Guillemot à miroir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Guillemot à miroir (Cepphus grylle) est une espèce d'oiseau marin de la famille des alcidés.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Les oiseaux adultes ont le corps entièrement noir, sauf pour une large tache blanche distinctive sur le dessus de l'aile, le « miroir ». Le dessous de l'aile, visible en vol, est partiellement blanc. Le bec effilé est noir tandis que les pattes et l'intérieur du bec sont rouges. Ils mesurent entre 32 et 38 cm de longueur et leurs ailes ont une envergure de 49 à 58 cm. Leur plumage d'hiver est beaucoup plus pâle; le dos et le dessus de la tête sont plutôt « poivre et sel» et le reste du corps est blanc, sauf une petite tache noire devant l'œil et une ligne noire derrière l'œil. Les ailes demeurent noires avec un miroir blanc. Les mâles et les femelles se ressemblent, tandis que les juvéniles ont un plumage semblable aux adultes en hiver.

Guillemot à miroir

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Le guillemot à miroir est une espèce circumpolaire qui niche sur les rivages, les îles et les falaises rocheux sur les côtes de l'Atlantique nord et de l'océan Arctique, jusque vers la péninsule de Kola. Son aire de nidification s'étend vers le sud jusqu'au Maine, en Amérique, et jusqu'en Irlande, en Europe. En Grande-Bretagne, il niche surtout dans l'ouest et le nord de l'Écosse. On en trouve aussi quelques colonies à St. Bees Head en Cumbrie, sur l'île de Man et sur l'île d'Anglesey dans le nord du pays de Galles. Quelques colonies isolées nichent en Alaska, où son aire de répartition recoupe celle du guillemot colombin, auquel il ressemble. Bien que ces oiseaux passent souvent l'hiver à proximité de leur site de nidification, il arrive qu'ils migrent vers des zones libres de glace, mais ne voyagent généralement pas très loin vers le sud.

Comportement[modifier | modifier le code]

Le guillemot à miroir est un oiseau beaucoup plus côtier que le guillemot marmette. Il se laisse flotter à la surface de l'eau et met d'abord la tête sous l'eau pour s'assurer que le champ est libre avant de plonger. Il se propulse sous l'eau à l'aide de ses ailes, et descend rarement à plus de 40 m de profondeur. Il se nourrit surtout de petits poissons et de crustacés, mais aussi de mollusques et de vers marins. Son cri, que l'on peut entendre sur les sites de nidification, est un sifflement aigu.

Cet oiseau niche généralement en petites colonies de 5 à 200 paires, bien qu'on en retrouve des colonies beaucoup plus importantes dans le Grand Nord. Il pond un ou deux œufs verdâtres tachetés de brun ou de gris sur un lit de gravier, préférant les crevasses des basses falaises et les talus d'éboulis. Le mâle et la femelle se partagent la tâche de l'incubation, qui dure un peu moins de 4 semaines.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après Alan P. Peterson, cette espèce est constituée des cinq sous-espèces suivantes :

  • Cepphus grylle arcticus (C.L. Brehm) 1824 ;
  • Cepphus grylle faeroeensis C.L. Brehm 1831 ;
  • Cepphus grylle grylle (Linnaeus) 1758 ;
  • Cepphus grylle islandicus Horring 1937 ;
  • Cepphus grylle mandtii (Lichtenstein) 1822.

Références externes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :