Hallasan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hallasan
Vue du Hallasan depuis le sud.
Vue du Hallasan depuis le sud.
Géographie
Altitude 1 950 m[1]
Massif Jeju-do
Coordonnées 33° 21′ 43″ N 126° 32′ 10″ E / 33.36194, 126.536133° 21′ 43″ Nord 126° 32′ 10″ Est / 33.36194, 126.5361  
Administration
Pays Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Province autonome Jeju-do
Géologie
Âge Pliocène
Roches Basalte, trachyte
Type Volcan rouge
Activité Endormi
Dernière éruption 1007
Code 1006-04-

Géolocalisation sur la carte : Corée du Sud

(Voir situation sur carte : Corée du Sud)
Hallasan

Le mont Halla (en coréen : 한라산, Hallasan) est le point culminant de la Corée du Sud, à 1 950 mètres d'altitude. Il domine l'île volcanique de Jeju, où il est situé, à 100 kilomètres au sud des côtes de la Corée continentale. La dernière éruption du Hallasan, volcan bouclier, date de 1007. Ses pentes descendent lentement vers la mer. Il est caractérisé par le nombre important et la grande longueur des tunnels de lave qu'il a produits (42 km). Le site de l'île volcanique et des tunnels de lave de Jeju est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Hallasan (한라산) signifie littéralement « mont Halla » en coréen. Il est également appelé mont Hanla. En Corée du Nord, il est orthographié en alphabet hangeul Hannasan (한나산), bien qu'il soit prononcé Hannasan. Dans le passé, il a été connu sous les noms de Buag (부악/釜岳), Wonsan (원산/圓山), Jinsan (진산/鎭山), Seonsan (선산/仙山), Dumuag (두무악/頭無岳), Burasan (부라산/浮羅山), Yeongjusan (영주산/瀛州山) et Hyeolmangbong (혈망봉/穴望峯)[2]. En anglais, il est apparu sous l'appellation mont Auckland[3],[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue du lac du Cerf Blanc au fond du cratère

Le Hallasan est un volcan bouclier de Corée du Sud formant l'essentiel de l'île de Jeju (1 846 km2) et qui domine les villes de Jeju et de Seogwipo. Culminant à 1 950 mètres d'altitude[1], il s'agit de la seule montagne de l'île, visible depuis chacun de ses points, et par la même occasion le point culminant du pays. Le volcan a commencé à se former à partir du Pliocène sur le plateau continental qui est actuellement à 100 mètres au-dessous du niveau de la mer. L'activité volcanique a débuté il y a 2 millions d'années ; la formation finale de l'île a eu lieu entre 400 000 et 700 000 ans[5]. Les éruptions ont produit du basalte et de la trachyte. Un cratère de 400 mètres de diamètre est présent au sommet, en partie rempli par un lac, le Baengnokdam (백록담), ce qui signifie le lac du Cerf Blanc. Ce lac peut atteindre une profondeur de 110 mètres pour une superficie de 18 200 m2[5]. Il est particulièrement grand en été à la saison des typhons. Une deuxième particularité du volcan est le nombre important des cônes parasites, appelés oreum (오름) en coréen. On en compte 368 sur les flancs du volcan. La plupart sont des cônes de cendres ou de scories mais on y trouve aussi des dômes de laves et 20 anneaux de tufs formés par des éruptions sous-marines[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Deux éruptions ont eu lieu au cours du IIIe millénaire av. J.-C. Les plus récentes, en 1002 et en 1007 se sont produites sur les flancs du volcan[7].

Activités[modifier | modifier le code]

Vue du sommet principal.

La montagne abrite le temple bouddhiste de Gwaneum, le plus vieux temple de l'île fondé sous la dynastie de Koryo. Comme bien d'autres temples en Corée, il a été détruit et reconstruit au vingtième siècle. Un mémorial commémorant les victimes du soulèvement de Jeju de 1948-1950 se dresse à ses abords. C'est l'un des endroits les plus visités de l'île.

Le volcan est aussi au cœur du parc national du mont Halla, fondé en 1970 et couvrant 151,3 km2 dont 90,9 km2 en zone de réserve naturelle. Le nombre de visiteurs est en croissance constante : après avoir accueilli 23 000 personnes en 1974 et 501 000 en 1994, le parc accueille pratiquement un million de personnes chaque année (988 000 en 2009)[5]. Il a aussi été classé comme natural monuments of South Korea (en) no 182.

Cinq sentiers permettent d'accéder à Hallasan : le sentier de Gwaneumsa (관음사, 8,7 km), le sentier d'Eorimok (어리목, 4,7 km), le sentier de Seongpanak (성판악, 9,6 km), le sentier de Yeongsil (영실, 3,7 km) et le sentier de Donnaeko (돈내코, 9,1 km). Seuls les sentiers de Gwaneumsa et de Seongpanak permettent d'accéder au sommet. Les autres sentiers s'arrêtent à l'oreum de Witse car la fin du chemin permettant de rejoindre le sommet a été fermée en 1994 pour protéger la végétation. Le sentier de Donnaeko a été rouvert officiellement le 4 décembre 2009 après une fermeture de 15 ans.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rob Bowden, « Landscape and Climate », Countries of the World. South Korea, Facts on File Inc., New York, 2005, pages 12–13

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Halla-san, South Korea, peakbagger.com
  2. (ko) Hallasan National Park 한라산국립공원
  3. (en) Simon Winchester, Korea: a walk through the land of miracles, Londres, Penguin, 2004, page 39
  4. (en) Simon Winchester, Social Climbing on Mount Halla, The New York Times, 21 février 1988
  5. a, b et c (en) Mt. Halla: Jeju's Geopark crown jewel, The Jeju Weekly, 2 janvier 2011
  6. (en) Halla - Summary, Global Volcanism Program
  7. (en) Halla - Eruptive history, Global Volcanism Program