Kony 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kony.
Affiches Kony 2012 sur une barrière à Washington

Kony 2012 est un événement international organisé par le groupe Invisible Children. Le but recherché est de faire connaître mondialement Joseph Kony pour mieux faciliter son arrestation. Joseph Kony est responsable de crimes d'enlèvements d'enfants pour en faire des soldats, de réduction d'enfants à l'esclavage ainsi que l'esclavage sexuel pour les jeunes filles, de nombreux massacres civils, d'exactions et de nombreuses destructions et pillages réalisés par les troupes de chocs. Ce criminel est resté dans le silence pendant une vingtaine d'années à commettre ses crimes sans en payer les conséquences.

Controverse[modifier | modifier le code]

La campagne est très critiquée pour sa simplification des évènements de la région[1]. En partie pour ne pas mentionner les exactions du gouvernement Ougandais, via l'Armée populaire de libération du Soudan, comme les attaques contre les populations civiles, mais aussi le contexte ethnique et religieux très complexe de la région[2]. De plus, la rébellion de l'Armée de résistance du Seigneur, sous les ordres de Joseph Kony, dure depuis 1986, et il est sous le coup d'un mandat d'arrêt international depuis 2005. L'apparition tardive de ce projet coïncide avec la découverte d'un très grand gisement pétrolier en Ouganda en 2009, au lac Albert[3]. Quelques mois après cette découverte le Congrès des États-Unis vote la Lord's Resistance Army Disarmament and Northern Uganda Recovery Act of 2009 visant à désarmer la rébellion[4]. Le 14 octobre 2011, le Président des États-Unis Barack Obama annonce l'envoi d'une centaine de conseillers militaires en Ouganda, République démocratique du Congo, Centrafrique et Soudan du Sud afin d'aider les forces de la région qui luttent contre l'Armée de résistance du Seigneur[5]. L'objectif officiel étant l'arrestation de Joseph Kony. Ces actions interviennent alors que l'Ouganda est dirigé d'une main de fer par le dictateur et multimillionnaire Yoweri Museveni, depuis son putsch de janvier 1986[6].

La polémique sur les blogs, sites de médias et réseaux sociaux n'a cessé de croître depuis la publication de la vidéo. Les lecteurs n'hésitent pas à commenter les articles en précisant que Kony 2012 est l’œuvre[7],[8] d'un lobbying et une forme de slacktivisme. Dans le même esprit, on retrouve des nouveaux sites entièrement dédiés au sujet et qui assimilent de manière claire, Kony 2012, à une arnaque[9].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Okwonga, Musa, « Stop Kony, yes. But don’t stop asking questions », The Independent,‎ 2012-03-07 (consulté en 2012-03-07)
  2. (en) Schomerus, Mareike; Allen, Tim; Vlassenroot, Koen, « Obama Takes on the LRA », Foreignaffairs.com,‎ 2012-03-07 (consulté en 2012-03-07)
  3. (en) Ballong, Stéphane, « Le pétrole du lac Albert sème la discorde entre la RDC et l’Ouganda », Organisation de la presse africaine,‎ 2009-06-11 (consulté en 2012-03-12)
  4. « S.1067 - Lord's Resistance Army Disarmament and Northern Uganda Recovery Act of 2009 », sur OpenCongres,‎ mai 2010 (consulté le 12 mars 2012)
  5. « Obama envoie des soldats en Ouganda pour traquer l'Armée de résistance du seigneur », Le Monde, 15 octobre 2011.
  6. "Museveni sworn in as President", The Times, 30 January 1986
  7. http://www.guardian.co.uk/discussion/comment-permalink/15115554, 12 mars 2012
  8. http://www.i-travelled.com/kony-2012#comment-2491, 14 mars 2012
  9. Kony 2012 is a scam