Gare de Vaucresson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vaucresson
Image illustrative de l'article Gare de Vaucresson
Le bâtiment voyageurs de la gare.
Localisation
Pays France
Ville Vaucresson
Adresse Place Charles-de-Gaulle
92420 Vaucresson
Coordonnées géographiques 48° 50′ 13″ N 2° 09′ 09″ E / 48.836853, 2.15247348° 50′ 13″ Nord 2° 09′ 09″ Est / 48.836853, 2.152473  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Service Transilien ligne L : TransilienLigne L du Transilien
Caractéristiques
Ligne(s) Saint-Cloud - Saint-Nom-la-Bretèche
Voies 2 centrales
Quais 2 quais latéraux
Zone 4 (tarification Île-de-France)
Altitude 143 m
Historique
Ouverture 5 mai 1884
Correspondances
Bus et Noctilien Voir Correspondances

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Vaucresson

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Vaucresson

La gare de Vaucresson est une gare ferroviaire française de la ligne de Saint-Cloud à Saint-Nom-la-Bretèche, située dans la commune de Vaucresson (département des Hauts-de-Seine).

Ouverte le 5 mai 1884 par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest, c'est aujourd'hui une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par les trains de la ligne L du Transilien (réseau Paris-Saint-Lazare). Elle se situe à une distance de 19,4 km de la gare de Paris-Saint-Lazare.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Bâtiment voyageurs depuis le quai pour Saint-Nom-la-Bretèche

La gare de Vaucresson est située au sud du centre-ville. Établie à 142,9 m d'altitude[1], elle se situe au point kilométrique (PK) 19,432 de la ligne de Saint-Cloud à Saint-Nom-la-Bretèche (PK 0 à Paris-Saint-Lazare), entre les tunnels de La Marche (côté Paris) et du Butard. Elle constitue le deuxième point d'arrêt de la ligne après Garches - Marnes-la-Coquette et précède la gare de La Celle-Saint-Cloud.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est dans cette gare que les plénipotentiaires allemands ont été accueillis et pris en charge par les autorités françaises pour négocier les conditions des Traités mettant fin à la première guerre mondiale dont le Traité de Versailles.

Vue des quais depuis le pont routier du boulevard de la République (route départementale 907).

Le trafic montant quotidien ne dépasse pas 109 voyageurs à l'ouverture de la ligne en 1884, puis grimpe à 425 par jour en 1893. Il atteint 962 voyageurs en 1938, 2 431 en 1973 et enfin 2 500 voyageurs par jour en 2003, ce qui en fait la quatrième gare au trafic le plus élevé de la ligne après Marly-le-Roi, La Celle-Saint-Cloud et Garches - Marnes-la-Coquette[2].

En 2012, 2 770 voyageurs ont pris le train dans cette gare chaque jour ouvré de la semaine[3].

Services voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

En 2011, un guichet Transilien est ouvert du lundi au samedi de h 40 à h 25 et les dimanches et fêtes de h 20 à h 25. Il est adapté pour les personnes handicapées. Des automates Transilien et grandes lignes sont également disponibles[4].

Un parc relais payant (2013 : demi-journée 1,50 €, journée 3 €) de 96 places est aménagé pour les véhicules[5].

Desserte[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par les trains de la ligne L du Transilien (réseau Paris-Saint-Lazare), à raison (par sens) d'un train toutes les 30 minutes en heures creuses, de deux à huit trains par heure aux heures de pointe (au départ le matin et à l'arrivée le soir) et d'un train toutes les 30 minutes en soirée.

Les trajets sont assurés par des automotrices de type Z 6400. Le temps de trajet est, selon les trains, de 22 à 27 minutes depuis la gare de Paris-Saint-Lazare[6].

Correspondances[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par :

Bâtiment[modifier | modifier le code]

Près du quai, en direction de Paris, un bâtiment distinct de la gare, servait de logement au chef de gare intérimaire de la ligne. Dans les différentes gares de celle-ci, tout au long de la semaine, il remplaçait le chef de gare titulaire afin d'assurer une continuité du poste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Institut géographique national - Repère de nivellement P.B.K3 - 492
  2. Pierre Bouchez, De Paris St-Lazare à Versailles et St-Nom-la-Bretèche (1839-2007), p. 128
  3. [PDF]« Délibération n° 2012/301, séance du 10 octobre 2012 », sur le site du STIF (consulté le 25 août 2013) : « Déploiement de nouveaux afficheurs Infogare TFT/TLED lignes L&J, Volet information voyageurs : Identifiant PQI 181 », p. 15. Le STIF définit le nombre de montants pour une gare comme le nombre de voyageurs y prenant le train les jours ouvrés et hors période de vacances scolaires.
  4. Transilien - Gare de Vaucresson : services Transilien
  5. Stif - Atlas des transports publics en Île-de-France
  6. Transilien - Fiches horaires

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Carrière, Les trains de banlieue, tome I, édition La Vie du Rail, 1997, 303 p. (ISBN 2902808666)
  • Bernard Collardey, Les trains de banlieue, tome II, Éd. La Vie du Rail, 1999, 335 p. (ISBN 2902808763)
  • Pierre Bouchez, De Paris St-Lazare à Versailles et St-Nom-la-Bretèche (1839-2007), Éd. La Vie du Rail, 2007, 170 p. (ISBN 2915034672)

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Saint-Nom-la-Bretèche - Forêt de Marly La Celle-Saint-Cloud Transilien Ligne L du Transilien Garches - Marnes-la-Coquette Paris Saint-Lazare