Caius Iulius Antiochus Epiphanes Philopappus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Caius Iulius Antiochus Epiphanes Philopappus, dit Philopappos, est un sénateur romain ayant une ascendance royale de Commagène, consul suffect en 109 sous le règne de Trajan.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils du prince grec Caius Julius Archelaus Antiochus Epiphanes, de la dynastie des princes de Commagène, et le petit-fils du dernier roi de Commagène, Antiochos IV (Gaius Julius Antiochos IV Épiphane) et de Iotopa (probablement Iotapé de Commagène, soeur de Antiochos IV (?)).

Sa mère est Claudia Capitolina, fille de Tiberius Claudius Balbilus, éminent savant, politicien et astrologue romain sous les empereurs romains Claude à Vespasien, préfet d'Égypte de Néron de 55 à 59. Ses arrière-grands-parents par Balbilus sont Thrasylle de Mendès et Aka II de Commagène, une princesse du royaume de Commagène et arrière-petite-fille de Antiochos Ier de Commagène.

Il est le frère de la poétesse Julia Balbilla, qui compose son épitaphe.

Ascendance et connexion avec la dynastie des princes de Commagène de l'époque des Julio-Claudiens aux Antonins. Arbre non exhaustif.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille en disgrâce sous les derniers empereurs flaviens s'exile à Athènes, où elle retrouve la prospérité : Philopappos vit la plus grande partie de sa vie à Athènes, où il se distingue comme chorège, c'est-à-dire producteur de spectacles de musique et danse, et comme agonothète, c'est-à-dire organisateur de concours grecs-athlétiques, théâtraux, etc.

Il est consul suffect en 109 sous le règne de Trajan ainsi que membre du collège des Frères Arvales[1]. Il reste célèbre pour le monument élevé à sa mémoire par sa sœur à Athènes, dont il était le bienfaiteur, vers 114-119, à sa mort. Les sculptures montrent Philopappos en compagnie du roi Antiochos IV, son aïeul. Dans la partie inférieure du monument est représenté un cortège triomphal.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Der Neue Pauly, Stuttgardiae 1999, T. 6, c. 26.