Harald Sverdrup

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sverdrup.

Harald Ulrik Sverdrup

alt=Description de l'image Harald Ulrik Sverdrup.jpg.
Naissance 15 novembre 1888
Sogndal (Norvège)
Décès 21 août 1957 (à 68 ans)
Oslo (Norvège)
Nationalité Norvégien
Champs Océanographie et météorologie
Institutions Institut de géophysique de l’université de Bergen, Scripps Institution of Oceanography, Institut polaire norvégien
Directeur de thèse Wilhelm Bjerknes
Renommé pour Océanographie physique
Distinctions Médaille William Bowie, médaille Alexander Agassiz

Harald Ulrik Sverdrup (1888-1957) était un océanographe et météorologiste norvégien qui fit de nombreuses découvertes théoriques dans ces deux domaines.

Biographie[modifier | modifier le code]

Harald Sverdrup est né à Sogndal d'Edward Sverdrup (1861-1923) et Maria Vollan (1865-1891). Il est le frère de la pédagogue Mimi Sverdrup Lunden (1894-1955) et de l'ingénieur Leif Sverdrup (1898-1976). Il a étudié d'abord au lycée à Bergen à partir de 1901 avant de recevoir son dipl^me d'études secondaires en 1906 à l'École agricole royale de Stavanger, suite au déménagement de sa famille[1]. Après des études à l'université d'Oslo en 1914 et quelques années à Leipzig, il a défendu sa thèse de doctorat en 1917[2].

De 1918 à 1925, Sverdrup a mené des recherches scientifiques lors de l'expédition de Roald Amundsen sur le Maud avant d'avoir une chaire de météorologie en 1926 à Bergen, succédant à Wilhelm Bjerknes, où son intérêt principal devint peu à peu l'océanographie[3]. Il a été assistant au département des relevés magnétiques terrestres de l'Institut Carnegie de Washington en 1922 et chercheur associé au même institut en 1926 et de 1928 à 1940[2],[3].

En 1931, Sverdrup a participé à l'expédition arctique du Nautilus de l'australien Hubert Wilkins utilisant un sous-marin réformé des États-Unis de la Première Guerre mondiale le « Nautilus ». Le sous-marin a coulé au large de Askøy à 800 km du Pôle Nord, mais la mission a été un succès et Sverdrup a pu établir le premier bilan thermique des glaciers[2],[3]. Après avoir pris congé de l'université de Bergen, il fut nommé directeur du Scripps Institution of Oceanography (SIO) en Californie en 1936, initialement pour trois ans mais la Seconde Guerre mondiale fit qu'il resta à ce poste jusqu'en 1948[2],[3]. Pendant cette période, il développa sa théorie de la circulation des océans, la première qui soit digne d'intérêt pour la description des phénomènes naturels, et publia The Oceans, their physiscs, chemistry, and general biology en 1942[3]. Il a participé aussi à l'effort de guerre en dirigeant son équipe sur les problèmes tels que l'interface mer-air, la turbulence dans ces deux milieux, les courants de dérive pour la recherche et de sauvetage, ainsi que les effets de la houle sur le ravitaillement en mer et les opérations amphibies[3].

Après avoir quitté le SIO, il retourna en Norvège pour devenir le directeur de l'institut polaire norvégien et continua ses contributions à l'océanographie, à la biologie marine et à la recherche polaire[2]. Il a été doyen de 1954 à 1957 de l'Université d'Oslo, où il se fit le défenseur du « plan Sverdrup ", une expansion majeure des universités d'Oslo et de Bergen qui a eu lieu au début des années 1960[2].

Notoriété et récompenses[modifier | modifier le code]

Harald Sverdup était membre de l'Académie norvégienne des sciences et des lettres et de celle des États-Unis, président de l'Association internationale d'océanographie physique, vice-président de l’Union américaine de géophysique, président de la Commission internationale de météorologie polaire et de plusieurs autres associations internationales[3].

Une unité de mesure de débit des courants océaniques porte son nom. Le glacier Sverdrup sur l'île de Nordaustlandet (archipel de Svalbard), les montagnes Sverdrup en Terre de la Reine-Maud (Antarctique) et le plus grand navire de l'Institut de recherche de la défense norvégienne, le MS HU Sverdrup II, portent aussi son nom.

Il a reçu plusieurs distinctions dont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (no) « Elevar ved Bergen katedralskole 1860-1929 », sur Archivverket Digitalarkivet (consulté le 24 avril 2014)
  2. a, b, c, d, e et f (no) « Harald Ulrik Sverdrup (1888-1957): Oseanograf, meteorolog, og polarforsker », sur Polarhistorie.no (consulté le 24 avril 2014)
  3. a, b, c, d, e, f et g H. Lacombe, « Harald Ulrik Sverdrup (1888-1957 », Annales de géographie, Armand Colin, vol. 67, no 359,‎ 1958, p. 43-45 (ISSN 1777-5884, lire en ligne)

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]