'un tremblement de terre de magnitude 6,0 a été enregistré en mai 1910, ce qui tendrait à prouver l'existence d'une activité sismique avant la construction du barrage. L'influence du lac sur l'activité sismique dans la région n'a pas encore clairement été démontrée[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Opération Noah, opération de sauvetage de la faune sauvage lors de la mise en eau du barrage

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) E. K. Balon et A. G. Coche (dir.), Lake Kariba : a man-made tropical ecosystem in Central Africa, Junk, La Haye, 1974, 767 p. (ISBN 90-6193-076-6)
  • (en) M.F.C. Bourdillon, A.P. Cheater et M.W. Murphree, Studies of fishing on Lake Kariba, Mambo Press, Gweru, Zimbabwe, 1985, 185 p.
  • (en) Dale Kenmuir, A wilderness called Kariba, Wilderness Publications, Salisbury, 1978
  • (en) Dale Kenmuir, Fishes of Kariba, Longman Zimbabwe, Harare, 1983
  • (en) Jacques Moreau (dir.), Advances in the ecology of Lake Kariba, Mount Pleasant, University of Zimbabwe Publications, Harare, 1997, 271 p. (ISBN 0-908307-54-3)
  • (en) A. K. H. Weinrich, The Tonga people on the southern shore of Lake Kariba, Mambo Press, Gwelo (Rhodésie), 1977, 109 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Source : base de données des lacs [1].
  2. Rapport INSEE (International Institute of Seismology and Earthquake Engineering) [2]