Francesco Maria Bazzani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Francesco Maria Bazzani

Naissance vers 1650
Parme, Italie
Décès vers 1700
Plaisance, Italie
Activité principale Compositeur
Activités annexes maître de chapelle
Lieux d'activité Drapeau de l'Italie Italie
Élèves Fortunato Chelleri

Œuvres principales

Ottone in Italia, un premier opera seria.

Francesco Maria Bazzani or Bassani (né vers 1650 à Parme, mort en 1700 à Plaisance) est un compositeur italien du XVIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Francesco fait partie de la famille de musiciens Bassani dont Giovanni Battista Bassani est le mieux connu. Il ne faut pas le confondre avec un autre Francesco Maria Bassani qui vécut deux générations plus tôt. Ce dernier est neveu du compositeur pour viole de gambe Oratio Bassani (en), et il est auteur d'une livret pédagogique intitulé Regole di contrapunto qui contient huit pièces, dont sept sont probablement de son oncle Oratio.

Franceso est fils d'une personne de la maison du duc Ranuccio II Farnese. Protégé de celui-ci, ordonné prêtre, il obtient une charge à la cathédrale de Plaisance en 1677 avant d'être maître de chapelle de la cathédrale (1679-1693) et aussi de l'église S. Giovanni in Canale (1684-1686)[1]. Francesco recueille son neveu Fortunato Chelleri, fils du musicien d'origine allemande Keller et de sa sœur, à la mort de ces derniers, et contribue à sa formation de musicien.

Une rue de Plaisance porte son nom.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Operas

  • Ottone in Italia (Parme 1673), livret de A. Gargiera. Cet opéra est cité comme un exemple précoce d'opera seria[2].
  • Il pedante di Tarsia (Bologne 1680)

Oratorios

  • L'inganno trionfato, (Parme 1673), livret de Oratio Francesco Roberti (en).
  • La caduta di Gerico (Modène 1693).
  • I trionfi dell'Eridano in cielo (Piacenza 1679)
  • Il bacio della Giustizia e della Pace, texte de F. Glissanti, église Saint-Roch, 1697

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Honegger 1986.
  2. Lorenzo Bianconi, Giorgio Pestelli, Histoire de l'opéra italien, Tome 5 : « L'opéra spectacle » Mardaga, 1995, (ISBN 978-2870094648), [lire en ligne], p. 206 : « Le domestique Lenno qui apparaît de façon épisodique dans de rares scènes comiques, revient à la fin de l'acte I et de l'acte II pour introduire des ballets colorés et hilares qui offent un agréable contraste avec le ton généralement sévère de l'opéra ».

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Francesco Maria Bazzani » (voir la liste des auteurs)

Références[modifier | modifier le code]

  • Marc Honegger, « Bazzani, Francesco Maria », dans Dictionnaire de la musique, vol. A-K, Paris, Bordas,‎ 1986, p. 93
  • « Bazzani, Francesco Maria », dans Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 7,‎ 1970 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]