Jan Evangelista Purkinje

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jan Evangelista Purkinje

Description de cette image, également commentée ci-après

Jan Evangelista Purkinje

Naissance
Libochovice (Bohême Occidentale)
Décès (à 81 ans)
Prague
Institutions
Diplôme Université de Prague
Renommé pour

Jan (ou Johannes) Evangelista Purkinje, né à Libochovice près de Litomerice le et mort à Prague le , est un anatomiste et neurophysiologiste tchèque. Il apporta aux sciences biomédicales une contribution indéniable.

Formation[modifier | modifier le code]

Originaire de Bohême Occidentale (République tchèque actuelle), il fait des études de médecine à l’Université de Prague, dont il sort diplômé en 1819. Il renonce progressivement à l’exercice de la clinique pour se consacrer à la recherche en neurobiologie qui n’en était qu'à ses premiers balbutiements. Il devient en 1823 professeur en pathologie et en physiologie à Breslau en Prusse et il y fonde en 1839 le tout premier laboratoire de physiologie avant de rejoindre Prague.

Purkinje était un homme d'une grande érudition : il parlait 13 langues et a traduit plusieurs œuvres de Goethe ou de Schiller en langue tchèque.

Travaux[modifier | modifier le code]

Statue à Prague.

Purkinje effectue de nombreuses expériences sur les sens qui sont considérées comme des travaux fondateurs de la psychologie expérimentale. Néanmoins, ses recherches les plus connues concernent le système nerveux.

On lui doit :

  1. la découverte des cellules de Purkinje, cellules coordinatrices logées dans le cervelet ;
  2. la découverte des fibres de Purkinje dans le cœur (1839) qu'il croit d'abord de type cartilagineux, puis de type musculaires, le rôle réel de ces cellules musculaires n'étant découvert qu'en 1906 par Sunao Tawara ;
  3. l’introduction des termes de plasma et de protoplasme ;
  4. l'introduction du microtome en biologie ;
  5. différentes études des effets de la belladone, du camphre et de l'opium ;
  6. la mise en évidence des tubes séminifères dans les testicules humains ;
  7. la mise en évidence des glandes sudoripares qui produisent la sueur ;
  8. la classification, dans une thèse en 1823, des empreintes digitales en 9 formes fondamentales (classification très proche du système utilisé de nos jours) ;
  9. la mise en évidence de l'action protéolytique des enzymes pancréatiques ;
  10. une multitude d’études sur l'œil et la vision en général, dont la découverte de l'effet Purkinje

Ses publications[modifier | modifier le code]

  • Jan Evangelista Purkyně, Commentatio de examine physiologico organi visus et systematis cutanei, Breslau (Prusse), Presses de l'Université de Breslau, 1823.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]