Guillaume de Verceil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guillaume de Verceil
Image illustrative de l'article Guillaume de Verceil
Statue de Saint Guillaume à la basilique de Saint-Pierre au Vatican
Naissance 1085
Vercelli
Décès 25 juin 1142  (57 ans)
Goleto, Drapeau de l'Italie Italie
Fête 25 juin

Guillaume de Verceil, aussi appelé Guillaume de Montevergine (En italien: Guglielmo da Vercelli ou Guglielmo da Montevergine) (né en 1085 à Vercelli, au Piémont – mort le 25 juin 1142 à Goleto, en Campanie) est un ermite chrétien italien du XIIe siècle et le fondateur de la Congrégation de Monte Vergine. Il est reconnu comme saint par l'Église.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille noble de Vercelli, en Lombardie, il perd ses parents jeune, il est alors élevé par un membre de sa famille. Résolu à mener une vie pénitente, il entrepris à 15 ans un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle à pied nu, revêtu d'un simple habit de pèlerin. Une tradition rapporte que durant son pèlerinage à Compostelle, Guglielmo da Vercelli aurait encerclé son corps avec des bandes de fer par amour de la mortification[1].

Il a alors vécu comme ermite sur le sommet de Montevergine (alors connu sous le nom de Monte Rgiliana) entre Nola et Bénévent. Il pratiquait des abstinences et des austérités presque incroyables. Là, il a attiré un certain nombre de disciples et a fondé le monastère de Montevergine en 1119, sous le pontificat de Calixte II[2].

À Montevergine, Guglielmo da Vercelli est présenté comme avoir accomplit des miracles[1]. Roger Ier de Sicile a servi de patron à Guillaume de Verceil, qui fonda de nombreux monastères pour les hommes et les femmes en Sicile. La Catholic Encyclopedia affirme que Roger a construit le monastère Saint-Jean des Ermites en face de son palais à Salerne afin d'avoir Guglielmo da Vercelli toujours près de lui[1].

Il meurt à Santa Maria di Guglieto, près de Nusco dans l'actuelle province d'Avellino, en 1142. La tradition catholique veut que Guglielmo da Vercelli avait prévu sa propre mort imminente « par révélation spéciale »[1].

Miracles[modifier | modifier le code]

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

À peine Guillaume se fut-il retiré dans son ermitage que ses dons de thaumaturge furent connus. Rapidement il fut réputé pour redonner la parole aux muets, l'ouïe aux sourds, la vigueur aux malades. Il changeait l'eau en vin, et accomplissait toutes sortes de prodiges jusqu'à prédire la date de sa propre mort.

Un jour, les courtisans du roi Roger, mécontents des sermons du saint, lui envoyèrent une courtisane afin de le tenter. Celui-ci la renvoya aimablement, lui demandant de revenir le voir le soir même. Elle revint et trouva Guillaume allongé sur un lit de braise, qui l'invitait à venir le rejoindre auprès de lui.

Cette femme fut tellement bouleversée qu'elle demanda immédiatement pardon au saint, et devint peu de temps après abbesse d'un couvent de religieuses qu'il avait fondé. Plus tard, elle sera connue sous le nom de la bienheureuse Agnès de Venosa.

Fête[modifier | modifier le code]

Guillaume de Verceil est fêté le 25 juin.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Bollandistes, Paris, 1874, tome VII, p. 358-361

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d CATHOLIC ENCYCLOPEDIA: William of Vercelli
  2. cet endroit portait le nom de Mont Virgilien, et, pour des raisons religieuses son nom dériva en Mont Virgine (vierge) - Sources : [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]