Tiberius Claudius Balbilus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tiberius Claudius Balbilus, dont le nom complet est Tiberius Claudius Balbillus Modestus[N 1] (grec ancien : Τιβέριος Κλαύδιος Βαλβίλλος Μόδεστος), né en l'an 3 et mort en 79[1], est un éminent savant, politicien et astrologue romain sous les empereurs romains Claude à Vespasien[2]. Il est notamment préfet d'Égypte de 55 à 59 sous Néron[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ascendance[modifier | modifier le code]

Le lieu de naissance présumé de Balbilus est Alexandrie, dans la province romaine d'Égypte[1], et l'année de sa naissance est l'an 3 ap. J.-C.[1]

Balbilus est un noble romano-égyptien avec des ascendants grecs mais aussi arméniens et mèdes. Il est le fils[2],[4],[5] et le plus jeune enfant de Tiberius Claudius Thrasyllus aussi connu sous le nom de Thrasylle de Mendès, savant et astrologue grec du début du siècle qui devient l'ami personnel de l’empereur Tibère[6] et d'Aka II de Commagène[5], une princesse du royaume de Commagène[4] et arrière-petite-fille de Antiochos Ier de Commagène.

Balbilus a au moins une sœur aînée[5],[7]. Elle épouse le chevalier romain Lucius Ennius[8],[5],[7]. Par elle, Balbilus est l'oncle maternel de Ennia Thrasylla qui épouse le préfet du prétoire Naevius Sutorius Macro, et peut-être le grand-oncle de Lucius Ennius Ferox, un soldat romain qui sert durant le règne de Vespasien[9].

L'empereur Claude (41 - 54).

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Bien que Balbilus est né et a grandi en Égypte, il est membre de l'ordre équestre de Rome[10], où il vit dorénavant. Balbilus est un ami du neveu de Tibère, Claude[11], qui se connaissent depuis qu'ils sont enfants et qui se sont rencontrés dans la maison de son père.

Un papyrus daté du 26 août 34 mentionne Balbilus comme l'un des propriétaires d'un établissement de bains situées dans la ville de Theogonis en Égypte ainsi que le bail des bains et les taxes à payer pour ses revenus[12].

Sous le règne de l’empereur Caligula, Balbilus quitte Rome et retourne à Alexandrie.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Inscription d'Éphèse donnant la carrière d'un procurateur du règne de Claude (AE 1924, 00078) : Tiberius Claudius Babillus.

Après l'assassinat de Caligula le 24 janvier 41, son oncle paternel Claude lui succède comme empereur romain. La carrière politique de Balbilus commence sous le règne de ce dernier[11]. Il quitte Alexandrie pour Rome, et soutient Claude comme un ami quand il devient empereur[3]. Il l'accompagne dans son expédition sur l'île de Britannia en 43[3], servant comme officier de la legio XX Valeria Victrix. Il est tribun militaire et commandant de l'ingénierie militaire[3],[2] et est probablement un des premiers Grecs à venir en Grande-Bretagne. Quand Claude et ses légions retournent à Rome, Balbilus est récompensé d'une couronne d'honneur.

Balbilus est l'un des plus hauts magistrats de rang équestre[10] qui sert à Rome. Après son retour à Rome, il reçoit un important poste en Égypte[2]. À Alexandrie, Balbilus est nommé grand-prêtre du temple d'Hermès et directeur de la bibliothèque d'Alexandrie, et il partage son temps entre cette ville et Rome. Peu de temps après, il sert comme procurateur dans la province d'Asie[11],[3].

En octobre 54, Claude meurt et Néron lui succède comme empereur. Sous Néron, Balbilus est nommé préfet d'Égypte de l’an 55 à 59[3]. Après sa préfecture, il continue de vivre à Alexandrie.

Astrologue[modifier | modifier le code]

L'empereur Néron (54 - 68).

Balbilus succède à son père dans ses compétences en astrologie[13].

Il devient un astrologue éminent à Rome[14]. Pendant le règne de Claude, il est son conseiller, après avoir fait passer un décret expulsant tous les astrologues de la ville et prédit une éclipse qui tomberait le jour d'un anniversaire de l'empereur. Pendant le règne de Néron, Balbilus sert comme conseiller astrologue de l’empereur et de sa mère[11], Agrippine la Jeune. Une comète passe dans le ciel en 60 ou 64, signalant la mort d'un grand personnage. Balbilus tente de calmer les craintes de Néron en notant que la solution habituelle est d'assassiner des citoyens éminents, apaisant ainsi les dieux[11]. Néron en convient, tuant de nombreux nobles. Comme Balbilus s'est avéré être un éminent astrologue, il évite la mort de nombreux astrologues sous Néron. Sous le règne de Vespasien, Balbilus revient à Rome depuis Alexandrie et sert d'astrologue à l'empereur[15], auprès duquel il est en faveur[3].

Balbilus est un érudit[10]. Sénèque le Jeune le décrit comme « un excellent homme de savoir sur de nombreuses branches d'études[16] ». Il écrit un traité d'astrologie, titré Astrologumena[3], dont des fragments ont survécu. Ce livre s'adresse à Hermogenes[2].

Descendance[modifier | modifier le code]

L'identité de la femme de Balbilus est inconnue. C'est probablement une noble grecque de l'aristocratie orientale. Il est possible qu'elle ait des liens avec une famille royale, de Commagène ou autre[17]. De cette union, Balbilus a une fille appelée Claudia Capitolina[17]. C'est son seul enfant connu. Elle hérite son nom de Claudia de son père et son cognomen Capitolina est probablement héritée de sa mère.

En 64, Capitolina épouse le prince Caius Julius Archelaus Antiochus Epiphanes de Commagène, fils du dernier roi Antiochos IV de Commagène[10]. Le couple a un fils, appelé Gaius Julius Antiochus Epiphanes Philopappus, futur sénateur et consulaire romain, et une fille appelée Julia Balbilla, une poétesse[10]. Archelaus Antiochus Epiphanes décède en 92.

Ascendance, descendance et connexion avec la dynastie des princes de Commagène de l'époque des Julio-Claudiens aux Antonins. Arbre non exhaustif.

Entre 94 et 98, Claudia Capitolina se remarie avec le préfet d'Égypte Marcus Iunius Rufus[18].

L'empereur Vespasien (69 - 81).

Balbilus a deux homonymes parmi les prêtres de Émèse du culte d'Élagabal à Rome, Tiberius Julius Balbillus et Titus Julius Balbillus[19] qui vivent dans la deuxième moitié du IIe siècle et la première moitié du IIIe siècle. Comme Balbilus, Tiberius Julius Balbillus et Titus Julius Balbillus sont des descendants du roi Antiochos Ier de Commagène[20].

Honneurs posthumes[modifier | modifier le code]

Balbilus meurt en 79, peut-être en juin, avant l'empereur Vespasien[21]. Dans ses dernières années, Balbilus vit à Éphèse[22].

Vespasien a accordé des privilèges à lui et à sa ville d'Ephèse en raison de sa compétence dans l'art[22]. Comme Vespasien a une très haute opinion de lui et l'a favorisé dans sa carrière, il a consacré et permis aux Éphésiens d'instituer des jeux tenus en son honneur[17]. Ces jeux commencent par un festival sportif appelé « Jeux Balbiléens ». Nommé d'après lui, cet évènement se tient à Éphèse de 79 jusqu'au IIIe siècle[21]. Une inscription à Éphèse honore Balbilus et sa fille[21].

Balbilus est honoré par sa petite-fille Julia Balbilla de deux épigrammes en grec éolien datés de 130. Ces deux épigrammes font partie de quatre épigrammes inscrits et préservés sur les parties inférieures d'un des colosses de Memnon, situés en Haute-Égypte. Balbilla a voyagé en Égypte parmi l'escorte d'Hadrien et de sa femme Sabine en 130. Les inscriptions de Balbilla sont commandées pour commémorer leur visite dans le pays.

Balbilla, en inscrivant son nom sur les colosses de Memnon, elle reconnaît et fait référence à son ascendance royale et aristocratique. Dans les deux dernières lignes du deuxième épigramme, elle honore sa famille, y compris Balbilus.

À mes parents qui sont nobles, et mes grands-parents,
Le sage Balbillus et Antiochus le roi.

La quatrième et dernière épigramme, Balbilla le dédie à ses parents et grands-parents. Cette épigramme est aussi dédié à son sang noble et aristocratique. Dans l'épigramme, Balbilla mentionne que Balbilus provient d'une lignée royale.

Les colosses de Memnon, sud et nord. Les colosses de Memnon, sud et nord.
Les colosses de Memnon, sud et nord.
À mes pieux parents et grands-parents :
Balbillus le Sage et roi Antiochos ;
Balbillus, le père de ma mère au sang royal
et le roi Antiochos, le père de mon père.
De leur lignée je puis mon sang noble
et ces versets sont miens, pieuse Balbilla.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est aussi connu sous le nom de Tiberius Claudius Balbillus (Bunsen, Encyclopedia of the Roman Empire, p. 66), Barbillus (idem), Babilus (article « Balbilus » de ancientlibrary.com), Balbillus (Willer Laale, Ephesus (Ephesos): An Abbreviated History from Androclus to Constantine Xi (Google eBook)) et Balbillus le Sage (Hemelrijk, Matrona Docta: Educated Women in the Roman Élite from Cornelia to Julia Domna, p. 170).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Articles « Thrasyllus », « Barbillus » et « Babilus » dans ancientlibrary.com.
  • J. Hazel, Who's who in the Roman World, Psychology Press, 2002.
  • E.A. Hemelrijk, Matrona Docta: Educated Women in the Roman Élite from Cornelia to Julia Domna, Routledge, 2004.
  • R. Beck, Beck on Mithraism: Collected Works With New Essays, Ashgate Publishing Limited, 2004.
  • J.H. Holden, A History of Horoscopic Astrology, American Federation of Astrology, 2006.
  • M. Bunsen, Encyclopedia of the Roman Empire, Infobase Publishing, 2009.
  • H. Willer Laale, Ephesus (Ephesos): An Abbreviated History from Androclus to Constantine Xi (Google eBook), WestBow Press, 2011.
  • Martin Gansten, article « Balbillus and the Method of aphesis », Lund University, juillet 2012.
  • Généalogie royale d'Aka II de Commagène et de la fille de Tiberius Claudius Thrasyllus at rootsweb.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Martin Gansten, article « Balbillus and the Method of aphesis », Lund University, 2012, p. 587.
  2. a, b, c, d et e Holden, A History of Horoscopic Astrology, p. 29
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Hazel, Who's who in the Roman World, p. 35.
  4. a et b Beck, Beck on Mithraism: Collected Works With New Essays, pp. 42-43.
  5. a, b, c et d Généalogie royale d'Aka II de Commagène sur rootsweb.
  6. Holden, A History of Horoscopic Astrology, p. 26.
  7. a et b Généalogie de la fille de Tiberius Claudius Thrasyllus sur rootsweb.
  8. B. Levick, Tiberius: The Politician, Routledge, 1999, pp. 137 et 230.
  9. Coleman-Norton, Ancient Roman Statutes, pp. 151-152.
  10. a, b, c, d et e Hemelrijk, Matrona Docta: Educated Women in the Roman Élite from Cornelia to Julia Domna, p. 170.
  11. a, b, c, d et e Bunsen, Encyclopedia of the Roman Empire, p. 66.
  12. P.Mich.inv. 639.
  13. Article « Thrasyllus » sur ancientlibrary.com.
  14. Beck, Beck on Mithraism: Collected Works With New Essays, p. 42.
  15. Article « Barbillus » sur ancientlibrary.com.
  16. Hemelrijk, Matrona Docta: Educated Women in the Roman Élite from Cornelia to Julia Domna, p. 333
  17. a, b et c Beck, Beck on Mithraism: Collected Works With New Essays, p. 43.
  18. Marie-Françoise Baslez, Dialogues d'histoire ancienne, 1992, La famille de Philopappos de Commagène. Un prince entre deux mondes, p. 96.
  19. Halsberghe, The Cult of Sol Invictus, Brill, 1972 p. 55.
  20. H. Temporini et W. Haase, 2, Principat: 9, 2, Walter de Gruyter, 1978, p. 798.
  21. a, b et c Laale, Ephesus (Ephesos): An Abbreviated History from Androclus to Constantine Xi, p. 200.
  22. a et b Bunsen, Encyclopedia of the Roman Empire, p. 52.