Instabilité de Kelvin-Helmholtz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Instabilité.
Onde de Kelvin-Helmholtz rendue visible en aval du mont Duval en Australie par la formation de nuages

L'instabilité de Kelvin-Helmholtz est un mouvement ondulatoire qui se forme lorsque deux fluides thermiquement stables sont superposés et se déplacent à des vitesses différentes à leur surface de contact[1]. L'effet a été étudié au XIXe siècle par les physiciens Lord Kelvin et Hermann Ludwig von Helmholtz qui ont montré que la différence de vitesse va engendrer un flot turbulent transversal à la frontière. La théorie peut être appliquée de la même façon à l'intérieur d'un fluide de densité uniforme mais ayant des couches se déplaçant à des vitesses différentes ou des fluides de densités différentes superposés.

Cette instabilité joue un rôle important dans de nombreuses situations géophysiques : dans la dynamique de l'atmosphère et des océans, dans le comportement des plasmas, etc. Les structures tourbillonnaires, onde ou lame de Kelvin-Helmholtz, résultant de l'instabilité contribuent de façon significative au transport de quantité de mouvement, de température et de polluants. La compréhension de la génération de ces instabilités permet de mieux les représenter dans les modèles dont la résolution n’est pas suffisante pour permettre de les résoudre explicitement.

Théorie[modifier | modifier le code]

La différence de vitesse dans les deux fluides tend à former un cisaillement graduel et une rotation
Si on plaçait des pales dans ce cisaillement du flux, on voit le sens du tourbillon induit

Pour de faibles vitesses de deux fluides glissant l'un par rapport à l'autre, l'interface, stabilisée par la gravité et la tension de surface, est horizontale. Pour une différence de vitesse critique à l'interface, on assiste à une déstabilisation et des ondes propagatives apparaissent et deviennent rapidement non-linéaires. L'instabilité est d'origine inertielle avec un seuil indépendant de la viscosité des fluides mais avec un taux de croissance et une vitesse des ondes affectées par la dissipation aux frontières. Pour une variation continue de densité et de vitesses, l'instabilité de Kelvin-Helmholtz se développe à une certaine valeur du nombre de Richardson. Typiquement, l'écoulement devient instable pour un R_i < 0,25 ce qui est assez commun dans les couches nuageuses.

L'écoulement du fluide est alors complètement décrit par son champ vectoriel de vitesse U(x,y) = ( u(x,y) , v(x,y) ), son champ scalaire de pression p(x,y) la densité \rho_0 et la viscosité \mu. Selon les équations de Navier-Stokes qui régissent le mouvement des fluides :

  • La conservation de la masse se réduit à la non-divergence de la vitesse : \nabla \cdot \vec U = 0
  • La conservation de la quantité de mouvement devient :  \rho \left ( \frac {\partial \vec U}{\partial t} + \left ( \vec U \cdot \nabla \right ) \vec U \right ) = - \nabla p + \mu \Delta \vec U

À cause de la viscosité, la vitesse de déplacement à la frontière aura tendance à s'égaliser et donc on aura une gradation dans chacun des fluides de la vitesse entre celle originale dans le fluide et celle à la frontière (image du haut à droite). On introduit ainsi un cisaillement du déplacement et donc une rotation, un tourbillon, dans chacun des fluides près de la surface de contact. Les fluides doivent être stable thermiquement pour que la rotation se propage en aval de son point de création, autrement le cisaillement se propage sur une large couche dans la verticale et l'onde générée est très faible.

Applications[modifier | modifier le code]

Onde de Kelvin Helmholtz au sommet des nuages dans le ciel de San Francisco
Onde de Kelvin-Helmholtz visible à la rencontre entre deux bandes de nuages sur la planète Saturne

En météorologie, les variations de vitesses et de densité sont le plus souvent importantes à la frontière entre les nuages et l'air clair et c'est souvent là que l'on retrouve les ondes de Kelvin-Helmholtz. On peut retrouver les conditions nécessaires dans les flux en aval d'obstacles avec les vents forts au-dessus de ce dernier et presque nuls en dessous. Les ondes sont rendus visibles seulement s'il y a formation de nuages. Elles peuvent être dangereuses car elles sont le site de turbulence pour les avions.

En océanographie, on peut retrouver ces ondes dans la masse océanique lors de variation de densité dans la verticale, comme dans la thermocline, ou dans des variations horizontales, comme à la rencontre d'eau douce et d'eau salée à la sortie d'un fleuve. Les vagues peuvent être également associés en partie à cette instabilité.

En astronomie, dans tout corps céleste ayant une atmosphère, étoile ou planète, on peut retrouver des conditions favorables à cette instabilité. Cette instabilité a également été observée à la surface d'un nuage interstellaire dans la nébuleuse d'Orion [2]

En physique, elle peut être particulièrement importante dans l'étude de la fusion par confinement inertiel et de l'interface plasma-béryllium.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Simulation numérique de l'instabilité de Kelvin–Helmholtz

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Kelvin, Lord (William Thomson), "Hydrokinetic solutions and observations," Philosophical Magazine, vol. 42, pages 362–377 (1871).
  • Helmholtz, Hermann Ludwig Ferdinand von, "Über discontinuierliche Flüssigkeits-Bewegungen [On the discontinuous movements of fluids]," Monatsberichte der Königlichen Preussiche Akademie der Wissenschaften zu Berlin [Monthly Reports of the Royal Prussian Academy of Philosophy in Berlin], vol. 23, pages 215 ff (1868).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Instabilité de Helmholtz, onde de Kelvin-Helmholtz et lames de Kelvin-Helmholtz », Glossaire météorologique, Eumetcal (consulté le 2008-02-023)
  2. (en) Olivier Berné, Núria Marcelino et José Cernicharo, « Waves on the surface of the Orion molecular cloud », Nature, vol. 466,‎ 19 août 2010, p. 947–949 (DOI 10.1038/nature09289, résumé)