Greffe de visage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jim Maki, greffé du visage, avec le Dr. Bohdan Pomahac

La greffe de visage est une opération médicale complexe qui tente de reconstruire tout ou partie du visage.

En France[modifier | modifier le code]

Première greffe partielle de visage en 2005[modifier | modifier le code]

En 2005, les professeurs Bernard Devauchelle, Sylvie Testelin, les docteurs Christophe Moure, Cédric d'Hauthuille du CHU d'Amiens et le professeur Benoît Lengelé de l'Université catholique de Louvain, ont réalisé en collaboration avec l'équipe du professeur Jean-Michel Dubernard du CHU de Lyon la première greffe partielle du visage au monde[1] (greffe du triangle formé par le nez et la bouche) sur une femme de 38 ans, Isabelle Dinoire. Cette opération eut lieu entre les dimanche 27 et lundi 28 novembre au CHU d'Amiens.

Cette patiente avait perdu une partie de son visage après que son labrador a essayé de la réveiller après une tentative de suicide. Cette opération a reçu un avis favorable de la commission d'éthique. Une polémique a porté sur sa fragilité psychologique, sur l'identité à conserver avec le visage d'un autre, et sur le rôle de la presse anglo-saxonne qui a couvert l'événement[2].

Un an après l'opération, un bilan fait état du retour de la mobilité et sensibilité de la zone greffée ; la patiente peut à nouveau manger, parler et sourire, et sortir en public sans attirer l'attention[3]. Après dix-huit mois de recul, le résultat est toujours bon, avec seulement deux épisodes de rejets qui ont été maitrisés. La sensibilité au toucher et à la chaleur est redevenue normale au bout de 6 mois[4]. Toutefois, malgré le succès de la greffe, les risques de rejet sont grands. Il faut prendre un traitement à vie et faire des exercices pour récupérer la mobilité de son visage.

La greffe et ses suites sont racontées dans un livre de Noëlle Châtelet, le Baiser d'Isabelle paru en octobre 2007.

Deuxième greffe partielle de visage en 2007[modifier | modifier le code]

Les 21 et 22 janvier 2007, l'équipe du professeur Laurent Lantieri, du CHU Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne) a réalisé la deuxième transplantation de la face, au cours d'une opération qui aura duré 15 heures. Le patient, âgé de 27 ans, souffrait d'une forme très grave de la maladie de Von Recklinghausen, une pathologie incurable qui peut, dans ses formes les plus graves, déformer le visage, au point pour le malade de ne plus pouvoir affronter le regard des autres.

Il a subi une greffe nez-bouche-menton-joues[5]. Le problème majeur dans cette opération était que les neurofibromes plexiformes qui déformaient son visage sont hémorragiques.

En Chine[modifier | modifier le code]

En avril 2006, un chasseur mordu au visage par un ours, a reçu une greffe partielle de visage comprenant une joue, la lèvre supérieure, le nez et un sourcil. Le patient, Li Guoxing, un paysan chinois de 30 ans, défiguré par un ours, avait à son tour été partiellement greffé à l'hôpital Xijing de Xian[6]. Il est cependant décédé en juillet 2008, deux ans après l'opération ; il aurait cessé de prendre son traitement anti-rejet, peut-être faute de moyens financiers[réf. nécessaire].

Greffe totale de visage[modifier | modifier le code]

Deux équipes, l'une britannique[7] et l'autre américaine, ont obtenu respectivement en octobre 2006 et en 2004 l'accord de leurs autorités médicales pour réaliser la première greffe complète de visage au monde. Les patients qui pourraient bénéficier d'une telle intervention sont toujours en cours de sélection. Une clinique américaine de Cleveland a réalisé une greffe de 80 % du visage, en décembre 2008[8].

C'est pourtant une équipe espagnole qui a réalisé, en mars 2010[9], la toute première transplantation totale d'un visage. Il aura fallu plus de vingt heures d'intervention pour rendre un visage humain à un homme d'une trentaine d'année. L'opération a mobilisé une équipe de trente chirurgiens, anesthésistes et infirmières. Pour reconstruire la face du patient, les chirurgiens lui ont greffé toute la peau et les muscles du visage ainsi que le nez, les lèvres, l'os maxillaire supérieur, les dents, le palais, les pommettes et la mandibule. Le tout à partir d'un même donneur. Seuls les yeux et la langue du patient n'ont pas nécessité de dons. Cet exploit, jugé incomplet, est mis en concurrence avec la réalisation de l'hôpital Henri Mondor de Créteil (France). En effet, en juin de la même année, l'équipe du professeur Laurent Lantièri a, sur un patient touché par une déformation du visage causée par une maladie génétique, réalisée une greffe également revendiquée comme la première greffe totale du visage, arguant de la greffe des paupières et du système lacrymal[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. B Devauchelle, L Badet, B Lengelé, E Morelon, S Testelin, M Michallet, C D’Hauthuille, JM Dubernard,First human face allograft: early report, Lancet 2006; 368: 203–09
  2. (en) Lawrence K. Altman, « A Pioneering Transplant, and Now an Ethical Storm », The New York Times,‎ 6 décembre 2005 (lire en ligne)
  3. Communiqué de presse BBC.
  4. Jean-Michel Dubernard, M.D., Ph.D., Benoit Lengelé, M.D., Ph.D., Emmanuel Morelon, M.D., Ph.D., Sylvie Testelin, M.D., Ph.D., Lionel Badet, M.D., Ph.D., Christophe Moure, M.D., Ph.D., Jean-Luc Beziat, M.D., Stéphanie Dakpé, M.D., Jean Kanitakis, M.D., Ph.D., Cédric D'Hauthuille, M.D., Assia El Jaafari, M.D., Ph.D., Palmina Petruzzo, M.D., Ph.D., Nicole Lefrancois, M.D., Farid Taha, M.D., Angela Sirigu, M.D., Ph.D., Giovanni Di Marco, M.D., Esther Carmi, M.D., Danielle Bachmann, M.D., Sophie Cremades, M.D., Pascal Giraux, M.D., Ph.D., Gabriel Burloux, M.D., Olivier Hequet, M.D., Ph.D., Nathalie Parquet, M.D., Camille Francès, M.D., Mauricette Michallet, M.D., Xavier Martin, M.D., and Bernard Devauchelle, M.D. Outcomes 18 Months after the First Human Partial Face Transplantation, New Eng J Med, 2007;357:2451-2460
  5. Lantieri L, Meningaud JP, Grimbert P, Repair of the lower and middle parts of the face by composite tissue allotransplantation in a patient with massive plexiform neurofibroma: a 1-year follow-up study, Lancet, 2008;372:639-645
  6. Shuzhong Guo, Yan Han, Xudong Zhang et Als. Human facial allotransplantation: a 2-year follow-up study, Lancet, 2008; 372:631-638
  7. Feu vert pour une première greffe totale de visage, Le Figaro, 25 octobre 2006
  8. (en) Siemionow M, Papay F, Alam D. et al. Near-total human face transplantation for a severely disfigured patient in the USA, Lancet, 2009;374:203-209
  9. (en) Eaton L. Spanish doctors carry out first transplantation of a full face, BMJ 2010;340:c2303
  10. la première greffe totale du visage est française surlefigaro.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]