Gérasime du Jourdain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gérasime.
Icône de saint Gérasime avec le lion

Gérasime du Jourdain est un saint moine de Palestine (+ 475). Il est fêté le 4 mars en Orient et le 5 mars en Occident.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gérasime naît en Lycie (Cappadoce) dans une famille aisée, mais il décide de tout quitter pour suivre à la lettre l'Évangile et se rend en Égypte, dans le désert de la Thébaïde où affluaient les moines. Il retourne en Lycie, puis se rend en pèlerinage en Terre sainte à Jérusalem vers 450. Il s'installe ensuite comme ermite près du Jourdain. La tradition rapporte qu'il a pu apprivoiser un lion du désert. Ce fait peut à la fois signifier qu'en effet il a pu avoir domestiqué un animal sauvage, mais qu'il a surtout, d'un point de vue spirituel, domestiqué ses propres instincts[1]. Il soigne le lion de ses blessures, lui donne le nom de Jourdain (allusion à un baptême spirituel) et celui vint pendant cinq ans chercher sa nourriture auprès de l'ermite. Une fois mort de vieillesse, il est enterré auprès de Gérasime.

Pour des disciples venus suivre son enseignement, Gérasime entreprend de construire un monastère, l'un des premiers monastères du désert de Juda, où il se fait reconnaître pour son ascétisme. Comme l'écrit saint Cyrille de Jérusalem dans sa Vie de saint Euthyme le Grand, Gérasime a été un temps convaincu par l'hérésie d'Eutychès et Dioscore, mais bientôt il s'en détache et devient fervent partisan du concile de Chalcédoine.

Monastère de Saint-Gérasime[modifier | modifier le code]

Le monastère grec de Saint-Gérasime se trouve sur la route de Jéricho à Deir Hajla, un lieu où la tradition chrétienne rapporte que la Sainte Famille s'y est reposée au moment de la Fuite en Égypte pour échapper au massacre des saints innocents. Le premier monastère de Gérasime du Jourdain s'y trouvait à proximité.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les chrétiens de l'Église primitive aimaient à relater des faits imagés pour mieux convaincre leur auditoire qui comprenaient les allusions.

Sources[modifier | modifier le code]