Igoumenítsa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Igoumenitsa)
Aller à : navigation, rechercher
Igoumenítsa
(el) Ηγουμενίτσα
Image illustrative de l'article Igoumenítsa
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Périphérie Épire
District régional Thesprotie
Démographie
Population 9 040 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 39° 30′ 06″ N 20° 15′ 52″ E / 39.501698, 20.26434739° 30′ 06″ Nord 20° 15′ 52″ Est / 39.501698, 20.264347  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte administrative de Grèce
City locator 14.svg
Igoumenítsa

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte topographique de Grèce
City locator 14.svg
Igoumenítsa

Igoumenítsa (en grec Ηγουμενίτσα / Igoumenítsa) est une ville du nord-ouest de la Grèce. C'est la capitale de la préfecture de Thesprotie. La ville fait partie de la région de l'Épire. Igoumenítsa fait l'objet de liaisons maritimes régulières avec l'Italie (Ancône, Bari, Brindisi).

On y trouve un petit port bien abrité, face à Corfou.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l'antiquité la cité de Titanoi (en grec Τιτάνοι) s'élevait dans l'actuel périmètre de la municipalité. Tour à tour macédonienne, romaine, byzantine et épirote, la petite ville est parfois soumise aux attaques des Celtes (-298), des Goths (IIIe siècle), des Slaves (VIe siècle), des Normands (XIe siècle) et des Croisés (1204) : les habitants se réfugient alors dans les montagnes proches, la ville étant difficilement défendable.

Au XIVe siècle, l'Empire ottoman conquiert les Balkans et la Grèce entière subit sa domination. La ville est alors mentionnée sous le nom de Graba (en grec Γράβα). Elle est libérée des Ottomans en 1913 à l'issue des guerres balkaniques, et, à la fondation du nome (département) de Thesprotie, en 1938, la ville est renommée Igoumenitsa et en devient le chef-lieu.

Igoumenítsa fut prise par la Wehrmacht en 1941 puis remise aux troupes d'occupation de l'Italie fasciste jusqu'en 1943 lorsque les Allemands revinrent : une âpre guerre commença alors avec les résistants grecs. De nombreux otages furent fusillés, les juifs grecs furent déportés. La Résistance grecque finit par libérer la ville à l'automne 1944.

Igoumenitsa se relève et s'industrialise dans les années 1950 et 1960, notamment comme port d'arrivée des ferries[1] en provenance d'Italie, qui y conduisent les milliers de touristes et de camions en transit pour la Turquie et retour. À partir de 2010, la crise financière, due à la dérégulation mondiale et aux endettements de la Grèce, en partie consécutifs aux Jeux olympiques de 2004, fait diminuer le trafic maritime et stoppe le développement.

Administration[modifier | modifier le code]

Igoumenítsa se situe dans la périphérie de l'Épire et dans le nome de Thesprotie.

Le maire de la ville est Thomas Pitoulis (en grec Θωμάς Πιτούλης, né en 1957). Il est en fonction depuis 2003 suite aux élections de 2002 et a été réélu en 2006 pour la période 2007-2010.

Démographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie dépend surtout des secteurs touristiques et portuaires. En effet, la ville offre différentes activités comme la plage, les excursions dans les montagnes de l'Épire et aussi abrite l'un des principaux ports de la côte occidentale de la Grèce. Un grand nombre de compagnies maritimes assurant les liaisons de Patras vers l'Italie, principalement vers les ports d'Ancône, Bari et Brindisi, proposent un arrêt à Igoumenitsa notamment car la ville se trouve en face de l'île de Corfou.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de l'Adriatique : Pierre Cabanes - Seuil - 2001 p. 549

Lien externe[modifier | modifier le code]