Église Saint-Jean des Ermites

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Jean des Ermites
Image illustrative de l'article Église Saint-Jean des Ermites
Présentation
Nom local San Giovanni degli Eremiti
Culte Catholicisme
Type Église
Début de la construction VIe siècle
Fin des travaux 1136
Style dominant Style normand
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Sicile
Commune Palerme
Coordonnées 38° 06′ 35″ N 13° 21′ 17″ E / 38.10972, 13.35472 ()38° 06′ 35″ Nord 13° 21′ 17″ Est / 38.10972, 13.35472 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Saint-Jean des Ermites

L’église Saint-Jean des Ermites (San Giovanni degli Eremiti en italien) est un monument national de style normand situé dans le centre historique de Palerme, à proximité du Palais des Normands.

Historique[modifier | modifier le code]

Giulio Carlo Argan a écrit : « Les Normands ont établi leur dynastie en Sicile en 1072, détruisant les monuments, mais non pas la tradition de l’architecture byzantine et arabe. Saint-Jean des Ermites de Palerme (1132) est arabe dans le rapport net entre les corps cubiques et les dômes hémisphériques ». Cet édifice se réfère sans nul doute plus à la conception de l’espace dans les mosquées de l’Orient islamique qu’à celle d’une église chrétienne, et la couleur rouge vif des coupoles ne fait que renforcer ce rappel. L’église, dont les origines remontent au VIe siècle, pendant la domination arabe a été convertie en mosquée pour être reconsacrée à l’ancien culte catholique par Roger II de Sicile qui a donné cet édifice, vers 1136, aux disciples de Guillaume de Verceil.

En 1464, le monastère de Saint-Jean des Ermites a été rattaché au cloître bénédictin San Martino delle Scale et laissé aux bénédictins de Monreale en 1524. Très altérée au cours des siècles, cette église a été restaurée en 1880 par l’architecte Giuseppe Patricolo. À cette occasion, l'abside et la façade nord de l'église furent, entre autres, exposées et le stuc précédemment rajouté à l’intérieur retiré. Les bâtiments ultérieurs à l’époque médiévale furent, de surcroît, démolis et les coupoles n’ont été repeintes en rouge qu’au XXe siècle.

Description[modifier | modifier le code]

Inscription murale dans la sacristie.

Célèbre pour ses dômes rouges caractéristiques, l’église appuyée par un flanc à un corps carré antérieur (peut-être une mosquée), se compose d’une croix de Saint-Antoine divisée en travées carrées, dont chacune repose sur un hémisphère. Le presbytère, se terminant par une niche, est couronné par une coupole, comme celle des deux corps quadrangulaires qui la longent et à la gauche et de laquelle s'élève un clocher. Le cloître, orné d’un jardin luxuriant, est la partie la mieux conservée de l’ancien monastère. Ils se distinguent par la beauté et la légèreté des colonnes couplées avec des chapiteaux avec des feuilles d’acanthe qui soutiennent des arcs ogivaux à double anneau. Il y a en outre une citerne arabe.

En 1881, Frances Minto Elliot (en) a décrit Saint-Jean des Ermites, dans son Journal d’une femme désœuvrée en Sicile, comme « une église normande à proximité du palais royal et du port de Castro… à l’abri dans une dépression, est entièrement orientale, et avec ses cinq dômes elle ferait merveille à Bagdad ou Damas. Ensuite, le clocher de style gothique a quatre rangées de loges surmontées d’une autre coupole, adaptation unique de construction arabe à un usage chrétien. L’église est à croix latine avec trois absides, la nef est divisée en trois travées, dont chacune est surmontée d’un dôme avec des pendentifs, nécessaires car la tour sur laquelle ils reposent est carrée, les murs sont en pierre taillée comme cela se voit souvent dans les monuments arabes sans aucune décoration et l’ensemble est éclairé par des fenêtres avec des arcs brisés. »

Aujourd’hui, l’édifice présente, néanmoins, une muraille nue faite de blocs carrés de pierre de tuffeau ; comportant trois absides semi-circulaires, l’intérieur se divise en cinq travées carrées couvertes de coupoles rattachées aux murs par des niches.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Ettore Magno, Giovanna Cassata, San Giovanni degli Eremiti, Enchiridion, Palerme, 1983.
  • (de) Museum ohne Grenzen (Hrsg.), Arabisch-normannische Kunst – Siziliens Kultur im Mittelalter, Internationaler Ausstellungsstraßen-Zyklus Die Islamische Kunst im Mittelmeerraum, Ernst Wasmuth Verlag Tübingen Berlin, 2004 (ISBN 3-8030-4102-3)
  • (de) Brigit Carnabuci, Sizilien. Griechische Tempel, römische Villen, normannische Dome und barocke Städte im Zentrum des Mittelmeeres, 4. aktualisierte Auflage. DuMont Reiseverlag, Ostfildern, 2006 (ISBN 3-7701-4385-X) (DuMont Kunst-Reiseführer).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :