Kepler-10 b

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kepler-10b)
Aller à : navigation, rechercher

Coordonnées : Sky map 19h 02m 43s, +50° 14′ 29″

Kepler-10 b
Tailles comparées de la Terre et de Kepler-10b.
Tailles comparées de la Terre et de Kepler-10b.
Étoile
Nom Kepler-10
Constellation Dragon
Ascension droite 19h 02m 43s
Déclinaison +50° 14′ 29″
Type spectral G
Planète
Type Super-Terre de lave à période de révolution ultra-courte
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe (a) 0,01684  UA  [1]
Excentricité (e) 0
Période (P) 0,837495  d  [1]
Inclinaison (i) 84,4°  [1]
Caractéristiques physiques
Masse 4,56+1,17−1,29  M  [1]
Rayon 1,416+0,033−0,036  R  [1]
Masse volumique 8,8+2,1−2,9  g/cm3  [1]
Température 1 833  K [1]
Découverte
Découvreurs Mission Kepler
Méthode transits
Date 10 janvier 2011
Statut

Kepler-10 b est une exoplanète découverte par le télescope spatial Kepler autour de Kepler-10, une naine jaune très semblable au Soleil située à 564 années-lumière (173 pc) du Système solaire dans la constellation du Dragon.

Il s'agit d'une super-Terre d'environ 3,3 à 5,7 M et 1,4 R tournant autour de son étoile parente à 0,017 UA en à peine 20 h.

Étoile[modifier | modifier le code]

Vue d'artiste de Kepler-10 b.

L'étoile autour de laquelle l'exoplanète est en rotation, Kepler-10, fut la première à être identifiée comme capable d'accueillir une petite planète en transit, ce qui plaça l'étoile parmi les prioritaires de la liste établie pour les observations à partir du télescope de 10 mètres de l’observatoire W. M. Keck de Hawaï. Kepler-10 est située à 560 années-lumière de notre système solaire et a une taille proche de celle du Soleil. L'étoile serait âgée de 11,9 milliards d'années.

Deux exoplanètes ont été détectées par transits autour de cette étoile :

Planète Masse
(M)
Rayon
(R)
Demi-grand axe
(UA)
Période orbitale
(d)
 Masse volumique 
(g/cm3)
Kepler-10 b    ~ 4,56   ~ 1,416   ~ 0,01684   0,837495   ~ 8,8
Kepler-10 c    < 20   ~ 2,227   ~ 0,2407   45,29485   < 10
Système planétaire de Kepler-10[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Kepler-10 b serait une planète tellurique avec un diamètre 1,4 fois plus grand que celui de la Terre et une masse environ 4,6 fois supérieure à celle de notre planète[3].

La période orbitale de la planète s'accomplissant en 0,84 jour, on calcule que Kepler-10 b est plus de vingt fois plus proche de son étoile que Mercure du Soleil[4], et est donc bien trop proche de l'étoile pour être dans sa zone habitable.

Kepler-10b partage beaucoup de points communs avec CoRoT-7 b et 55 Cancri e : elle tourne en moins d'une journée autour d'une étoile de type solaire et est constituée de roches et de métaux. Toutes trois contrastent avec les planètes GJ 1214 b, Kepler-11 d, e et f, riches en eau et en gaz et beaucoup moins irradiées.

À la distance à laquelle Kepler-10 b se trouve de son étoile, les forces de marées de l'étoile sont assez fortes pour l'empêcher de tourner sur elle-même. Il est probable que cette planète ne montre qu'une seule de ses faces à son étoile, tout comme la Lune ne montre qu'une seule de ses faces à la Terre. La température sur le point faisant face à l'étoile pourrait atteindre plus de 1 300 °C. Ses découvreurs pensaient que Kepler-10 b serait recouverte de lave, complètement dépourvue d'atmosphère et accompagnée d'une queue de poussières rocheuses arrachées de la surface par la chaleur. La détection du transit secondaire de la planète (le moment ou elle passe derrière l'étoile) permit de mesurer l'albédo de Kepler-10 b. En renvoyant plus de 60 % de la lumière dans l'espace, cet astre est aussi réfléchissant que les nuages de Vénus ou la glace d'Encelade. En raison de la situation extrême de Kepler-10 b, elle ne peut être recouverte ni de brume photochimique comme Vénus, ni de glace comme Encelade, mais plutôt de nuages de gros grains de silicates[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) Natalie M. Batalha, William J. Borucki, Stephen T. Bryson, Lars A. Buchhave, Douglas A. Caldwell, Jørgen Christensen-Dalsgaard, David Ciardi, Edward W. Dunham, Francois Fressin, Thomas N. Gautier III, Ronald L. Gilliland, Michael R. Haas, Steve B. Howell, Jon M. Jenkins, Hans Kjeldsen, David G. Koch, David W. Latham, Jack J. Lissauer, Geoffrey W. Marcy, Jason F. Rowe, Dimitar D. Sasselov, Sara Seager, Jason H. Steffen, Guillermo Torres, Gibor S. Basri, Timothy M. Brown, David Charbonneau, Jessie Christiansen, Bruce Clarke, William D. Cochran, Andrea Dupree, Daniel C. Fabrycky, Debra Fischer, Eric B. Ford, Jonathan Fortney, Forrest R. Girouard, Matthew J. Holman, John Johnson, Howard Isaacson, Todd C. Klaus, Pavel Machalek, Althea V. Moorehead, Robert C. Morehead, Darin Ragozzine, Peter Tenenbaum, Joseph Twicken, Samuel Quinn, Jeffrey VanCleve, Lucianne M. Walkowicz, William F. Welsh, Edna Devore et Alan Gould, « KEPLER’S FIRST ROCKY PLANET: KEPLER-10b », The Astrophysical Journal, vol. 729, no 1,‎ 1er mars 2011, p. 27 sqq (lire en ligne) DOI:10.1088/0004-637X/729/1/27
  2. (en) NASA Ames Research Center Kepler A Search for Habitable Planets « Kepler Discoveries ».
  3. « Une exo-planète rocheuse découverte par Kepler », sur ushuaia.com,‎ 11 janvier 2011 (consulté le 13 janvier 2011)
  4. Demi-grand axe de Mercure : 0,38709893 UA, demi-grand axe de Kepler-10b : 0,01684 UA, soit environ 2,5 millions de km.
  5. Site de la NASA.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]