Ivry-en-Montagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ivry.
Ivry-en-Montagne
L'église d'Ivry (paroisse de Nolay).
L'église d'Ivry (paroisse de Nolay).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Côte-d'Or
Arrondissement Beaune
Canton Nolay
Intercommunalité Beaune Côte et Sud
Maire
Mandat
Christian Bressoulaly
2014-2020
Code postal 21340
Code commune 21318
Démographie
Population
municipale
175 hab. (2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 01′ 49″ N 4° 38′ 12″ E / 47.0302777778, 4.63666666667 ()47° 01′ 49″ Nord 4° 38′ 12″ Est / 47.0302777778, 4.63666666667 ()  
Altitude Min. 390 m – Max. 553 m
Superficie 11,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ivry-en-Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ivry-en-Montagne

Ivry-en-Montagne est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'ancienne nationale 6, aujourd'hui D 906, traverse la commune.

La Société Cooopérative Agricole Elevage Moderne de Bourgogne (SCAEMB) fabrique des aliments pour animaux de ferme.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Montceau-et-Écharnant Cussy-la-Colonne Rose des vents
Jours-en-Vaux N Saint-Romain
O    Ivry-en-Montagne    E
S
Molinot Santosse Baubigny

Histoire[modifier | modifier le code]

Les sœurs de la providence s'occupaient de l'enseignement des filles au XIXe siècle[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Ivry-en-Montagne Blason D'azur au bœuf d'or ; au chef d'argent chargé de trois cors de chasse de ­gueules, liés d'azur
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 2005 en cours Christian Bressoulaly    
mars 1989 mars 2005 Philippe Magnien    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 175 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
322 350 369 363 511 574 605 599 615
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
557 557 566 504 488 449 418 434 430
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
402 382 338 311 378 353 329 305 274
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
239 195 203 202 195 186 189 190 175
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Corabœuf[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Corabœuf.

- En 1228, existe la sentence de l'archidiacre d'Autun entre la dame de Corrabœuf et ses fils et l'abbaye de Saint-Martin d'Autun, au sujet de la terre de Monnetoy[4].

- Malgré les assauts des Écorcheurs, la démolition de 1478 ordonnée par Louis XI et l'incendie de 1576 par l'armée huguenote, une grande partie du château nous est parvenue. Il associe d'authentiques vestiges du XIVe siècle (la tour d'entrée, le mur d'enceinte, les tours est, ouest et sud de la cour carrée), à un édifice du XIXe siècle élevé dans le style du XVe siècle. Le château de Corabœuf exalte cette puissance propre à l'architecture militaire féodale.

- Château constitué d'un donjon du XVe siècle flanqué de deux ailes formant équerre. L'aile est, également du XVe siècle, a été remaniée et aménagée au XVIIIe siècle par Jean-Baptiste Richard de Curtil, qui fait ériger ses biens en marquisat. L'aile nord a été entièrement refaite au XIXe siècle par Paul de Richard d'Ivry (à l'exception de la tour-porche à son extrémité ouest qui date du Moyen Age) : bâtiment construit en 1860 dans le style néo-gothique par l'architecte Roidot-Errard ; le décor intérieur a été conçu par l'architecte Charles Suisse et réalisé par Xavier Schanosky dans le goût néo-XVIIe siècle (salon orné de boiseries, plafonds peints, ...). Paul Xavier de Richard d'Ivry est compositeur, il écrivit, entre autres un opéra "Les Amants de Verone" qui fut joué au Théâtre Ventadour à Paris et à Covent Garden.
Un pavillon isolé au fond du parc date également du XVIIIe siècle.

Coraboeuf fait partie du patrimoine historique privé et appartient à la même famille depuis le XVIIIe siècle. Les propriétaires actuels, suite à des mariages et héritages sont les Law de Lauriston-Boubers.

Ce château est ouvert à la visite gratuitement. On peut visiter la salle basse du donjon, l'arboretum et les parcs et jardins.


Église d'Ivry (Saint-Etienne)[modifier | modifier le code]

Son chœur est roman. Elle comprend également une chapelle seigneuriale voutée d'ogive du XVe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul de Richard d'Ivry (1829-1923), compositeur, contemporain et ami de Gounod, écrivit un opéra "les amants de Vérone"[5] » !
  • Maurice Thiney, explorateur[6].
  • Rudolf Eggs, Compagnon de la Libération repose à Ivry-en-Montagne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Météo d'Ivry en Montagne :[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Centre beaunois d'études historiques
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, charte n°XLIIIbis.(1228). Texte en ligne
  5. article Bien Public 06/04/2012
  6. L'aventure à bras-le-corps, 2006, M. Thiney et C. Bouchard


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :