Guelmim-Es Semara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guelmim-Es-Semara
Guelmim-Es Semara
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Provinces Province de Guelmim
Province de Tan-Tan
Province d'Assa-Zag
Province de Tata
Province d'Es-Semara (en partie au Sahara occidental)
Chef-lieu Guelmim
Wali(s) Abdellah Amimi[1]
Démographie
Population 501 921 hab. (2014[2])
Densité 3,8 hab./km2
Population urbaine 346 938 hab. (2014)
Population rurale 154 983 hab. (2014)
Géographie
Coordonnées 28° 09′ 00″ N 10° 04′ 00″ O / 28.15, -10.0666666728° 09′ 00″ Nord 10° 04′ 00″ Ouest / 28.15, -10.06666667  
Superficie 13 373 000 ha = 133 730 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir sur la carte Maroc administrative
City locator 14.svg
Guelmim-Es-Semara

Guelmim-Es-Semara (en arabe : كلميم السمارة) était l'une des seize régions du Maroc avant le découpage territorial de 2015[3].

A l'issue de celui-ci, la nouvelle région de Guelmim-Oued Noun garde les trois provinces de Guelmim, Assa-Zag etTan-Tan, auxquelles s'ajoute celle de Sidi Ifni[4], alors que la province d'Es-Semara est transférée à la nouvelle région de Laâyoune-Sakia El Hamra et celle de Tata à la nouvelle région du Draâ-Tafilalet.

Son chef-lieu reste Guelmim.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon que l'on considère que le territoire du Sahara occidental est marocain ou non, la région de Guelmim-Es-Semara était située au centre du Maroc ou, partiellement, au sud.

Elle était composée des cinq provinces suivantes : la province d'Assa-Zag, la province d'Es-Semara, la province de Guelmim, la province de Tan-Tan et la province de Tata.

Celle d'Es-Semara s'étend en partie sur le territoire du Sahara occidental, dont la souveraineté est revendiquée par le Maroc et le Front Polisario.

Dans l'optique du Sahara occidental faisant partie du Maroc, qui de fait administre un peu plus des trois quarts de son territoire, elle était bordée au nord par la région de Souss-Massa-Drâa, au sud par celle de Laâyoune-Boujdour-Sakia el Hamra et la Mauritanie, à l'est par l'Algérie, et à l'ouest par l'océan Atlantique et de nouveau la région de Laâyoune-Boujdour-Saguia El Hamra[5]. Sa superficie était de 133 730 km2[6], soit 18,8 % du territoire marocain, pour une population de 462 410 habitants en 2004[7], soit 1,55 % de la population légale nationale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. MAP, « Activités royales : S.M. le Roi Mohammed VI nomme plusieurs walis et gouverneurs », Le Matin,‎ (lire en ligne)
  2. [xlsx] Haut-commissariat au Plan, Note sur les premiers résultats du Recensement Général de la Population et de l’Habitat 2014 (lire en ligne)
  3. « Décret n°2.15.40 du 20 Février 2015, fixant le nombre des régions, leurs dénominations, leurs chefs-lieux ainsi que les préfectures et provinces qui les composent, publié au Bulletin Officiel n° 6340 du 05 Mars 2015 » qui entre en vigueur à la même date que le décret prévu à l'article 77 de la loi organique n°59-11 relative à l'élection des membres des conseils des collectivités territoriale
  4. de l'ancienne région de Souss-Massa-Drâa
  5. Portail national du Maroc
  6. « Présentation générale des provinces du Sud », sur www.lagencedusud.gov.ma (consulté le 11 novembre 2012)
  7. [PDF] Haut-commissariat au Plan, Recensement général de la population et de l'habitat de 2004 : Population légale du Maroc, La Vie éco, 68 p. (lire en ligne), p. 13

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]