Forum social européen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Forum social européen est l'une des déclinaisons continentales du Forum social mondial (FSM), à côté du Forum des Amériques, du Forum social asiatique etc. La première organisation du FSE eut lieu en 2002 à Florence.

Un Forum social consiste en un espace de rencontres et d'échanges conçu pour permettre des réflexions de fond, des débats d'idées, la mise à jour de propositions et d'alternatives, l'échange d'expériences et de projets d'actions, entre les différentes entités et mouvements de la société civile se disant « engagés dans la construction d'un autre monde possible centré autour de la personne humaine, et non sur le profit économique ».

Chronologie[modifier | modifier le code]

Organisation et animation[modifier | modifier le code]

Le Forum social mondial a été créé à l'initiative de 8 organisations (MST, CUT, ABONG, I-Base, etc) qui assument toujours le rôle de secrétariat international en lien, après le 4e FSM de Mumbai en 2004, avec le comité organisateur indien. Dès 2001 les organisateurs brésiliens prenaient l'initiative de constituer le Comité International du FSM qui s'élargit par cooptation à diverses organisations et ONG (plus de 100 en 2006).

Le Forum social européen est animé différemment. Dès la première réunion de préparation du FSE de Florence, à Bruxelles au printemps 2002, les différents mouvements européens décidaient la mise en place d'une « Assemblée Européenne de Préparation » qui assurerait l'organisation des différents FSE. Cette assemblée est ouverte à toute association, collectif, syndicat, ONG, réseau ou organisation qui souhaite s'y investir et se réunit au moins 3 fois par an, à chaque fois dans une ville différente dans le souci de permettre la participation la plus large des mouvements issus des différentes parties de l'Europe. Ce choix d'une AEP ouverte s'explique par des raisons pratiques : les organisations brésiliennes qui ont inventé le « concept » de Forum social pouvaient décider qui devaient en assumer la responsabilité, ce qui était impossible pour des organisations européennes qui auraient eu de grosses difficultés à déterminer les critères de participation à une structure fermée. Mais cette décision renvoie également à la volonté de mettre en œuvre de façon pratique le principe d'horizontalité.

Premier FSE (Florence 2002)[modifier | modifier le code]

Le slogan de ce forum était « contre la guerre, le racisme et le néo-libéralisme », en référence spécifique au plan de George W. Bush pour l'Irak.

Avant même son commencement, le FSE de Florence réveilla des polémiques, surtout dans la perspective que ne se reproduisent des événements comme lors du sommet du G8 à Gênes l'année précédente.

Finalement le FSE, avec ses 60 000 délégués qui occupèrent la Forteresse de Basso (lieu historique) et d'autres centres de conférences, ne provoqua aucun incident et se termina par une grande manifestation contre la guerre, de 1 million de personnes selon les organisateurs. Parmi les thèmes abordés : immigration, constitution de l'union européenne, la taxe Tobin et surtout les débats sur la paix et le pacifisme. Ce thème compta parmi ses orateurs Gino Strada, leader du mouvement pacifiste en Italie et président de Emergency, une association italienne qui aide les victimes civiles des conflits armés. Des grandes ONG telle que Amnesty International joignirent le FSE ainsi que des organisations de citoyens comme ATTAC.

À la fin de la rencontre même Romano Prodi, à l'époque président de la Commission Européenne, montra de la sympathie pour la modération du mouvement et ses thèmes pacifistes[1].

Second FSE Paris 2003[modifier | modifier le code]

Plus de 40 000 inscrits au forum 2003 dont des ONG, des organisations syndicales, anticapitalistes. Quelques personnalités se présentèrent aussi au forum, dont José Bové, Laurent Fabius, François Hollande. Les groupes politiques les plus visibles furent la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) et le Parti communiste français (PCF). Le parti socialiste était présent (voir controverse) À côté des participants officiels il y a aussi eu beaucoup de participants non inscrits. 150 000 manifestants lors de la marche de fermeture. Signalons aussi qu'un forum des femmes eut lieu les jours précédents le FSE, pour réagir à la sous-représentativité féminine lors du premier FSE. Ce forum des femmes compta 3 000 participantes.

Forum polyglotte[modifier | modifier le code]

Les langues de travail au FSE 2003 sont le français, l'anglais, l'allemand, l'italien et l'espagnol. Les orateurs peuvent s'exprimer dans la langue de leur choix et l'interprétation est assurée par Babels, réseau international d'interprètes et de traducteurs volontaires dont l'objet est de couvrir les besoins en interprétation des forums sociaux et autres événements internationaux. Les bénévoles ne reçoivent que le remboursement de leurs frais de transport. Cette gestion babélienne du plurilinguisme a un coût qui estimé à 300 000 euros au forum de Paris. Les organisateurs de ce forum ont considéré cette solution au multilinguisme si pertinente qu'ils ont décidé de faire défiler les interprètes de Babels en tête du cortège de leur manifestation le 15 novembre 2003 à Paris.

Controverse[modifier | modifier le code]

Toujours à Paris, il y a eu beaucoup de critiques sur la participation du Parti socialiste français, qui, affirment certains altermondialistes, a participé de la « globalisation capitaliste » durant les années précédentes. Quelques groupes anarchistes avaient organisé un événement « concurrent » dans la ville, le Forum Social libertaire. Pendant la manifestation du 15 novembre, de violents affrontements ont eu lieu entre les militants du Parti socialiste et les autonomes.

Troisième FSE (Londres 2004)[modifier | modifier le code]

Plus de 20 000 personnes de 70 pays différents assistèrent aux réunions, la plupart organisées à l'Alexandra Palace. Parmi les participants, des partis politiques comme le Green Party, (parti vert), des anarchistes, des socialistes, des ONG. Les membres du Socialist Workers Party (UK) (Parti socialiste des ouvriers) et le Globalise Resistance formèrent le noyau organisateur, ainsi que Socialist Action (UK) (action socialiste) avec la campagne de désarmement nucléaire. Pour l'organisation du FSE deux visions se sont affrontées : les organisateurs anglais privilégiait la centralisation de l'évènement (avec une manifestation contre la guerre) en argumentant que ça lui donnerait plus d'impact, d'autres composantes du mouvement altermondialiste (par exemple le Forum local de Londres) défendaient que le FSE ne devait pas être considéré comme un événement mais plutôt comme une partie de processus, reprochèrent une approche et une organisation trop hiérarchisée et proposèrent par conséquent, « horizontalement », des événements en marge du FSE, plus spontanés dans leur approche[1].

Quatrième FSE (Athènes 2006)[modifier | modifier le code]

Cinquième FSE (Malmö 2008)[modifier | modifier le code]

Le cinquième Forum social européen s'est déroulé à Malmö en Suède, du 17 au 21 septembre 2008. Environ 20 000 participants étaient attendus[2].

Sixième FSE (Istanbul 2010)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Site fse-esf.org, créé pour le FSE 2003 et géré par des militants français, aujourd'hui considéré, par décision de la dernière assemblée de préparation du prochain FSE à Malmö, comme le site « officiel » du processus, il contient entre autres la mémoire du FSE 2003 : plus de 300 comptes-rendus, la majorité en français, y sont indexés.
  • (en) site du forum social de Londres
  • Les Fonds structurels européens en France (site « Europe en France » du gouvernement Français)