Henri Privat-Livemont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Privat-Livemont

Nom de naissance Henri Antoine Théodore Livemont
Naissance
Schaerbeek, Bruxelles
Décès 1936 (à 74/75 ans)
Nationalité Belge Drapeau : Belgique
Activités Peintre, affichiste
Affiche publicitaire pour les biscuits De Beukelaer.
Affiche publicitaire pour l'absinthe Robette.

Henri Antoine Théodore Livemont, dit Privat-Livemont, est un peintre et affichiste belge né à Schaerbeek le et décédé en 1936  : il était un des grands maîtres du sgraffite aux côtés de Paul Cauchie, Adolphe Crespin et de Gabriel Van Dievoet ainsi que de l'affiche illustrée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à l'académie de Saint-Josse (plusieurs Prix), où il a reçu l'enseignement de Louis Hendrickx, il passe quelques années à Paris (1883-1889) où il participe à la décoration de l'Hôtel de Ville.

Peintre décorateur, il est aussi affichiste, caricaturiste et compose des cartons pour mosaïques et tapisseries. Il est également peintre sur toile et réalise ses premiers sgraffites en 1900.

Symboliste, Privat-Livemont est tenté très tôt (1896) par l'esthétique art nouveau. Ses nombreuses affiches, souvent primées, en feront le Mucha belge.

En collaboration avec l'architecte Henri Jacobs, il décore de sgraffites art nouveau de nombreuses façades et écoles communales et laïques de Bruxelles. Les sgraffites de l'école Josaphat sont remarquables.

Privat-Livemont a été aussi photographe. Les plaques photographiques et les autochromes de cet artiste belge sont à la base de la genèse de l'esthétique féminine dans l'art nouveau. C'est en cela que l'influence de Privat-Livemont est immense et parvient jusqu'à nous et que l'on retrouve même dans les photos d'Helmut Newton.

Il a été journaliste pour le journal illustré de janvier à février 1891, et a donc associé son travail de photographe et d'illustrateur, il a réalisé avant l'heure le principe de « capture de mouvement », qu'il a par ailleurs développé lors de la création de ses célèbres affiches. Sa grande modernité et son apport essentiel à l'histoire de l'art se résument à sa capacité d'associer le classicisme du dessin et la modernité de l'image ou de la photo.

Sa première épouse, Madeleine Brown, rencontrée à Paris, lui servira souvent de modèle, femme à la silhouette plantureuse et déliée.

Ses compositions sont souvent épurées et raffinées.

Les céramiques de la Grande Maison de Blanc[modifier | modifier le code]

La Grande Maison de Blanc est un important témoin de l'Art nouveau en Belgique situé aux numéros 32-34 de la rue du Marché aux Poulets à Bruxelles qui présente une abondante décoration constituée de superbes panneaux en céramique réalisés par la faïencerie Boch de la Louvière d’après des dessins de Privat Livemont en 1897.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Benoît Schoonbroodt, Privat Livemont, entre classicisme et Art Nouveau, Centre d'information et d'étude du Patrimoine, Bruxelles.
  • Benoît Schoonbroodt, Privat Livemont : entre tradition et modernité au cœur de l'Art nouveau, Éditions Racine, 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :